Historique: 1987

Précédente : Index : Histoire : Suivante


Ligue de l'Ouest
Le 7 Décembre, mort subite du Président Guiard. La nouvelle a frappé de stupeur le monde du football breton. Léon Guiard, le président de la Ligue de l'Ouest de football, est décédé lundi matin. Rien ne laissait prévoir une fin aussi rapide, puisque samedi dernier, il présidait, à Rennes, l'assemblée générale extraordinaire de la L.O.F. A l'issue de celle-ci, il ne cachait pas sa satisfaction. Il avait, en effet, ressenti comme un échec personnel a mauvaise organisation de l'assemblée générale du mois de juin à Ploufragan.
La sono défectueuse, la fin de réunion houleuse pour le moins, tout cela, il l'avait mal accepté. Il avait insisté auprès des services de la ligue pour que cette fois tout se passe au mieux. Il avait obtenu je son conseil que l'article 49, qui avait fait couler tant d'encre et causé tant de difficultés, soit reconsidéré. En un mot, il avait tenu face aux délégués des clubs ce qu'il avait promis. Le succès de cette assemblée générale extraordinaire ne pouvait donc que le réjouir.
Pour autant, quand nous lui avons posé la question " serez-vous l'an prochain candidat à votre propre succession? ", sa réponse fut sans ambiguïté. " Non, je n'y tiens pas. J'aurai 70 ans en 1988. Un nouveau mandat me mènerait à 74. Ce ne serait pas raisonnable. C'est trop de responsabilités et les déplacements sont si fréquents que je ne suis que trop rarement chez moi. J'ai beaucoup donné au football, il me faut maintenant songer à ma famille et à mon épouse en particulier ".
Une réponse claire et précise, mais à laquelle hélas il ne pourra donner suite. La mort est venue le faucher brutalement. Dimanche matin encore il se promenait dans les rues de Brest. Pris de malaise dans la soirée, il fut transporté dans une clinique. Il devait y décéder dans la nuit, victime d'une rupture d'anévrisme.

(Le Télégramme Décembre).

À l'A.S.B.:
Résultats, Infos
Fin de saison 1986 - 1987:

Remarque: En fin de saison 86 - 87, le 13 février 1987, nous voyons apparaître des juniors dans l'équipe de D3.
Philippe Le Moine incorpore en effet, en équipe "A" : Fabrice Arzur, 19 ans, arrière latéral, Le Bousse, 18 ans, et... "le petit Corentin Martins", 17 ans et demi, au milieu de terrain pour le match contre Redon. (Ndlr: Martial Sagorin, 20 ans, lui rentrera le 14 mars contre Saint Lo).
Ce match à domicile contre Redon est difficile. L'A.S.B. en prend 6!. Philippe Lemoine déclarera: "Je suis fautif"...
Quelques années plus tard le "petit Corentin" fera une brillante carrière professionnelle et deviendra international: Corentin Martins.

Dirigeants: Fin mars, Joël Pouliquen devient président de la section football.
Championnat:
Le début de l'année n'apporte pas de bons résultats, dans une mauvaise ambiance générale. Battus à domicile par Lorient 1 à 0, par Caen 3 à 0 malgré un excellent Christian Gouriou, 3 à 0 à La Roche. Les matches nuls contre Cherbourg et Nantes ne sont pas suffisants pour assurer le maintien. Les bleus terminent dernier, à... 9 points de l'avant dernier La Roche sur Yon. Leur meilleure place sur la saison fut 10ème à; lors de la première journée.
Finalement, en fin de saison ils descendent en D.4.
Classement final de la D.III:

