Historique: 1994

Précédente : Index : Histoire : Suivante


À l'A.S.B.:

Résultats, Infos
Fin de saison 1993 - 1994:
Championnat: La saison se termine avec le maintient des trois équipes seniors.
Entraîneur: André Guénadou entraîneur de l'A.S.B.
Philippe Beauvillain devant quitter le club pour raisons professionnelles, le comité directeur de l'A.S.Brestoise, avec à sa tête le président Jean-Pierre Le Roux, vient d'obtenir l'accord d'André Guénadou pour entraîner l'équipe la saison prochaine.
Âgé de 48 ans, ce professeur de gymnastique est président des éducateurs du Finistère Sud et a été l'adjoint de Marc Rastoll au Stade quimpérois.
Trophée Guy Simon:




<<: Martrial au trophée Guy Simon le 22/23-05.

Résultats, Infos.
Saison 1994 - 1995:

Dirigeants: Colemard Charles: exerçant la profession d'ingénieur divisionnaire des TPE (Honoraire).
Desrues Romain: exerçant la profession de cadre médical. Président.
Le Roux Jean-Pierre: exerçant la profession de Responsable Commercial. Vice-président.
Merdy Albert: exerçant la profession de commissaire. Secrétaire Général.
Jaffrenou Pierre: exerçant la profession de chef d'entreprise. Trésorier.
Dr Colemard Christian: exerçant la profession de docteur en médecine. Conseiller Médical.
Le Roux Yvon: exerçant la profession de retraité de la marine. Trésorier Adjoint.
Membres: Corrales Michel: exerçant la profession de directeur départemental d'assurances; Le Dallic Jacques: d'agent de maîtrise; Mazeaud Henry: exerçant la profession de tapissier; Bellot René: exerçant la profession de peintre; Gogé Guy: exerçant la profession d'employé de commerce; Jesson François: exerçant la profession d'ouvrier vendeur; Maubian Alain: exerçant la profession d'agent de la SNCF; Pondaven Patricia: exerçant la profession d'employée; Pondaven Robert: exerçant la profession de métalliseur; Tartu Gérard: exerçant la profession d'employé EDF; Abjean François: exerçant la profession de Carreleur; Mear Jean-Yves: exerçant la profession de Chef d'Atelier; Faccenda Didier: exerçant la profession de Censeur; Perchirin Gilbert: exerçant la profession de Chef d'Entreprise.(Courrier de l'A.S.B. à la sous-préfecture le 07-07).
Mouvements: Arrivées: Derrien (Lannilis), Méliarenne (Stade Quimpérois), Quinquis (Stade Brestois);
Départs: Kervarrec (Légion), Salaün (Gouesnou).
Le groupe de l'équipe "A" en début de saison: : Gogé, Le Meur, Colin, Durose, Manach, Miossec, Le Dallic, Julard, Gélébart, Audrouin, Abiven, De Oliveira, Quinquis, Lamboux, Pietrus, Wattebled, Méliarenne, Derrien, Podeur.
Effectif: Vétérans: 9; Seniors: 65; Espoirs: 49; Cadets: 48; Minimes: 51; Pupilles: 61;Poussins: 54 Débutants: 33; Arbitres: 4; Moniteur: 1 Dirigeants: 40.
Entraîneur: André Guénadou pour les "A"; René Kerdreux avec les "B"; .
Coupe de France: Excellent parcours qui se termine contre Carquefou, une équipe de national III, à Ménez-Paul: 2 à 3. (le 04-12).
Championnat: A la mi-saison, le équipe "A" est en seconde position; la "B", est en dixième position à deux points du premier relégable.

Seniors "A"

Seniors "B" saison 1994-1995.

