Historique: 1988

Précédente : Index : Histoire : Suivante

Ligue de l'Ouest
En mars, La LOF fêtait ses 70 ans, elle compte 133.474 licenciés et 1.358 clubs. Le 25 Juin, M. Paul Le Hersant, est élu le nouveau président de la LOF.

À l'A.S.B.:
Résultats, Infos
Fin de saison 1987 - 1988:

Dirigeants:
Le 22 avril, le président Joël Pouliquen a démissionné. Il a été remplacé, comme président par intérim, par Guy Simon.
Démissionnent aussi: le vice président Roland Péron, et le trésorier Claude Le Jeune.
Nouveau bureau élu fin mai:
Colemard Charles: exerçant la profession d'Ingénieur Divisionnaire des TPE (Honoraire). président d'Honneur.
Leroux Jean-Pierre: exerçant la profession de PDG. Président.
Tanguy Pierre: exerçant la profession d'ingénieur de la SNCF. Vice-président.
Simon Guy: exerçant la profession de conducteur de travaux. Secrétaire.
Christian Tondereau. Trésorier.
Quivouron Christian: exerçant la profession de chef d'entreprise. Directeur sportif.
Dr. Colemard Christian: exerçant la profession de docteur en médecine. Conseiller médical.
Dr Urcun: exerçant la profession de docteur en médecine.
Responsable de la communication: Corrales Michel.
Auffret Jean-Pierre: exerçant la profession de professeur; Bossard Robert: exerçant la profession d'employé d'EDF; Hélies Henry: exerçant la profession de chef d'entreprise; Perchirin Gilbert: exerçant la profession de chef d'entreprise; Paul Michel: exerçant la profession d'employé d'EDF; Tartu Gérard: exerçant la profession d'employé d'EDF.(Courrier de l'A.S.B. à la sous-préfecture le 29-05).
Finances:
L'A.S.B. est obligée de demander à la ville de garantir un prêt de 500.000 fr. Cette opération permettrait de clarifier les finances du club. (Télégramme du 17-02)

Coupe de France: 8ème tour. A.S.Brestoise - Locminé: 1à 2. (14-02)
Championnat: La saison continue et les mauvais résultats s'enchaînent. Match nul contre ASPTT Nantes à domicile. 0-0; Défaite à Ménez-Paul contre U.S.Concarneau. (Quinquis se blesse, Philippe Lemoine est expulsé, l'A.S.B. perd sur un penalty ). Match d'une triste médiocrité (Télégramme. 13-03).
Pour terminer la saison, en plus des problèmes sportifs, le président Joël Pouliquen, le vice-président Roland Péron, le trésorier Claude Le Jeune, démissionnent. L'entraîneur Philippe Le Moine est remplacé par Claude Gestin. Tous ces mouvements n'y changeront rien, Les "A" descendent... encore une fois et se retrouveront la saison suivante en division d'Honneur.

