Historique: 1991

Précédente : Index : Histoire : Suivante


À l'A.S.B.:
Résultats, Infos
Fin de saison 1990 - 1991:

Championnat: Dur! dur! Classements au mois de mars.
D.R.H.: 9ème sur 12 mais à un point de l'avant dernier;
D.S.R.: 10ème sur 12, à un point de l'avant dernier.
Claude Gestin: "Pas question de descente". (O.F. du 16-03.)
Malgré l'optimisme de l'entraîneur, les seniors "B" descendent en P.H., les "C" en promotion de première.
Pont-l'abbé- A.S.Brestoise: 0 à 1 Le but du bonheur pour l'A.S.B. (6-5)
L'A.S.Brestoise a assuré son maintien, c'est tout ce qu'on retiendra du match car en ce qui concerne la manière... Après le match en effet qu'ont livré l'A.S.Brestoise et l'US Pont-l'abbiste, on ne s'étonnera pas de leur classement.
Match de fin de saison?
L'expression est à proscrire quand on joue son maintien. Mais l'U.S.P., sans illusion sur son sort, avait engagé sur le terrain neuf juniors. Des phases de jeu collectif, on en a en vain cherché. Les joueurs se compliquent l'existence au lieu de jouer simple. Le but brestois n'est-il pas venu d'un jeu de dribbles inopportuns de Courrot, faisant des nœuds avec les jambes comme on dit dans le jargon du foot, au lieu de passer le ballon à son voisin? Priser, le Brestois, n'allait pas rater l'aubaine, prenait la défense locale de vitesse, y compris Lachivert, improvisé arrière, et venait battre Le Gall d'un tir très sec (5'). Grâce à son jeu plus réaliste, l'A.S.Brestoise se créait deux autres occasions par Priser (16'), dont on n'a pas compris le tir en retrait alors que sa position l'incitait à l'essai, et par Kervarrec à l'issue d'une action collective (enfin une) entre trois Brestois, mais son tir irréfléchi partait loin du cadre (40'). Gogé, le gardien brestois, passait, lui, un après-midi bien inconfortable dans le froid et l'inaction. A la reprise, l'attaque pont l'abbiste, réduite à la simple expression de Hervé et Géhen, sans soutien qui plus est, malgré de méritoires efforts, ne parvenait jamais à percer une défense que Ronceray et Le Douguet verrouillaient parfaitement. Garrec pourtant (70') était à deux doigts de tromper le gardien brestois sur une bévue de Ronceray. Mais Perchirin (85). et surtout Rest (88' et 89') gâchaient des buts apparemment faciles pour Brest.
L'A.S.B. se contentera donc de ce petit score qui fait son bonheur puisqu'il renouvelle son bail en D.S.R.
Jeunes: Les cadets de l'A.S.B. se distinguent en remportant la coupe de Bretagne devant le Stade Rennais 4 à 0 et en finissant premiers de leur championnat de Critérium Honneur avec l'US Montagne devant le Stade Quimpérois, prouvant ainsi le savoir-faire de ce club au niveau des jeunes et leur permettant de concilier sport et études.
Cette équipe était entraînée par E. Saint-Amand et J-P.Riou, encadrée par J.Dallic et F.Abjean.

Debout: de gauche à droite. Le Dallic J., Menez Nicolas, Le Dallic Johan, Le Meur David, Julard Frédéric, Colin Pierre-Yves, Kerdreux Fabrice, Gourmelon Mickaël, Le Ven Ronan, Abjean François. Accroupis: Riou Jean-Pierre, Jaouen Anthony, Trégueur Arnaud, Abjean Miguel, Cochard Christophe, Cloarec Pierre, Le Dallic Stéphane, Barouillet Franck, Le Bris David.
Claude Gestin et Philippe Beauvillain prennent du recul
Claude Gestin, entraîneur de l'équipe première de l'AS Brest qui évolue en Division Supérieure Régionale et Philippe BeauvilIain, entraîneur de la formation réserve actuellement en Division Régionale Honneur ont informé leur président Nono Lusven qu'ils mettraient un terme à leurs fonctions à l'issue de la présente saison.
Dans l'immédiat, ils n'ont pas manifesté l'intention de quitter le club mais simplement de prendre du recul par rapport aux responsabilités astreignantes qui étaient les leurs jusque là.