Gambardella: Dans la poule de qualification pour les 16ème de finale, un joueur fait la une des journaux: "L'A.S.B. avec Martins pour rencontrer le Mans" (Ouest France du 1er avril); "L'A.S.B. avec Corentin Martins, titulaire et meneur de jeu de l'équipe de D III." (Le Télégramme. ).
L'A.S.B. de Guy Simon, passe six buts aux juniors du Mans! l'équipe était la suivante: Jadé, Le Ven, Julou, Tanniou, Durose, Arzur, Y. Le Roux, Perchirin, Martins, Roudault, Quinquis, Le Bousse, Pailler.
. .. Corentin Martins se révélait à la fois le meneur de jeu talentueux et le libérateur des " bleus " en marquant le second but d'une reprise foudroyante (2ème)... Le 5ème fut un petit chef-d'œuvre de préparation de Martins, il offrit à Yvon Julou un " tout cuit " (85ème). Enfin, le 6ème couronnait le " petit prince" de Ménez-Paul, Martins tirait un coup franc des 25 mètres, précis et tendu, dévié par le mur sarthois, hors de portée de Philippe Besnier (8
ème). (Le Télégramme. 02-04).

Les jours de l'A.S.B. sont comptés: Le stade de Menez-Paul, à la belle époque du C.F.A., on l'appelait "la Mecque du football amateur ". Vers les années soixante, l'A.S.Brestoise, superbe, devenait un monument dans l'Hexagone: les Bleus de France collectionnait les exploits en championnats.
Plusieurs fois finalistes ils traitaient sur un pied d'égalité avec le " monstre " amateur de l'époque, Quévilly. En Coupe, ils réalisaient des exploits fabuleux...
On en parle encore dans les chaumières de l'incroyable élimination du grand Racing-CIub de Paris en quart de finale, à Nantes! Cette longue période de gloire, l'A.S.Brestoise la devait à Martial Gergotich. Les meilleurs joueurs n'étaient jamais trop chers pour renforcer l'ensemble. Mais avant tout le club se voulait la meilleure école de formation. Et puis, un jour, les ennuis commencèrent...
En remplaçant Gergotich, son entraîneur, l'A.S.Brestoise perdit un peu de son âme. Elle descendit bientôt en division d'honneur à la grande tristesse de tous.
Beaucoup de remous suivirent: des démissions nombreuses, tant parmi les dirigeants que les joueurs. L'A.S.Brestoise ne remettra jamais de cette période de discorde. Léon Guiard, alors trésorier du club aux caisses vides, devenait son président (il préside aujourd'hui la Ligue de l'Ouest). Pour redresser la barre, il tentait un coup de poker: il proposait que le club prenne le statut professionnel afin de s'engager en Division Il. Mais hélas, la municipalité, dirigée par Georges Lombard, ne suivit pas. Elle se refusait de lui mettre le pied à l'étrier en accordant une subvention à l'A.S.Brestoise lui permettant de tenter l'aventure professionnelle et lui évitant la descente au niveau régional.
Le commencement de la fin... Quelques années plus tard, le Stade Brestois, son rival de toujours, passait en Division 1. Ce fut alors vraiment le commencement de la fin et le nombre des spectateurs rétrécissait telle une peau de chagrin. Bientôt, il n'y eut plus que cinq cents supporters pour suivre les Bleus de France. Le dernier sursaut survint avec l'arrivée de Marc Rastoll en tant qu'entraîneur. Les Bleus réalisaient trois bonnes saisons en division III mais, sur le plan financier, la situation devenait angoissante.
La mairie, par la voix de Guy Leclercq, répondait toujours " non " aux demandes répétées pour obtenir une subvention de fonctionnement de l'ordre de 300.000 fr.. Un soutien qui paraissait pourtant logique pour un club de division III possédant 5 à 600 licenciés...
En vérité, la ville ne voulait surtout pas créer un précédent en renflouant la trésorerie de l'A.S.Brestoise afin de ne pas être assaillie de demandes émanant d'autres clubs. " Vous vivez au-dessus de vos moyens... Votre entraîneur, en particulier, grève lourdement votre budget..." Guy Leclercq tenait ces propos à l'assemblée générale en se lavant les mains des comptes futurs."
En fin de saison dernière, Marc Rastoll quittait Brest pour Quimper. Les résultats étaient beaucoup moins bons. La situation économique s'était encore dégradée. "Nous avons un passif de 250.000
fr. et une perte d'exploitation prévisible de 150.000 fr.". "Il nous faudrait donc trouver 400.000
fr. pour boucler l'exercice .", calcule Michel Le Breton, le président de la section football. Il n'hésite pas à tirer à boulets rouges sur une municipalité qui ne tient pas ses engagements: " N'oubliez pas que début, 1986, la démolition de nos vieilles tribunes pour des raisons de sécurité, fut le signal d'une politique de la terre brûlée... Nous avons, du même coup, perdu la moitié de nos supporters! M. Leclercq avait promis de nous rebâtir un stade dans les meilleurs délais. Les travaux devaient débuter avant la fin de l'année passée. Nous en sommes toujours au même point. .. Nous nous débattons dans une situation infernale, catastrophique, sans réel soutien... C'est à croire que l'A.S.B., on veut tout simplement la laisser mourir dans un climat d'indifférence. "
Les dirigeants brestois espèrent encore continuer jusqu'à la fin du championnat. "Il nous faut 70.000
fr. par mois pour assurer le fonctionnement du club ", souligna le président lors de la dernière réunion du comité. Des mesures ont été prises:
1. Plus d'avantages financiers pour les joueurs. Les engagements pris sont suspendus jusqu'au mois de juin.
2. Il était décidé, une nouvelle fois, de lancer un SOS amitié en associant le Brest Armorique à l'occasion d'une rencontre amicale: les entreprises concernées par le sauvetage, du vieux club brestois achèteraient les billets et les redistribueraient à leurs clients. Voilà l'idée mise au point pour essayer de joindre les deux bouts et pour tenter, une ultime fois, de sortir de l'ornière. L'issue paraît irrémédiable si la ville continue à ignorer que l'AS Brestoise est en train de compter ses jours...
(DAVID VIVIAN Le Journal du Dimanche le 25-01)