Fin de saison mouvementée : "Christophe et Patrick ou aucun des deux". L'absence de Patrick Quinquis n'est pas passée inaperçue dans les rangs de l'A.S.B. Alors, bien entendu, la question se posait sur les raisons de son éviction puisqu'il s'est présenté à Ménez-Paul où Philippe Lemoine lui signifiait qu'il ne reviendrait pas sur sa décision en dernière minute en l'incorporant dans l'équipe.
Le coach asbéiste s'est refusé à tout commentaire: Cependant, les dirigeants brestois nous ont expliqué que l'élimination de Christophe, frère de Patrick, n'avait pas été appréciée par la famille Quinquis, très solidaire. D'où un échange de mots aigres-doux se soldant par un ultimatum aux responsables: " Christophe et Patrick, ou aucun des deux ". Philippe Lemoine ne voulut surtout pas céder à l'ingérence parentale dans ses responsabilités d'entraîneur, décidant de se priver des services de Patrick, même s'il regrettait une discorde vraiment stupide. (A.S.B. - Nantes. 0 à 0). (Georges Kody. Le télégramme du 06-03)
Nouvelle crise à l'AS Brestoise: Joël Pouliquen a démissionné de la présidence La semaine dernière, un profond désaccord éclatait au sein du comité directeur de l'A.S.Brestoise, sur lequel rien n'avait été dévoilé, ni avant, ni après le match contre Saint-Sébastien afin, semble-t-il, de ne pas troubler la relative sérénité de l'équipe de Philippe Lemoine. Les problèmes financiers ne sont pas étrangers à la décision du président Joël Pouliquen d'annoncer sa démission, confirmée par une lettre officielle au club. Là ne s'arrête pas la discorde puisque plusieurs membres du bureau ont émis l'intention de se montrer solidaires de leur président, notamment Roland Péron, vice-président, et Claude Le Jeune, trésorier. Une importante réunion est programmée pour demain soir jeudi afin de tenter de dénouer la crise (Ouest France du 26-04)
A l'A.S.Brestoise, les années se suivent et se ressemblent. Il ne se passe pas une saison sans qu'il y ait des problèmes. Ainsi, à la suite d'une réunion houleuse qui s'est déroulée la semaine dernière, le président Joël Pouiiquen, le vice-président Roland Péron et le trésorier Claude Le Jeune ont adressé leur démission au secrétariat du club. Interrogé sur les motifs de cette décision, le président n'a pas voulu se prononcer avant une prochaine réunion du comité directeur. Il semble toutefois que cela soit du aux mauvais résultats et aux différends qui existent depuis un certain temps entre les éducateurs et l'entraîneur de l'équipe fanion Philippe le Moine, soutenu inconditionnellement par le président. Le fait d'avoir nommé une personne étrangère au club pour manager l'équipe alors que l'entraîneur était suspendu de terrain durant un mois n'a pas du tout été apprécié. D'autant que, l'adjoint technique Claude Gestin était tout à fait disponible. D'autre part, il serait aussi reproché aux dirigeants l'orientation prise pour l'avenir: " pourtant, nous pensions que c'était le meilleur ", avouait, déçu, le président.
Dans cet imbroglio, quelle sera l'attitude de l'entraîneur? " C'est surtout pour Philippe Le Moine que cela m'ennuie, mais Il a encore deux ans de contrat... " ajoutait-il en précisant que sa décision était à 85 % irrévocable. (Ouest France du 27-04)
Entraîneur: Démissions a l'A.S.Brestoise. Précisions de l'entraîneur Philippe Lemoine, à la suite de l'article paru (voir O.-F. d'hier), sur les démissions du président et de ses adjoints, l'entraîneur Philippe Le Moine tient à préciser: "Je n'ai aucun problème avec les éducateurs du club, contrairement ce que j'ai pu lire. Quant Jean Claude Tulasne (puisque c'est de lui qu'iI s'agit) qui me remplace sur le banc de touche, Il est eu club depuis mai 1987. Je ne vais pas nier, cependant, que je n'ai pas d'ennemis au club, notamment avec certains dirigeants qui veulent me déstabiliser, afin que,je m'en aille. Mais pour mol, l'essentiel est de s'entendre avec les joueurs et les éducateurs". (Ouest France du 28-04).
Guy Simon, président par intérim. A la suite de la démission de Joël Pouliquen, Guy Simon assurera l'intérim au sein de l'A.S.Brestoise, du moins jusqu'au 6 mai, date de la prochaine réunion du comité directeur. En fait, le nouveau président sera à la tête d'une direction collégiale composée de cinq membres dans laquelle figure Pierre Tanguy, l'ex-président de la section omnisports. Ce dernier, chargé des relations avec la presse, nous a confirmé que la place de l'entraîneur Philippe Lemoine n'était pas remise en cause. Et que d'autre part ils avaient demandé au trésorier et vice-président, MM. Roland Péron et Claude Lejeune, eux aussi démissionnaires, de revenir sur leur décision. (Ouest France du 30-04).
Joël Pouliquen " Beaucoup d'amertume ": Le président démissionnaire, est amer. Qualifié, lors d'une réunion, de " mauvais gestionnaire " et de " dictateur ", il a été poussé, ainsi que le vice président, Rolland Péron, et le trésorier, Claude Lejeune, à quitter le navire. Sur ce nouveau conflit qui agite l'A.S.Brestoise, l'ex-président s'explique.
Ouest France : Quelles sont les raisons de ces démissions?
Joël Pouliquen: Cela est venu à la suite de la garantie d'emprunt de 500.000 fr. cautionnée par la municipalité. Celle-ci ne devant être accordée que si le club faisait des concessions financières. Cela supposait d'alléger divers défraiements, versés aux entraîneurs, éducateurs et postes administratifs.
O.F: Et cela n'a pas plu?
J.P.: Cela n'a surtout pas été apprécié par la secrétaire administrative du club qui, après avoir expose son problème à diverses personnes, a réussi à provoquer une commission de football, alors que le projet avait été accepté par le comité directeur. Une commission qui, soit dit en passant, n'aurait pas dû avoir lieu dans la mesure où le club n'est plus omnisports.
O.F.: Vous vous y êtes quand même rendu?
J.P.: J e m'y suis effectivement rendu, et je me suis fait " tirer dessus ". J'ai été traité de mauvais gestionnaire et de dictateur.
O.F.: C'est après cette réunion que vous avez décidé de donner votre démission?
J.P.: C'est en effet à la suite de celle-ci que Roland Péron, Claude Lejeune et moi même avons démissionné, parce que les barons du club !'ont décidé.
O.F.: On vous reproche de manquer de communication.
J.P.: J'ai peut-être manqué de communication avec certaines personnes. Mais peut-être ont-elles aussi manqué de présence à certaines réunions. On ne les a finalement vu réapparaître que quand il y a eu des problèmes. Il y a à l'A.S.B. des sujets tabous qu'ils ne faut pas bousculer.
O.F.: Votre soutien inconditionnel à Philippe Lemoine irritait également?
J.P.: Si un président n'est pas solidaire de son entraîneur, une équipe peut-elle bien fonctionner? Philippe faisait tout pour être un ban, entraîneur. D'autre part, s'il n'a pas de résultats, il n'est pas véritablement en cause. Il fait avec les moyens du bord. Ensuite, il faut préciser que j'étais farouchement opposé à l'éviction de Claude Gestin, ex-entraîneur. Mais à cette époque, je n'étais pas président.
O.F.: Les nouveaux responsables ont semblent il demandé au vice-président Rolland Peron et au trésorier Claude Lejeune de revenir sur leurs démission... ?
J.P.: C'est exact! Mais je peux vous assurer qu'ils s'en tiendront à leur décision. Indirectement, ces responsables me rendent hommage car c'est avec eux que je travaillais principalement. C'étaient les chevilles ouvrières du club. Cela démontre aussi leur incapacité à gouverner.
O.F.: Vous avez beaucoup d'amertume ?
J.P.: Moi et mes collègues, nous sommes bien sûr très amers, car nous nous étions beaucoup investis pour I'A.S.Brestoise. Nous avions commencé à redresser les finances et mis en place un plan de survie. Je le répète, il faut à tout prix passer par un allégement financier. C'est la condition sine qua non pour prétendre à la garantie d'emprunt, et par là même à la survie de l'A.S.Brestoise. (Recueilli par Charles Podeur. Ouest France du 03-05).