Seniors "B" saison 90-91.

"Anciens": Le 27 Avril, le F.C.Nantes bat le Brest-Armorique par 2 à 1. Sur la photo, les deux anciens bleus Coco Martins et Paul Le Guen, sont face à face.

Repas de fin de saison:



<: Dédé Legall récompensé.

A l'arrière de nous voyons une partie de l'équipe de la saison 1935 - 1936. Le deuxième en bas est le père de Dédé Legall.

Fin de saison.

Remise des trophés & coupes, dans "La petite maison dans la prairie", à Dédé Le Gall, Elin Saint-Amand et leurs joueurs.


Résultats, Infos.
Saison 1991 - 1992:

Entraîneurs:
Claude André est responsable des "A"; Claude Gestin des "B"; Philippe Beauvillain des "C", Juniors Jacques Jadé; -17: Jean-Pierre Riou et Elin Saint-Amand; -15: Marcel Martinez et Marcel Jacob; -13: Jacques Jadé, et Jean-Yves Audrouin; École de foot: André Le Gall, Elin Saint-Amand, Jean Chardonnet.

Claude André: entraîneur; Noël Lusven: président; Charles Colemard: président d'honneur; Martial Gergotich: responsable technique.

Les moins de 13 saison 1991-1992.

Résultats, Infos:
Une initiative de Jo Madec :
L'A.S.Brest sollicitée pour reprendre le Brest Armorique!
Le comité directeur de l'A.S.Brest se réunit ce soir autour d'un thème: la reprise du Brest Armorique. Le club du président Lusven a en effet été sollicité par un groupe animé par Jo Madec, ancien président du stade brestois. " Tous ceux qui ont participé même depuis peu à la direction du club ont cautionné le passif. Soyons sérieux, repartons avec d'autres. Appuyons nous sur la respectabilité de l'A.S.B. ", lance Jo Madec.
Un discours qui manque pour l'instant d'arguments sonnants et trébuchants: " Tout le potentiel économique du nord-Finistère a été saigné. Il y a sans doute des possibilités dans le sud-Finistère et le centre-Bretagne ", avance-t-il simplement.
Même si ce discours reste bien fragile à une semaine du verdict définitif du tribunal de grande instance de Quimper, cet appel du pied a conduit Noël Lusven a réunir ce soir le comité directeur de l'A.S.Brestoise uniquement par souci d'information car, personnellement il n'imagine pas l'A.S.Brestoise toucher au professionnalisme. En tout cas, pas avec lui. (Ouest France. 28-10)
Championnat:
Excellent début de saison des équipes seniors. Les " Bleus de France" refont vibrer leurs supporters. En effet, après quinze matches officiels, aussi bien en championnat qu'en Coupe, ils sont toujours invaincus. Et leur défense qui n'a encaissé que quatre buts seulement!, leur permet de virer en tête à la mi-championnat, 30 pts, avec 5 points d'avance sur le second, Tréguier.
Coupe de France: Les bleus sortent l'Étoile St Roger; St. Quay Portrieux à l'extérieur: 2 à 1 et arrivent au sixième tour sur le terrain de Plabennec.

Le Banc des "A" saison 1991-1992.

De Gauche à droite: Gérard Bénard, Jean Chardonnet, Claude André.