Réflexions: Déjà passablement secouée par les démissions successives de Serge Lannuzel, Philippe Salomé, Christian Gouriou (qui est revenu depuis sur sa décision et reste donc au club), et Gilles Calvarin, puis par celles de François Moutel et de Michel Le Breton de son poste de président de la section football (Pierre Tanguy assurant l'intérim), l'AS brestoise a connu un nouveau coup de froid (samedi 12 février).
Sur le terrain: Cette fois, avec l'échec subi face à Redon (6 à 1), qui obère un peu plus l'avenir du club. Lorsqu'il faisait le bilan de la soirée Philippe Lemoine, l'entraîneur, ne cherchait guère de faux-fuyants
Q : Comment expliquer cette lourde défaite, alors qu'une victoire sur Redon avait un caractère indispensable?
Philippe Lemoine. " D'abord on est tombé sur une bonne équipe de Redon, mais ça ne suffit pas à expliquer totalement ce résultat catastrophique. La responsabilité de cet échec m'incombe. Je me suis trompé dans le choix des joueurs et dans le plan de jeu. Si des joueurs n'ont pas fait la prestation qu'ils auraient du réaliser, c'est que je suis fautif car je n'aurais pas du les faire jouer. On a surtout manqué de battants et de joueurs plus vifs".
Q. Est-ce que la dernière chance de l'A.S.B. de se maintenir en Division III est passée ?
P. L. "Je ne le crois pas. Ce 6 à 1 me sera peut-être plus bénéfique que néfaste, car il va me libérer l'esprit et me faire voir les choses d'un œil nouveau. Il est regrettable que nous ne soyons pas plus aidés par notre public et qu'on se soit fait " tailler" dans les tribunes durant le match alors que, dans la période actuelle, les joueurs qui consentent des sacrifices (ils ne sont pas payés) auraient besoin d'un soutien moral. Il n'en est pas moins vrai que la réponse doit être donnée sur le terrain. Le seul point positif, samedi, aura été le bon comportement des trois juniors (Arzur, Martins et Le Bousse), et leur prestation me fait croire que tout n'est pas perdu ".
Q. Mais y. a t il encore, chez les dirigeants et les joueurs, la volonté de sauver le club?
P .L. " Chez les dirigeants je ne sais pas car ceux qui mont mis en place (Le Breton et Moutel) sont partis. Chez les joueurs, cette volonté existe certainement. C'est plus une séance de récupération psychologique qu'on a eu ce matin (dimanche). Il est certain que les joueurs ont pris un coup au moral, mais ils veulent toujours se battre. Nous avons eu une discussion qui a été constructive. Elle a permis de crever certains abcès et d'avoir ce dialogue que je prône, que je n'avais peut-être pas jusque-là avec certains joueurs. On s'est dit ce qu'on avait sur le cœur. C'est mieux ainsi. Il faudra maintenant se battre davantage sur le terrain, car l'espoir d"éviter la relégation subsiste ". (Le Télégramme 16-02)
Dimanche à Menez-Paul: C'était jour de fête pour Martial Gergotich (24-05).