Philippe Lemoine

Solitude de l'entraîneur.

A.S.Brestoise - P.T.T. Nantes. Claude Gestin à nouveau sur la brèche L'A.S.Brestoise a déjà un pied en D.H. Autant dire que ce match contre les Postiers nantais est celui de la dernière chance. D'autant que les P.T.T. de Nantes ne sont qu'à trois points et qu'ils sont aussi concernés par la relégation: "Tant qu'iI reste un espoir, Il faut le jouer ", affirmait Claude Gestin, qui a été rappelé pour la circonstance. Claude, qui vit intensément pour ce club, essaiera en tout cas de montrer la voie à suivre à tous ses coéquipiers… Dans l'ambiance actuelle, Il est peut-être difficile de trouver une certaine sérénité… Avec ses jeunes, l'A.S.Brestoise a en effet autre chose à faire valoir que tous ces remous et problèmes, incessants. Beaucoup devraient d'ailleurs méditer sur le comportement de Claude Gestin. Quelles que soient les circonstances, il a toujours su répondre présent pour le bien de son club. Pourtant, il n'a pas toujours été remercié comme il le fallait... Qu'importe! Samedi soir, il tentera de montrer l'exemple pour défendre ses couleurs, afin de ne pas contrarier cette ultime chance. (O.F. 07-05) (résultat: 0 - 0).(O.F. 09-05)
Club brestois, 400 licenciés, cherche président... A l'AS Brestoise on voudrait bien ne pas avoir à passer, ces jours prochains, une petite annonce du style: " Club brestois, avec entraîneur diplômé, disposant d'installations anciennes, mais d'un Club-House tout neuf, recherche, pour plusieurs saisons, président, sérieux, dynamique, bénévole pour diriger les équipes du club ". Et pourtant... Depuis la démission du président, Joël Pouliquen, le 22 avril dernier, personne ne s'est encore présenté pour prendre ces fonctions à l'AS Brestoise. Pour faire face à cette situation, et parer au plus pressé, deux commissions ont été mises en place au sein du club, l'une de gestion, l'autre des finances, mais un club a d'autant plus besoin d'un président à son chevet qu'il ne va pas très bien. Sans être malade, loin s'en faut, l'AS Brestoise, depuis quelques saisons, n'est pas en très grande forme. Même si sa gestion est saine, le club doit, encore aujourd'hui, faire face à d'anciennes dettes. A deux dimanches de la fin du championnat, l'équipe première occupe la dernière place, et est menacée de relégation en Division d'Honneur. Comme si cela ne suffisait pas, des problèmes internes ont récemment agité le club. Bref, une situation générale qui appellerait des décisions rapides et des remèdes efficaces, mais sans président comment faire!
A la recherche de l'homme : Sans vouloir prendre en main les destinées du club, et encore moins s'emparer du pouvoir, deux hommes remuent, actuellement, ciel et terre pour tenter de stopper la " dégringolade" du club. Guy Simon, le secrétaire général du club, président par intérim, et Gilbert Perchirin, éducateur au club, ne ménagent ni leur temps, ni leur peine. Notre premier souci, commentent-ils en chœur, est de trouver un président pour l'AS Brestoise. Jusqu'à présent nos démarches sont restées vaines, mais nous trouverons. Nous allons ensuite essayer de suivre au plus près le plan de financement que nous nous sommes fixés, et si l'équipe première doit repartir en D.H., eh bien elle repartira en D.H.
Il y a deux saisons l'ambiance à l'AS Brestoise, sans être euphorique, était à l'optimisme. Bien classée en Division III, l'équipe première, forte de quelques éléments de valeur, pouvait espérer. Vieillissement général Comment en est-on arrivé là ? Avec 34 saison passées chez les " Bleus de France " Guy Simon a le droit de parler. " L'équipe que nous avions, il y a deux saisons, a vieilli d'un coup. Et, parce que nous n'avons pas su ou voulu y incorporer les jeunes, sept joueurs, pour des raisons diverses, nous ont quittés. Nous nous sommes retrouvés avec une équipe première dont la moyenne d'âge n'avait pas 20 ans, c'est bien, mais en Division III, aujourd'hui, il faut autre chose ".
"Après un début de saison prometteur, l'équipe s'est, à mon avis, effondrée, poursuit Guy Simon, parce qu'elle a manqué de joueurs d'expérience, parce que les jeunes récupèrent moins vite que des joueurs plus mars, parce que nous avons eu des blessés, dont Patrick Quinquis qui avait, dans l'équipe, un rôle important ".
Guy Simon, qui fit partie de ces équipes qui ont tracé et quelquefois en lettres d'or l'histoire du club, se défend de vouloir vivre du passé. Derrière l'équipe première, les matériaux ne manquent pas, en effet. L'école de jeunes de l'AS Brestoise connaît toujours une belle audience. Trois équipes juniors, cinq équipes cadets, quatre équipes minimes, sans compter la bonne centaine de pupilles, poussins constituent les bases du club qui reste, malgré tout, solide. Quelle que soit la situation du club en fin de saison, D.H. ou D.III, on fera, nécessité oblige, avec les moyens des bords. Mais... quels seront-ils. " Il est encore trop tôt pour savoir si tous nos joueurs premiers resteront", affirment Guy Simon et Gilbert Perchirin.
Bon nombre d'entre eux sont étudiants ou en âge scolaire. La réussite ou non à un examen peut modifier bien des choses. Un seul élément est aujourd'hui, pour l'instant sûr, notre entraîneur Philippe Lemoine reste au club.
D'ici la reprise, la saison prochaine, Guy Simon et Gilbert Perchirin auront certainement dénichés, pour l'AS Brestoise, "le", président qui lui convient. (Télégramme. Le 12-05)
Le dernier match d'une équipe de l'A.S.B. en national: Ancenis - A.S.B.