La guerre des nerfs s'acheva au 22ème penalty : Demandez à un vieux routier comme Patrick Chaslerie. Jamais au cours de sa longue carrière il n'avait encore connu un scénario aussi fou que celui vécu hier dans le cadre du derby nord finistérien disputé devant 2.000 spectateurs. Longtemps la qualification hésita entre les deux camps avant de tomber dans l'escarcelle brestoise, au 22ème penalty.
Le " choc " entre le leader de D.S.R. et celui de D.H. a été âpre. La partie n'a pas été d'une grande qualité avec une formation plabennécoise qui n'a jamais réussi à se dépêtrer de fa toile d'araignée de l'A.S.B., remarquablement tissée autour de Pierre Durose.
Certes, pendant le temps réglementaire, les meilleures occasions furent locales. Notamment avec Abguillerm qui croisait trop sa frappe puis expédiait sa reprise de la tête à côté du cadre (58ème). La seule véritable alerte de l'A.S.B. intervenait à la 8ème minute lorsque Priser, seul, manquait une balle en or face à Chaslerie. Mais, de façon générale, les deux équipes s'étaient neutralisées, pas toujours très cordialement, dans l'entre-jeu.
Le match de Coupe, le vrai, devait débuter au cours de la seconde prolongation. A la 114ème minute, à la réception d'un centre de Wattebled, Priser surgissait et marquait à bout portant.
Autant dire qu'à six minutes de la fin, la qualification était promise à l'A.S.Brest. D'autant que Franck Lérand, très énervé, était expulsé par l'arbitre pour propos injurieux (116ème). C'était sans compter sur les ultimes ressources de Plabennec qui, jetant ses dernières forces dans la bataille, égalisait après 1'30' d'arrêts de jeu. Bars reprenait avec fougue un ballon qui se baladait dans la surface!
Les tirs aux buts devaient ainsi déterminer la qualification. Le coup d'envoi d'une série qui devait s'achever au 22ème tir.
Plabennec frappait le premier. Et à trois reprises, à la suite d'un échec adverse, un tireur de l'A.S.B. manquait la qualification. Ce fut le cas de Durose (au-dessus) après une frappe de Camblan repoussée par Gogé, Le Rest (au dessus) après un tir de Bars bloqué par le gardien brestois puis de Kervarrec (tentative déviée par Chaslerie) après un essai de Le Bihan arrêté par un Gogé décisif. Ce n'est qu'au 22ème penalty, alors que Urien venait d'expédier le 21ème sur la transversale, que Salaün offrait la qualification aux Brestois. Quel suspens...
Au bout du vingt-deuxième penalty, l'AS brestoise a gagné le droit de continuer cette imprévisible compétition. Réactions euphoriques et parfois revanchardes chez les uns et bien sûr d'énorme déception chez les autres. Claude André (AS brestoise) : " Que l'on soit joueur ou entraîneur, il faut éviter d'être prétentieux. Cette défaite les calmera. De plus quand j'ai quitté le Stade plabennécois on m'a dit que je ne correspondais pas aux valeurs sportives, morales et financières du duo. Eh bien aujourd'hui, je suis fier de ne pas en faire partie. Cela dit, c'était un match tactique. Je savais que Plabennec n'était pas une équipe à faire le jeu. De fait nous avons attendu les plabennécois, car si nous avions pris des initiatives nous aurions pris 3-0 ".
Jean-Louis Lamour (Plabennec) : "Malgré cette défaite, il faut rester digne, bien qu'elle nous reste à travers la gorge. Mais le football sort grandi de cette rencontre.
Deux mille personnes se sont régalées aujourd'hui au stade de Kervéguen. Les joueurs présentaient l'élimination. Un doute s'est emparé d'eux. La peur de perdre leur a donné un comportement négatif. Heureusement que nous sommes en tête du championnat. Ce sera plus facile à panser les cicatrices. "