Résultats, Infos.
Saison 1987 - 1988:

Dirigeants: Colemard Charles: exerçant la profession d'ingénieur divisionnaire des TPE (Honoraire). président d'Honneur.
Pouliquen Joël: exerçant la profession de responsable commercial. Président.
Tanguy Pierre: exerçant la profession d'ingénieur à la SNCF. Vice-président, Chargé des relations publiques. Peron Roland: exerçant la profession d'agent d'assurances. Vice-président; chargé des problèmes administratifs.
Simon Guy: exerçant la profession de conducteur de travaux. Secrétaire.
Le Jeune Claude: exerçant la profession d'employé de banque. Trésorier.
Dr Colemard Christian: exerçant la profession de docteur en médecine. Conseiller Médical .
Dr Urcun Michel: exerçant la profession de docteur en médecine. Conseiller Médical.
Comité de Direction: Auffret Jean-Pierre: exerçant la profession de professeur; Bossard Robert: exerçant la profession d'employé à la SNCF; Creff Gérard: exerçant la profession de restaurateur; Denis Raymond: exerçant la profession d'employé aux PTT; Guermeur Robert: exerçant la profession d'Employé à la SNCF (en retraite); Jaouen André: exerçant la profession d'administrateur des PTT (en retraite); Jouin Marcel: exerçant la profession de chauffeur; Le Monze Roger: exerçant la profession de Directeur de Société (en retraite). (Courrier de l'A.S.B. à la sous-préfecture le 09-12).

Entraîneur:
Pour la saison, Philippe Lemoine est en charge des seniors "A", Claude Gestin en "B" et Christian Gouriou en "C".

Stage de début de saison 1987-1988.

Mouvements des joueurs: Sont sur le départ Quéré (entraîneur, Plouider), Jousseaume, Le Guen (entraîneur, Stade relecquois), Stervinou (entraîneur, Plouvien), Martins (Stade Brestois), Lousse (Cherbourg), Abgrall, Avila (US Pont-l'Abbé), Page (Plouhinec) et ce n'est peut-être pas terminé "...Philippe Lemoine constate que ... a partir du moment ou il n'est pas possible de proposer de l'argent aux joueurs, plusieurs clubs inférieurs dans la région brestoise ont eux les moyens de s'attacher leurs services.... l'équipe sera composée de joueurs de plus de trente ans et de jeunes de moins de 22 ans. "
L'abondance de biens d'un côté, la nécessité de reconstruire une équipe de l'autre, ont conduit à un rapprochement raisonnable du Brest Armorique et l'A.S.Brestoise. Philippe Le Moine à donc vu, d'un très bon œil, l'arrivée de trois jeunes stadistes (Marc Salaün, Michel Collorec, Stéphane Abgrall) dont la décision d'endosser le maillot bleu apparaît judicieuse.
Dans le dédale des règlements... Jean-Philippe Jambou ne cache pas, en effet, qu'il possède tellement de bons jeunes que l'impératif d'utiliser en priorité l'effectif professionnel ne lui permettait pas d'offrir une chance à tous les espoirs du club.
Arrivées: Salaün, Collorec, Abgrall (Brest Armorique), Khélouya (Légion Saint-Pierre), Quinquis (Stade quimpérois), Le Bourhis (Evreux).
Effectif: gardiens de but, Gogé, Jadé, Le Bourhis; défenseurs, Collorec, Durose, Podeur, Arzur, Cochet, Tanniou, Philippe; demis, Viard, Salaün, Appéré, Abgrall, Ronceray; attaquants, Quinquis, Roudaut, Sagorin, Le Bousse, Khélouya, Guichaoua.
(Télégramme de juillet).
Championnat:
Les seniors "A" sont en quatrième division. Les "B" en D.H.R., les "C" en première division. Le début de saison est encore une fois difficile sur le terrain. Après le 1 à 1 sur son terrain contre Ingrande, Philippe Le Moine déclare: "On s'en tire bien. Nous avons été médiocres, les gars n'écoutent pas les consignes. Pourtant, l'équipe avait besoin de se racheter de son match de Concarneau... Il faut attendre la venue du F.C.Nantes, le 28 septembre pour voir la première victoire. 2 à 1. Buts de Roudeaut et Tréguer.