Résultats, Infos.
Saison 1988 - 1989:

Commission sportive: Responsable technique D.H.: Jousseaume J.(Ndlr: Puis P'tit Claude Gestin.),
D.H.R..: Gestin C.,
1ère division district: Riou J.-P.,
Juniors: Beauvillain, P., Chardonnet J.,
Cadets: Martinez M.,
Minimes: Cantin M.,
Kinésithérapeute: Cloatre A., Urcun J.,
École de foot: Golhen D., Legall A., Helou J.,
Responsables Commission technique: Simon G.;
Buvettes: Boucher Ch.;
Secrétaire coordinateur: Azou M.
Entraîneur: Philippe Le Moine et Claude Gestin pour les seniors "A" et "B". En cours de saison, Jacques Jousseaume sera appelé. En fin de saison P'tit Claude reviendra aux commandes.
Christian Quivouron est le directeur sportif.

Renouveau?: Paradoxalement au moment où l'équipe première descend un nouvel échelon en quittant les championnats nationaux qu'elle fréquentait pratiquement en permanence depuis une trentaine d'années, c'est un souffle nouveau alimenté par des discours offensifs et prêtant à l'optimisme qu'on a senti passer sur le club asbéiste à l'occasion d'une assemblée générale qui contrairement aux précédentes, avait fait recette vendredi avec 80 participants.
Ce regain de motivation est lié directement à l'arrivée à la présidence de Jean-Pierre Le Roux, 33 ans, chef d'une entreprise de fabrication de nems qui fait dans le style fonceur et qui se montre plus soucieux du fond que de la forme " Je n'ai pas pour habitude de faire dans la dentelle et le maire de Brest est maintenant bien placé pour le savoir" pour insuffler un nouveau dynamisme à l'AS brestoise. Il n'hésite pas ainsi à faire appel au langage agressif de l'entreprise en présentant par exemple vendredi deux films sur sa société Luang et sur le bateau qu'elle sponsorisait lors de la Route du Rhum en 1986, ce qui, pour une assemblée, habituée depuis plusieurs années à un discours morose, voire nostalgique, constituait un changement de décor radical.
Devenir le premier club amateur de l'Ouest. " Certes, le dernier enfantement a été douloureux mais cela promet un enfant bien vigoureux. Il est temps de mettre fin au trajet ondulatoire que le club a suivi depuis plusieurs années et de ne plus vivre du passé. Avec le moteur (Jean-Pierre Le Roux) qui nous propulse, si les wagons sont bien attelés, le train asbéiste devrait bien fonctionner"
affirmait Charles Colemard qui occupait vendredi le poste de meneur de jeu et qui veut voir le ballon relancé dans quatre directions principales.
1. Retrouver notre public.
2. Améliorer nos installations.
3. Recréer ou renforcer nos structures.
4. Progresser dans la formation des jeunes ".
Balle saisie au bond par Jean Pierre Le Roux: " Actuellement, l'A.S.B. ne vaut rien, pas même 10.000 F. Son fonds de commerce, ce sont les jeunes. Mais ça commence à bouger au niveau du sponsoring. Notre volonté est de faire de l'A.S.B. le premier club amateur de l'Ouest en attirant 300, 400 et peut-être 500 personnes à chaque match dans un stade complètement ouvert et surtout rénové. Les relations avec, la mairie ont peut-être été un peu dures mais il n'est pas digne pour une ville comme Brest de laisser nos installations dans cet état ".
10.000 fr. à trouver chaque mois
Alors que cinq nouveaux membres font leur entrée au comité directeur, le club se dote, à côté des commissions sportive et financière existantes, de deux nouvelles commissions. L'une chargée de la publicité. Une autre chargée de la communication à l'intérieur du club avec la création d'un journal mensuel tiré à 500 exemplaires (la dernière édition du " Petit Bleu " remontait à janvier 1978) et surtout avec l'extérieur.
" Il Y avait là une lacune importante qu'il s'agit de combler rapidement pour véhiculer la nouvelle image de marque qu'on veut donner au club ".
Sur le plan financier, le club traîne, certes, un lourd boulet avec une perte d'exploitation de 121.510 F pour l'exercice écoulé et surtout un déficit de 592.706 F (un emprunt de 500.000 F cautionné par la mairie et un moratoire avec l'URSSAF s'élevant à 92.706 F). Mais cette courbe très négative pourrait s'infléchir, à entendre Christian Tondereau, le nouveau trésorier: " Si nous trouvons 10.000 F par mois pour payer les remboursements d'emprunts, et les contacts que nous sommes en train de nouer, avec des sponsors nous incitent à l'optimisme ".
Mais c'est encore à la réalité du terrain et à celle d'un championnat de D.H. où l'A.S.B. sera contrainte de jouer tout de suite les premiers rôles avant de songer à mieux que les bonnes intentions affichées plus haut se trouveront confrontées. " Seuls de bons résultats permettront de rassurer la mairie et les sponsors" devine Jean Pierre Le Roux. (Yvon Joncour. Le Télégramme. 30-06)