Commentaires: "Chaque fois que Carquefou nous a malmenés, nous lui avons tenu tête et nous sommes sortis sans dégât de cette mauvaise passe. Ces trois buts sont dus à des fautes d'inattention, de précipitation. Et ça, ça se travaille, ça se corrige..." (André Guénadou.)
" Sur ce match, l'écart entre les deux équipes étaient vraiment minime. L'A.S.B. possède d'excellents joueurs et a fait jeu égal avec nous dans le domaine athlétique." (Paul Lubert)
L'A.S.B. pourra, quant à elle, se targuer d'au moins deux choses: d'avoir mis un terme à la série de buts de Lassimone qu'on nous annonçait redoutable, et être avec la réserve angevine la seule équipe à avoir passé deux buts à une défense qu'on nous promettait de béton.
Le parcours des bleus: Plouguin (1ère division) 4 à 0; Bohars (Promotion) 5 à 0, l'Étoile Saint-Laurent (D.H.R.) 2 à 1, Berven Plouzévédé (D.H.R.) 2 à 1, AG Rostrenen (Promotion) 2 à 0, Plœmeur (D.H.) 0 à 0, TAB.

Seniors "C" saison 1994-1995.

Moins de 17 "A" 1994-1995.

Moins de 17 "B" 1994-1995.

Moins de 15 "A" 1994-1995.

Moins de 15 "B" 1994-1995.

Moins de 15 "C" 1994-1995.

Moins de 13 "A" 1994-1995.

Moins de 13 "B" 1994-1995.

Moins de 13 "C" 1994-1995.

Pupilles "A" 1994-1995.

Pupilles "B" 1994-1995.

Pupilles "D" 1994-1995.

Poussins "A" 1994-1995.

Poussins "E" 1994-1995.

Poussins "F" 1994-1995.


ET PENDANT CE TEMPS LÀ...!

SPORT:

Football:
La F.I.F.A. décide de donner le droit au remplacement du gardien, et à la victoire à 3 points dans les groupes préliminaires pour la coupe du monde.
Victoire également placé à 3 points pour le Championnat de France 94-95.

Champion de France
F.C.Nantes;

Coupe de France
A.J.Auxerre / Montpellier 3 à 0;

Coupe de la ligue
R.C.Lens / Montpellier: Paris (Parc des Princes) Arbitre : M. Batta
(14/05): 3 à 2;

Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe
Arsenal;


Coupe de L'U.E.F.A.
Inter de Milan;


Coupe d'Europe des clubs

Milan A.C. / Barcelone: 4 à 0;

Coupe Intercontinentale
Velez Sarsfield
;


Coupe d'Afrique des nations

Nigeria / Zambie 2 à 1;

Coupe du monde
Brésil / Italie 0 à 0 (ap) 3 à 2 tab;


Ballon d'or:

Stoïchkov (F.C.Barcelone);


Rencontres internationales

Italie / France: 0 à 1,
France / Chili:
3 à 1,
France / Australie: 1 à 0,
Japon / France: 1 à 4,
France / République Tchèque: 2 à 2,
Slovaquie / France: 0 à 0,
France / Roumanie: 0 à 0,
Pologne / France: 0 à 0,
Azerbaïdjan / France: 0 à 2.

NOUVELLES INTERNATIONALES:

Prix Nobel de la Paix: Shimon Pérès (1923; politique; Israël).
En 1934, sa famille émigre de Pologne en Palestine. Il grandit dans un kibboutz mais reçoit son éducation à New York et à l'Université de Harvard.

A la création de l'État d'Israël, en 1948, il est à la tête des services de la marine et directeur général du Ministère de la Défense (1953-1959). Élu à la Knesset (parlement) en 1958, il devient ministre de la défense de 1974 à 1977, puis il prend la tête de l'opposition travailliste en 1984. A partir du 13 septembre 1984, les deux partis inconciliables, le likoud et les travaillistes signent un accord de gouvernement d'alternance sous Menachem Begin et Yitzhak Shamir qui durera de 1977 à 1990. Shimon Pérès est nommé Premier ministre de 1984 à 1986. En juillet 1992, les travaillistes sont victorieux aux élections et Yitzhak Rabin, alors premier ministre, est obligé de le nommer chef de la diplomatie. C'est à ce titre que Pérès entame des négociations secrètes avec l'O.L.P. qui aboutiront aux Accords d'Oslo. Avec l'assassinat de Yitzhak Rabin le 1er novembre 1995, il devient premier ministre mais ne parvient pas à gagner les élections face au représentant du likoud, Benyamin Netanyahou (au pouvoir de 1995 à 1999).