Nono Lusven (AS brestoise) : " La victoire n'est pas imméritée. On la méritait avant les penalties. Quoi qu'il en soit, c'est la réussite d'un groupe qui réalise pour le moment une saison exemplaire. "
Martial Gergotich (AS brestoise): "Je pensais que le leader de D.H. aurait bien plus malmené le leader de D.S.R.. Cette qualification à l'issue de l'épreuve des tirs aux buts est liée au sort. Néanmoins, pour l'A.S.Brestoise aujourd'hui tous les moments au-delà du temps réglementaire. C'était du boni ". (Ouest France. 02-12)
Tiens, l'A.S.Brestoise revient! "Le présent serait plein de tous les avenirs, si le passé n'y projetait déjà une histoire ", écrivait. André Gide.
Un temps moribond, l'A.S.Brestoise (D.S.R.) ressuscite. Partagée entre un passé glorieux, qui rebondit sans cesse comme une interminable lamentation, et la jeunesse d'un groupe, lui désireux de tourner la page. " Cette saison, les joueurs en avaient assez des anciens du club, reconvertis en entraîneurs. Le refrain "quand j'étais jeune" est obsolète. Il est temps, désormais, de construire avec le présent ", résume Claude André, le nouvel entraîneur de l'A.S.Brestoise.
Difficile, néanmoins, d'effacer de la mémoire collective la grande histoire d'un club amateur qui, dans les années 1950-1960, en a fait plier plus d'un en France. C'était du temps du C.F.A., avec Lorient, le F.C. Nantes, Rouen-Quevilly ou encore le Stade Français et le Stade Rennais...
Fondée en 1905, l'A.S.Brestoise, quart de finaliste de la Coupe de France en 1936 (2-4 face au Red Star), remet le couvert en 1963 face à Toulon (0-1), après avoir éliminé le Racing Club de France à Nantes. De grands moments d'émotion pour les Brestois, dix mille à douze mille à chaque rencontre au stade de Ménez-Paul. La belle époque, celle des Martial Gergotich et de l'avant-centre Bernard Brochant, l'actuel président du Paris-Saint-germain Football Club. Le club récuse alors plusieurs fois le statut professionnel. " Les gars occupaient tous un emploi. Tous, ou presque, étaient formés à l'A.S.Brestoise ; aussi adopter ce statut ressemblait plus à une aventure périlleuse, pour la carrière civile de chacun, qu'à une réelle nécessité sportive. Le foot n'était pour nous qu'un jeu, qu'une passion. C'est tout! " .
Martial Gergotich balaie l'histoire de son regard bleu azur. Chaque page est une anecdote savoureuse. L'homme, un demi-siècle après sa première licence, est toujours fidèle à sa passion, à son club, l'A.S.B.
Une aventure chez les professionnels, et le Brest Football Club d'Armorique, le voisin d'à côté, n'aurait sans doute jamais existé, et ses problèmes non plus.
Plus près de nous, outre deux quarts de finale de Gambardella, les juniors brestois échouent en 1973 en finale de la Coupe de France junior face au Stade Rennais aux penalties. Martial Gergotich, le grand témoin de l'A.S.Brestoise, retrouve le sourire. Son club, menacé de dépôt de bilan en 1987, renoue aujourd'hui avec le succès. Après trois descentes consécutives de 1986 à 1989, de division 3 en D.S.R., le club enflamme de nouveau le propos du supporter. L'inévitable pillage des autres clubs.
Le ticket Claude André s'avère payant. Les dividendes, encore trop tôt pour les toucher. Qu'importe, après trois saisons en D.S.R., l'A.S.Brestoise rafle tout et prouve qu'elle existe encore: invaincue en championnat, la première fait des petits. La réserve est aussi leader de son groupe de Promotion d'honneur et les juniors toujours qualifiés en Gambardella. Mais surtout, l'école de football propose, avant d'inévitables pillages par d'autres clubs, un réservoir plein de fraîcheur et de qualité. " Six victoires, deux nuls, tout nous réussit, mais attendons janvier pour savoir si l'accession n'est pas une utopie."
Claude André, professeur d'éducation physique et sportive à Saint-Joseph, modère les ambitieux " Je possède un groupe solidaire autour de garçons expérimentés comme Pierre Durose, le libero, Christophe Wattebled, un ancien Guingampais de vingt ans".
" C'est vrai, nous évoluons en contre, mais surtout l'état d'esprit des garçons est admirable, envoûtant même. Cela n'a rien à voir avec le début de saison à la reprise de l'entraînement, et la coupe de France qui plus est, dope l'équipe. Après Carhaix et Plabennec, deux équipes de division d'honneur, l'A.S.Brestoise, qualifiée pour le septième tour, affrontera le 22 décembre Plumelec. étonnant de se déplacer cinq fois de suite en coupe, et qui plus est devant des équipes de division d'honneur"
constate l'entraîneur brestois.
Le Brest Football Club se meurt, l'A.S.B. ressuscite. Le destin est souvent cruel. (J.D.D. 08-12)

Équipe minimes saison 1991 - 1992. Champions du district.



Dédé Le Gall et l'école de foot saison 91-92


Mérite sportif attribué à L'A.S.B. le 15-08 par la ligue de l'Ouest


ET PENDANT CE TEMPS LÀ...!

SPORT:

Football:
Nouvelle formule pour la coupe d'Europe des clubs champions désormais Champion's League : Les quarts de finales se déroulent sous forme de 2 groupes de 4 équipes. Le vainqueur des deux groupes se rencontrent en finale. De nouvelles règles sont votées pour voir plus de fair-play et de jeu particulièrement offensif : expulsion pour une main volontaire et pour une faute par derrière sur un attaquant qui s'en allait seul au but.