Le Staff technique est en place
: Sous l'impulsion de son nouveau président Jean-Pierre Leroux, la commission sportive de l'A.S.B. s'est restructurée avec des nouveaux et des anciens éducateurs.
C'est ainsi que la saison prochaine Christian Quivouron sera le directeur sportif, il pourra compter sur Philippe Le Moine et Claude Gestin pour les seniors "A" et "B", Jean Pierre Riou et Jean Chardonnet, alors que les cadets auront Marcel Martinez et José Fichaut comme éducateurs. Pour les minimes Michel Cantin apportera toute son expérience, l'école de foot étant sous la responsabilité de Dominique Golhen. Pour Christian Quivouron cette restructuration était prioritaire "je pense qu'il est temps d'arrêter l'hémorragie et que l'A.S.B. redevienne ce qu'elle était, une école de foot enviée par les autres clubs et qui devrait être la pépinière de notre équipe première étant elle même le moteur de l'édifice. Nous devons nous donner un nouveau look avec une vie associative dynamique. De plus pour la prochaine saison nous avons deux nouvelles commissions, une pour la communication, une pour la publicité".
Voilà les premiers points dévoilés par Jean-Pierre Leroux et Christian Quivouron, des chefs d'entreprise décidés qui espèrent communiquer à tous les dirigeants leur volonté de vaincre... (Le Télégramme. 30-06) Mouvements: Comment casser la spirale de la défaite qui a conduit le club à chuter de deux divisions en deux ans et lui redonner un élan qui le remettrait sur la voie de nouvelles conquêtes, étant entendu qu'il ne pourra se satisfaire longtemps de l'anonymat de la Division d'honneur? C'est l'interrogation devant laquelle l'A.S.Brestoise, qui s'est livrée à un lifting de son équipe dirigeante à l'intersaison, se trouve placée. Et c'est bien un esprit de revanche sur le sort qui l'anime à trois jours du démarrage de la compétition à Plumelec. " L'équipe a, en effet, une revanche à prendre. Comme moi, dont le nom a été associé inévitablement aux deux descentes successives", lance Philippe Lemoine.
"Notre ambition est de jouer les premiers rôles sans pouvoir affirmer d'entrée que nous allons conquérir telle ou telle place. Mon premier devoir est de stabiliser l'équipe et le club sur le plan technique ". S'il devine, que " la place au soleil " sera difficile à conquérir avec un Stade Quimpérois B qui fait figure d'épouvantail et s'il voit "des concurrents très sérieux" dans l'E.S.Baud et l'A.S.C.Léhon, que son équipe affrontera dès les deuxième et troisième journées, Philippe Lemoine trouve aussi plusieurs signes d'encouragement. D'abord dans un flot de départs moins volumineux qu'il y a un an (six, dont ceux de trois titulaires habituels, contre neuf à la fin de la saison 1986-87). " Depuis deux ans il y a eu une arrivée massive de jeunes qui commencent à s'aguerrir et dans les trois premiers matches de préparation, contre Lannion, Carhaix et le Stade Léonard, on a pratiqué un jeu collectif prometteur, lequel, dans un championnat aussi physique que la D.H., devra être notre force principale ". Car le recrutement asbéiste n'a pas été et ne pouvait pas être tapageur. Il reste, qu'à côté d'une valeur sûre comme Kader Khélouya, issu de la Légion, l'enthousiasme démontré par Hervé Tanguy et par Mustapha Kherraz, un libéro du Stade-Morlaisien, incite à un optimisme raisonné.
Arrivées: Kader Khélouya (Légion), Mustapha Kherraz (Stade Morlaisien), Hervé Tanguy (Arzelliz), Edmond Delpierre (Versailles).
Départs: Stéphane Abgrall (Véloce Vannes), Stéphane Zamozik (Meaux), Alain Philippe (Guipavas), Marc Salaün (US Concarnoise), Alain Calvarin (Locmaria-Plouzané), Christophe Quinquis (Landernéenne).
Effectif: Jadé, Gogé, Kherraz, Cochet, Durose, Arzur, Le Ven, Leroux, Perchirin, Podeur, Apperé, Khélouya, Julou, Tanguy, Tréguer, Quinquis, Ronceray, Roudaut, Wattebled, Nicolas, Riou, Castagnet, Le Bousse. Entraîneur : Philippe Lemoine. (Le Télégramme. 25-08).
Reprise de l'entraînement à l'ASB: La reprise de l'entraînement pour les seniors a eu lieu lundi soir au stade du Petit-Kerzu, sous la direction de Philippe Lemoine. Le président, Jean-Pierre Leroux, en tenue au milieu de ses joueurs, se montrait satisfait: " La saison débute sous de bons auspices. Nos efforts ont été récompensés. En effet, le terrain d'entraînement a été entièrement refait; la porte d'entrée démolie et le stade devrait offrir un nouveau visage aux spectateurs. Il est bon de souligner l'effort fait par la mairie et je tiens à la remercier ". Comme les bonnes nouvelles n'arrivent jamais seules, le président ainsi que le directeur technique, Christian Quivouron, ont déniché un sponsor, et pas n'importe lequel, pour la prochaine saison puisqu'il s'agit de " Patrick ".