Il se retire de la présidence du parti travailliste et œuvre dans les coulisses pour l'établissement d'une vraie paix au Proche Orient. C'est dans ce sens qu'il créé la Fondation de la paix.

Prix Nobel de la Paix: Yitzhak Rabin (1922-1995; politique; Israël).
Yitzhak Rabin est né à Jérusalem en Palestine, laquelle, à l’époque, était sous contrôle britannique.

En 1941, il s’engage dans le Palmah et joue un rôle important dans la première guerre arabo-israélienne (1948). A la fin de cette guerre, il fait partie de la délégation israélienne aux négociations d'armistice. Rabin conduit l'armée israélienne dans la Guerre des six jours en 1967, puis il est nommé ambassadeur d'Israël aux USA de 1968 à 1973, jusqu’à son élection à la Knesset (parlement) comme député travailliste. Entre 1974 et 1995 il occupera plusieurs fois le poste de Premier ministre et celui de ministre de la défense. En 1985, en tant que ministre de la défense, il organise et supervise la retraite des forces israéliennes de la plupart des zones occupées du territoire libanais. A la suite de l’Intifada palestinienne qui commence en 1987, Rabin donne un nouvel élan à la quête d’un règlement pacifique; il signe le premier accord de paix avec Yasser Arafat en septembre 1993, ouvrant ainsi la voie à l'autonomie palestinienne en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Rabin signe également un traité de paix avec la Jordanie (1994) et lance des négociations de paix avec la Syrie.

En novembre 1995, il est assassiné par Yigal Amir, un étudiant religieux fondamentaliste qui veut mettre fin au processus de paix.

Prix Nobel de la Paix: Yasser Arafat (1929; politique; Palestine).
Arafat est né à Jérusalem. Il passe sa jeunesse dans "la ville sainte", en Égypte et à Gaza.

Pendant ses études d'ingénieur à l’université du Caire (de 1952 à 1956), il devient président de l’union des étudiants palestiniens et, en 1959, il est co-fondateur du groupe de résistance al Fatah. Ce groupe gagne le contrôle de l'Organisation de Libération de la Palestine (O.L.P.). Il devient le président de son comité exécutif en 1969. Dans sa base à Beyrouth, au Liban, l'O.L.P. fournit des services sociaux aux réfugiés palestiniens, en même temps qu'elle arme et organise les groupes de «résistants» (ou «terroristes» selon le point de vue des Israéliens) qui lancent des attaques incessantes sur Israël. Sa présence au Liban, ainsi que celle de l'O.L.P., se termine avec l'invasion de ce pays par l'armée israélienne en 1982. Il trouvera un nouvel asile en Tunisie et continuera de mener son combat pour la reconnaissance de la Palestine. En 1988, Arafat renonce à la lutte armée contre Israël en même temps qu'il reconnaît cet État comme légitime. En septembre 1993, il reçoit, avec Itzak Rabin et Shimon Pérès, le prix Nobel pour avoir préparé la voie à la signature d’un accord de paix avec Israël.

En 1996, Arafat est élu président de la nouvelle Autorité palestinienne. Cette autorité est née à la suite des accords d'Oslo, et elle jouit d'une autonomie limitée en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. L'élection de Benyamin Netanyahou, en 1995, mettra un frein à l'application de ces accords, fait qu'Arafat ne cessera de dénoncer.

Premiers accords d'Oslo le 4 mai 1994
Reconnaissance, de la part d'Israël, de la prise de contrôle par les Palestiniens de la bande à Gaza et de Jericho. A la suite des accords d'Oslo, Rabin rencontre le roi Hussein de Jordanie le 24 juillet 1994. Cette rencontre débouche sur un traité de paix, signé le 26 octobre 1994, par Rabin et Hussein.


EN FRANCE:

Nous sommes sous la Vème République. François Mitterrand est président de la République.

Communistes
Robert Hue est élu secrétaire général du P.C. en remplacement de Georges Marchais.