Champion de France
O.Marseille;

Coupe de France
A.S.Monaco / O.Marseille: Paris (Parc des Princes) Arbitre : M. Quiniou Joël:
(08/06): 1 à 0;

Coupe de la ligue
Reims / Niort 0-0 (ap) 4 à 3 tab;

Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe
Manchester United;


Coupe de L'U.E.F.A.
Inter de Milan;


Coupe d'Europe des clubs
Étoile rouge de Belgrade / Marseille 0 à 0 (ap) 5 à 4 tab;

Coupe Intercontinentale
Étoile rouge de Belgrade
;


Finale Copa Libertador
Argentine / Brésil;


Ballon d'or:

Papin (Marseille);


Rencontres internationales
France / Espagne: 3 à 1,
France / Albanie: 5 à 0,
Pologne / France: 1 à 5,
Tchécoslovaquie / France: 1 à 2,
Espagne / France: 1 à 2,
France / Islande: 3 à 1.

NOUVELLES INTERNATIONALES:

Prix Nobel de la Paix: Aung San Suu Kyi; 1945; droits de l'homme, politique; Birmanie / Myanmar).
«La vérité, la justice et la compassion sont souvent les seules défenses contre le pouvoir impitoyable» Fille du leader de la libération Aung San (assassiné en 1947), Suu Kyi est née à Rangoon en 1945, juste avant que la Birmanie ne se libère de la tutelle colonisatrice de la Grande-Bretagne.

Sa mère est diplomate et Suu Kyi est élevée en Inde et en Grande-Bretagne. Elle fait des études de philosophie, d’économie et de sciences politiques à Oxford. Elle poursuit une carrière académique jusqu'à ce qu'elle rentre en Birmanie, en 1988, pour soigner sa mère malade. En juillet 1988, le général Ne Win, à la tête d’une junte militaire depuis 1962, est obligé de démissionner. Les troubles qui suivent cet événement sont brutalement réprimés par l'armée. Photo prise au cours d'un meeting devant sa résidence surveillée (1991). Influencée par la philosophie et les idées du Mahatma Gandhi et de Martin Luther King, Suu Kyi et ses amis politiques fondent, en 1988, la Ligue nationale pour la démocratie (L.N.D.). Son engagement, non violent, en faveur de la mise en place d'un régime démocratique lui vaut un grand succès auprès de la population. Ce succès va amener, en 1989, la junte militaire au pouvoir à assigner Suu Kyi à domicile afin de diminuer son influence, mais cette mesure ne va pas empêcher la L.N.D. de remporter presque 80% des sièges lors des élections de 1990.

Les militaires au pouvoir vont refuser le résultat démocratique sorti des urnes et vont au contraire augmenter la répression et les persécutions vis-à-vis de l'opposition et des minorités ethniques. Malgré cela, Suu Kyi, appelée «la Dame», continue de résister.

www.nobel-paix.ch

Irak
Suite à l'invasion du Koweït, le 27 janvier débute de l'opération "Tempête du désert": une intervention des américains, anglais, français aux côté des troupes saoudiennes et Koweties. C'est la première guerre du golf. Elle se terminera par la libération du Koweït le 28 février. Dans leur repli, les Irakiens ont mis le feu aux puits de pétrole. Le pays est sous une épaisse fumée noire. Des spécialistes, en majorité américains, sont appelés pour éteindre les incendies.


Yougoslavie
Début de la guerre en ex Yougoslavie.

U.R.S.S. - Russie
Fin de L'Union des Républiques Socialistes Soviétiques en décembre. Le référendum du 12 juin 1991, en Russie fait de Boris Eltsine, à 60 ans le président de la République de Russie. État crée de la séparation de l’Union Soviétique et de l’effondrement du parti communiste. Il remplacera Mi
khail Gorbatchev qui démissionnera le 25 décembre de la présidence de l'U.R.S.S.