Cette première prise de contact a permis de constater que le groupe était décidé et le copieux programme qui l'attend devrait lui permettre d'être au top niveau pour la reprise du championnat. (25-07)
Championnat: Les seniors "A" sont en D.H. et les "B" en D.H.R. Le départ est encore difficile pour les seniors "A": "Les Méléciens sur un nuage" (29-08, défaite 3 à 0); "L'A.S.B. vole en éclats": (05-09 défaite 0 à 3); "Déjà le signal d'alarme": (05-09); "Premier succès pour Léhon": (12-09. 2 à 0).

Équipe seniors "A" saison 88-89.

Le 04 septembre, l'A.S.B. perd 3 à 0 devant l'U.S.Baud. Jacques Jadé avait pourtant arrété un pénalty. Ambiance des mauvais jours dans le vestiaire des "Bleus".
Il faut attendre le 20 septembre pour voir le premier succès des "A". puis recommence un cycle de défaites.
Après le changement d'entraîneur, les résultats ne sont pas meilleurs. Le 5-décembre, l'A.S.B. doit affronter le leader, le Stade Quimpérois. Le Télégramme du 3 décembre titre: "L'A.S.B. sans complexe devant le leader quimpérois". Le 5, nouvel article: " Une rapide leçon d'efficacité". Résultat: 4 à 0 pour le Stade Quimpérois
Patrice Rio: Parallèlement au championnat, dans les journaux régionaux les titres concernant la D.H. sont fait par la dernière nouvelle qui concerne l'A.S.B.:
- "Patrice Rio signe à l'A.S.B". Ancien joueur de Nantes, Rouen et Rennes (541 matches de division 1, 40 de Coupe d'Europe, 17 sélections), sera qualifié dans une semaine... il occupera un poste de directeur commercial sur la région de Nantes pour la société Luang que dirige le nouveau président. (Le Télégramme du 10-09).
"Pas avant décembre"
suite à un problème de qualification comme amateur, Patrice Rio ne peut jouer avant le début janvier. (Ouest France 06-10).
Patrice Rio:
Suite et fin...? De nombreux changements mais toujours pas de Rio. (Le Télégramme. 18-11)

Coupe de France:
S.C.B.2 sort l'A.S.B. 1 à 1 puis penalties. (Ouest France 10-10)
L'entraîneur Philippe Lemoine remplacé par Jacques Jousseaume: Il était évident, que depuis plusieurs semaines, la situation de Philippe Lemoine était devenue très précaire au sein du club asbéiste. Elle a été rendue encore plus fragile par le match décevant disputé par son équipe devant l'US Montagnarde B dimanche dernier, 1 à 1, et qui a incité le président Jean-Pierre Le Roux à convoquer hier soir en séance extraordinaire le comité directeur du club. Au bout de deux heures d'une discussion passionnée, Philippe Lemoine a été limogé du poste d'entraîneur de l'équipe première, une décision avec laquelle étaient en désaccord Pierre Tanguy et Charles Colemard, qui ont présenté leur démission du comité directeur, même si le dernier nommé demeurera président d'honneur du club. C'est Jacques Jousseaume qui a démissionné hier de l'US Pont-l'Abbiste, qui devient le nouvel entraîneur asbéiste. " Jacques travaillera en collaboration étroite avec Claude Gestin, précise, Jean-Pierre Le Roux. Les équipes "A" et "B" s'entraîneront en même temps, afin de créer une plus grande stimulation entre les joueurs. Il faut donner du sang neuf au groupe. Une page a été tournée à l'A.S.B. C'est notre tournoi de la fin décembre qui apportera la preuve de l'esprit d'équipe et de la solidarité au sein du club ". Jacques Jousseaume décidera dans un mois et demi s'il poussera plus loin l'expérience. "Je prendrais alors ma décision non pas à partir des résultats sportifs mais en fonction de la motivation de tout le monde au sein du club". Philippe Lemoine qui restera au club et qui se verra proposer une nouvelle fonction aujourd'hui ou demain (peut être au niveau de la section des jeunes) ne s'est pas montré surpris par la sanction qui le frappait. " Mon éviction du poste d'entraîneur était, j'en suis convaincu, programmée par le président et le directeur technique depuis leur arrivée au club au mois de mai. C'était une chose écrite. Depuis deux mois, le président ne m'adressait plus la parole. Certes, il n'y avait pas la manière dans nos derniers matches mais on prenait des points et on commençait à bien resserrer les boulons, ce qui augmente ma déception ". (Michel Gaudichon)
Réaction: Comme c'est souvent le cas lorsqu'une équipe est victime d'une baisse de tension, le fusible (ou si vous préférez l'entraîneur) a sauté. Philippe Lemoine, puisque c'est de lui qu'il s'agit, accepte la règle du jeu. Amer plus que déçu, et tout à fait calme, il dénonce le manque de communication avec le président et le complot qui, selon lui, a conduit à son éviction.
" Je l'aurais encore bien accepté si J'avais été remplacé par un super, mais est-ce le cas?
Que je sache, Jacques Jousseaume n'a pas fait ses preuves en tant qu'entraîneur. J'étais pourtant prêt au dialogue : Je n'ai trouvé personne à qui parler. Depuis le soir de notre élimination en coupe, et du soutien que Jean-Pierre Le Roux n'avait alors apporté, Je n'ai eu aucun contact avec lui."