Tunnel sous la manche
Inauguration le 6 mai par la reine Élisabeth et le président Mitterand. La France et la Grande-Bretagne sont maintenant reliés par deux voies ferrées, séparées de trente mètres, dans lequel sont transportés les véhicules et voyageurs. 50 km de long, cent mètres sous le niveau de la mer et 40 mètres sous le fond du détroit, le coût dépassant largement les prévisions oblige la société Eurotunnel à s'endetter, ce qui cause l'effondrement des cours des actions en bourse.
Paris-Londres en 3 h 15 par le T.G.V. Eurostar en attendant mieux lorsque la ligne sera aux normes T.G.V. côté anglais.


EN BRETAGNE:

"La Bretagne bretonnante"
Non, il n'était pas possible d'entrer dans une maison paysanne comme dans un moulin banal. J'ai toujours été frappé par les précautions que n'importe qui prenait pour mettre les pieds chez mes parents. Les bourgeois eux-mêmes, quand ils n'étaient pas gonflés de leur importance, comme des crapauds à qui l'on a soufflé dans le derrière avec une paille, ne manquaient pas d'être intimidés par l'atmosphère du lieu et le comportement des personnages. Ils se rendaient obscurément compte qu'ils entraient en rapport avec des gens d'un certain monde. Le plus difficile était de démêler de quel monde il s'agissait. Jamais paysan reçu dans un salon ne fut plus gêné qu'un citadin poli s'aventurant dans une cuisine de ferme. Dans les deux cas, on passait d'un univers à un autre. Il fallait changer de code. C'était malaisé. Alors, le paysan se moquait du citadin qu'il appelait Monsieur Flambart, et l'autre prenait sa revanche en traitant le paysan de plouc. Ils avaient tort tous les deux. Le premier parce que l'homme des villes n'est pas forcément prétentieux et léger, le second parce que l'homme des champs paraît méfiant, gauche et emprunté, alors qu'il rend les honneurs à sa manière.

"Savoir-vivre en Bretagne" Édition d'art JOS Le Doaré

Palais du Parlement de Bretagne
Dans la nuit du 4 au 5 février, l'ancien Parlement de Bretagne a brûlé. Les pompiers ont pu arrêter l'incendie au niveau du premier étage.
La plus grande partie des œuvres d'art et des tapisseries a pu être sauvée. Le secteur le plus touché des bâtiments se situe au sud-est, là où se trouvaient le bureau du Procureur général et la bibliothèque des magistrats. Le plafond de la salle des pas perdus, directement accroché à la charpente, est détruit. Les dégâts matériels sont considérables, et rien ne subsiste de la couverture de l'édifice. Les magistrats, les rennais ont été profondément traumatisés par cet événement qui a donné lieu à une mobilisation civique considérable qui ne s'est atténuée que plusieurs semaines après l'incendie.
Le traumatisme a des racines plus profondes; la ville de Rennes a presque intégralement brûlé en 1720, et le Parlement était alors parmi les rares édifices à avoir échappé aux flammes. La confrontation au feu correspond à une angoisse collective qui fait parfois oublier que les rennais lui doivent aussi la reconstruction d'une ville plus belle et plus régulière qui figure ainsi parmi les exemples majeurs de l'urbanisme français de la première moitié du XVIIème siècle.
Le bilan financier de la reconstruction du Palais du Parlement de Bretagne et du réaménagement de la Cour d'Appel et de la Cour d'Assises s'établit à 230 millions de francs se ventilant entre :
Reconstruction: 160 M.F.;
Réaménagement: 70 M.F.


"La toiture est soutenue par une curieuse charpente qu'on a appelé la "Forêt" à cause du grand nombre de madriers qui ont été employés à sa construction." Paul Banéat.


ET À BREST:

Pierre MAILLE, professeur, Conseiller Général, est maire de Brest.

Pierre MAILLE est président de la C.U.B.

Parlé "Tit Zef"
Une demi toupie:
Un coup à boire
L'expression joue sur l'analogie avec la toupie de béton, mais on reste en quelque sorte dans la mesure puisqu'il n'y en a qu'une demie!

Le parler tit ze'f. Annie Le Berre éditions Le Télégramme x

Précédente : Index : Histoire : Suivante
Mise à jour: mer 19-mai-04 9:29 x