Gorbatchev
Lors de son discours au Conseil de l'Europe, Il annonce renoncer à la politique d'hégémonie poursuivie depuis toujours par ceux qui l'ont précédé à la tête de l'U.R.S.S.. Il souligne le principe de la souveraineté des États indépendants. En disant ceci, il rompait avec la doctrine Brejnev, qui, "justifiait l'intervention armée des pays du Pacte de Varsovie dans d'autres pays socialistes, lorsque les intérêts du communisme leur semblaient compromis." Cela résulte en l'effondrement de l'empire soviétique. Les États de l'Est, aussi appelés États satellites, retrouvent leur entière indépendance et seront gouvernés par des gens élus démocratiquement. Les troupes soviétiques quittent ces pays qu'elles occupaient depuis la Deuxième Guerre mondiale. L'Union Soviétique met fin à son intervention en Afghanistan. La détente générale s'établit progressivement sur le monde où la guerre idéologique est remplacée par la collaboration entre les nations.
Même si Gorbatchev a une immense popularité dans le reste du monde, celle-ci n'est pas au plus fort dans son propre pays. Il est même considéré comme l'homme le plus détesté de la Russie. Tout ce que Gorbatchev a entrepris, ce que l'on peut appeler le gorbatchévisme, est un échec complet dans son pays. L'économie soviétique est en chute libre, ce qui aggrave la pénurie et engendre la misère. Devant la séparation de l'Union Soviétique et l'effondrement du parti communiste, Gorbatchev démissionne le 25 décembre 1991 de ses fonctions de président de l'Union Soviétique.
On peut dire que Mikhaïl Gorbatchev est entré dans l'histoire comme étant celui qui a instauré un climat de détente et de collaboration entre les deux blocs: l'Est et l'Ouest.

http://www.seminaire-sherbrooke.qc.ca/hist/hist5/travaux/travaux.htm

EN FRANCE:

Nous sommes sous la Vème République. François Mitterrand est président de la République.

Irak
Le ministre de la défense, Jean-Pierre Chevènement démissionne suite à la participation des troupes Françaises à l'opération "tempête du désert".

Premier ministre
Le 15 mai Michel Rocard,
premier ministre, est remplacé par Édith Cresson. C'est la première femme à ce poste en France. En arrivant au poste de premier ministre dans une période difficile ou elle doit gérer des dossiers sensibles comme celui des transfusions sanguines qui ont contaminé un grand nombre d'hémophiles, aux délits d'initiés ou seraient impliqués des hommes politiques de gauche, au record du chômage. Ce ne sera pas avec ses formules telles que "La Bourse, j'en ai rien à cirer" qu'elle gagnera en popularité.

Chômage
Le chômage atteint un niveau historique en juillet avec plus de 2.700.000 demandeurs d'emploi.

Paysans
Le 29 septembre, les paysans manifestent en nombre à Paris.

Frégates
Thomson vend à Taiwan six frégates. Cette vente qui sera par la suite"l'affaire des frégates", une affaire politico commerciale ou des millions de francs (65 selon le Canard enchaîné du 4 février 1998) auraient été versés en commission.
Si la justice prouve les versements sur des comptes personnels, on peut se poser une question: comment feront les bénéficiaires de ces versements pour dépenser ces sommes en une vie d'être humain?


EN BRETAGNE:

"La Bretagne bretonnante"
L'art de manger: Combien de fois ai-je entendu des amis s'étonner naïvement parce ma mère ne s'asseyait pas quand nous mangions chez elle! Pour un peu ils auraient accusé mon père de tenir la pauvre femme en esclavage. Or, dans nos campagnes, il n'y a aucune humiliation pour la femme dans le fait rester debout. C'est le contraire qui est vrai. C'est elle qui est la maîtresse, elle qui reçoit. Sa place est entre ses hôtes et sa cheminée.

"Savoir-vivre en Bretagne" Édition d'art JOS Le Doaré

Vache folle
Après la découverte le 2 mars du premier cas de "vache folle" en Bretagne (Côtes-d'Armor), la décision est prise d'abattre tout le troupeau si un animal est atteint.


ET À BREST:

Pierre MAILLE, professeur, Conseiller Général, est maire de Brest.

Pierre MAILLE est président de la C.U.B.

Parlé "Tit Zef"
Un bifteck cylindrique bien saignant:
Une bouteille de vin rouge
La forme est donnée par l'adjectif cylindrique, ce qui confère une idée assez amusante au bifteck; la spécificité du vin est augmentée par la mention "bien saignant". Mais ne disait-on pas autrefois que le vin était nécessaire à la reconstitution des forces du travailleur et qu'un verre de vin rouge valait un bifteck? La preuve: on en donnait comme reconstituant aux malades!

Le parler tit ze'f. Annie Le Berre éditions Le Télégramme

Précédente : Index : Histoire : Suivante
Mise à jour: mer 19-mai-04 9:28 x