Et d'ajouter: " Cela sentait le complot, la magouille. L'équipe ne jouait peut-être pas très bien mais nous prenions des points, avec un effectif qui n'était pas celui promis eu départ puisque le président avait annoncé un renfort par ligne. On les attend toujours. " Bref, l'ex entraîneur des " Bleu de France " a le blues.
" J'admets fort bien avoir pu me tromper, car en matière de psychologie ou de pédagogie, nul n'est à l'abri de l'erreur. Mais ce que j'ai du mal à avaler, c'est le manque de franchise du président à mon égard. Ça fait mal sur le plan humain."
Sous contrat avec l'A.S.B. jusqu'au 30 juin 1989, il ne veut surtout pas d'un placard: " J'attends toujours que l'on me confie d'autres responsabilités ", déclarait-il dimanche, trois jours après son limogeage. "Le cas échéant, l'amicale des éducateurs dont je fais partie serait prête à engager une action. "
(Ouest France. A. L 'Haridon. 15-11).
Sponsors: Deux nouveaux sponsors sont arrivés: Les assurances UAP et la société de communication Eurocos que préside un anciens Asbeiste, Bernard Brochant. (Le Télégramme du 24-09).
Animations: Le tournois en salle de l'A.S.B. se déroule cette année salle Cerdan. Quimper et le Stade brestois sont les premiers vainqueurs du trophée de la ville de Brest.
Une sélection des pros bretons, bat une sélection des U.S.A. par 6 à 2. (Le Télégramme. 31-12)
Mérite sportif de la ville de Brest: Le trophée "dirigeant" est attribué à Martial.


Staff technique.


ET PENDANT CE TEMPS LÀ...!

SPORT:

Football:
Le Championnat de France tente la victoire à trois points.

Champion de France
A.S.Monaco;

Coupe de France
F.C.Metz / F.C.Sochaux: Paris (Parc des Princes) Arbitre : M. Bouillet Claude (11/06): 1 à 1 (ap) 5 à 4;

Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe
F.C.Maline;


Coupe de L'U.E.F.A.
Leverkusen;


Coupe d'Europe des clubs
P.S.V.Eindhoven;

Coupe Intercontinentale
Nacional;


Championnat d'Afrique des nations
Cameroun / Nigeria 1 à 0;

Championnat d'Europe des nations
Pays Bas / U.R.S.S. 2 à 0;

Ballon d'or:

Van Basten (Milan A.C.);


Rencontres internationales
Israël / France: 1 à 1,
France / Suisse: 2 à 1,
France / Maroc: 2 à 1,
France / Espagne: 2 à 1,
Irlande du Nord / France: 0 à 0,
France / Tchécoslovaquie: 1 à 1,
France / Norvège: 1 à 0,
Chypre / France: 1 à 1,
Yougoslavie / France: 3 à 2.

NOUVELLES INTERNATIONALES:

Prix Nobel de la Paix: Forces des Nations Unies gardiennes de la paix
L’ONU entreprend son premier effort de maintien de la paix en 1948, pour contrôler l'armistice entre Israël et les états Arabes. Les gardiens de la paix de l’ONU, appelés «Casques bleus», en raison de la couleur de ceux-ci, sont surtout, mais pas exclusivement, d’anciens soldats fournis par leurs gouvernements et subordonnés à la direction de l’ONU. Normalement, ils sont déployés par le Conseil de sécurité pour exécuter deux types d'opérations de maintien de la paix: soit en groupes d'observateurs non armés, soit en forces militaires légèrement armées. Les forces de maintien de la paix ne peuvent être employées que si tous les belligérants acceptent leur présence. Leur fonction peut être d’empêcher l'intensification d'un conflit, de faciliter la réalisation d’un règlement pacifique, ou bien d’exécuter d’autres opérations, telles que le contrôle d’un cessez-le-feu, la démobilisation, le désarmement, l’assistance humanitaire, la vérification de l’application des droits de la personne et la surveillance d'élections. Dans certains cas, cependant, la stabilité qu’ils amènent peut servir à prolonger un conflit sous-jacent. Jusqu’à l’attribution du prix Nobel aux Forces des Nations Unies gardiennes de la paix en 1988, 13 opérations avaient été entreprises, notamment au Moyen-Orient, au Congo, en Inde, au Pakistan et à Chypre. Depuis lors, 36 nouvelles opérations ont été lancées, parmi lesquelles celles du Cambodge, de la Géorgie, de la Somalie et de la Bosnie.

www.nobel-paix.ch

Arménie
Un tremblement de terre fait plus de 50.000 morts.

Vache folle:(... si ce n'est pas bon chez nous, continuons à le vendre à l'exportation...!).
Le ministère de l'Agriculture, de la Pêche et de l'Alimentation (MAFF) britannique décide, le 18 juillet, d'interdire de nourrir les bovins avec des farines d'origine animale (avec effet au 31 décembre).
Par contre, les exportations de ces mêmes farines sont toujours autorisées...
Le 24 juillet, l'Australie interdit toute importation de bétail en provenance du Royaume-Uni. L'utilisation du lait provenant d'une vache infectée, ou suspectée de l'être, est également prohibée et il doit être impérativement détruit (novembre)
.


EN FRANCE:

Nous sommes sous la Vème République. François Mitterrand est président de la République.

Présidentielles
Le 22 mars, à 72 ans, François Mitterand annonce qu'il se représentera à la présidence de la République. Le 24 avril, lors du premier tour, Jacques Chirac devance Raymond Barre et sera l'adversaire de François Mitterand. Le 8 mai, François Mitterand est réélu avec 54,01% des voix.

Otages
Le 5 mai, les otages du Liban son libérés..... juste avant le second tour!. Eux aussi bénéficient des élections. On s'en félicite.

Nouvelle-Calédonie
En mai, l'assaut de la grotte d'Ouvéa par les forces de l'ordre fait 21 mort dont 19 indépendantistes.
Le 26 juin, accord de Matignon sur la nouvelle Calédonie, Le 28 août, Michel Rocard est sur l'île pour constater le retour de la paix civile.

Législatives du 12 juin
La gauche obtient la majorité.

R.M.I.
Le R.M.I. (Revenu Minimum d'Insertion) est mis en place le 11 novembre.

I.S.F.
Création de l'impôt sur la fortune.


EN BRETAGNE:

"La Bretagne bretonnante"
Chaque maîtresse de maisonnée invitait les autres à venir festoyer chez elle, une fois l'an au moins, sous le signe du café. On commençait la tournée à la Noël et on la poursuivait jusqu'à la fin janvier à raison de plusieurs: séances par semaine, à partir de quatre heures ou encore dans la soirée. On ne manquait aucune de ces stations de pèlerinage social à moins qu'on ne fut occupé à mourir sur son lit. Les hommes y figuraient, certes, mais ces réceptions annuelles étaient surtout une affaire de femmes. Occasion pour chacune de montrer aux autres sa maison et ses derniers aménagements. Et puis, assemblée plénière où l'on faisait le bilan de l'année. Les langues allaient bon train. Mais, autant que je sache, la courtoisie était de rigueur. On oubliait Les menus griefs, on se répandait en compliments, on raffinait les gestes et les paroles, on était tout près de donner dans les mondanités futiles, ma parole. En somme, chacun était en représentation pour l'honneur de sa maisonnée et se surveillait sans répit pour lui éviter toute honte.

"Savoir-vivre en Bretagne" Édition d'art JOS Le Doaré

Tempête
Le 22 janvier, un cargo panaméen, le Brèa, perd pendant une tempête au nord d'Ouessant plus de 700 fûts de sulfure de sodium et d'acétone. De très nombreux fûts sont récupérés sur le littoral breton.

Le 31 mars, L'Amazone, un pétrolier italien, perd 3.000 t de pétrole au large d'Ouessant.

Détails/infos:
http://http://www-brestecoles.enst-bretagne.fr/4moulins/archives/archives1999-2000/documentaires/mareenoire/amoco.htm;
http://http://www.mairie-brest.fr/colloque-amoco/
http://ecole.portsall.free.fr/HTML/amoco.htm
http://www.macpassion.ch/sites/maree-noire/amoco.html

ET À BREST:

Georges KERBRAT, médecin hospitalier, est maire de Brest.

Georges LOMBARD est président de la C.U.B.

Parlé "Tit Zef"
Un Flanchec Boire un Flanchec:
boire un verre de vin rouge
Daniel Le Flanchec, maire communiste de Douarnenez, fut très populaire. Révoqué sur ordre des Allemands, il est mort en déportation. Une hypothèse populaire concernant cette expression est qu'elle peut provenir de l'analogie entre la couleur du vin et celle de son parti politique, puisque les communistes sont couramment appelés "les Rouges".

Le parler tit ze'f. Annie Le Berre éditions Le Télégramme

Précédente : Index : Histoire : Suivante
Mise à jour: lun 4-oct-04 23:46 x