Équipe seniors "A" saison 87-88
4ème division.

Équipe seniors "B" saison 87-88
D.R.H.

Équipe minimes saison 1992 - 1993.

Coupe de France: 7ème tour. Coray - A.S.Brestoise: 0 à 2. (20-12)

ET PENDANT CE TEMPS LÀ...!

SPORT:

Football:
Première dans le football : Anne-Marie Dupuis, maire de Cannes, arrive à la présidence de l'AS Cannes.

Champion de France
G.Bordeaux;

Coupe de France
G.Bordeaux / O.Marseille: Paris (Parc des Princes) Arbitre : M. Vautrot Michel (10/06): 2 à 0;

Coupe de la ligue
F.C.Metz / A.S.Cannes 2 à 1;

Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe
Ajax Amsterdam;


Coupe de L'U.E.F.A.
I.F.K.Göteborg;


Coupe d'Europe des clubs

F.C.Porto;

Coupe Intercontinentale
F.C.Porto;


Ballon d'or:

Gulit (Milan A.C.);

Rencontres internationales
France / Islande: 2 à 0,
Norvège / France: 2 à 0,
R.F.A. / France: 2 à 1,
U.R.S.S. / France: 1 à 1,

France / Norvège: 1 à 1,
France / R.D.A.: 0 à 1.

NOUVELLES INTERNATIONALES:

Prix Nobel de la Paix: Oscar Arias-Sanchez (1941; politique; Costa Rica).
Oscar Arias est né à Heredia au Costa Rica et fait des études aux États-Unis, au Costa Rica et en Angleterre. Étudiant, il s’engage dans le Parti de libération Nationale (P.L.N.). En 1969, il devient professeur de sciences politiques à l'Université de Costa Rica et se lance dans la politique un an plus tard. Sous les présidences de Figueres et Oduber, dans les années 70, il devient Ministre du planning national et de l’économie politique, puis Secrétaire-général du parti. Il sera élu président à son tour en 1986. Pendant sa présidence, il se consacre à la poursuite d’un accord de paix en Amérique Centrale en relançant le processus de paix de Contadora, qui était en suspens. Pour mener à bien ce processus, il soumet son propre traité de paix aux participants, et ceux-ci l'acceptent et le signent le 7 août 1987.

www.nobel-paix.ch

Contadora
En 1983, le Mexique, le Venezuela, la Colombie et Panama coopèrent pour développer un plan de paix pour l’Amérique centrale.

Intifada
Début de l'intifada «le soulèvement». Un fort mouvement de protestation dans les territoires occupés, Cisjordanie et Bande de Gaza, qui a pris la forme de jets de pierres contre les véhicules israéliens, puis contre la police et l'armée. Ce mouvement avait pour but de mettre fin à l'occupation et à la colonisation israélienne dans ces territoires.

Vache folle
En avril, les premières études épidémiologiques sur cette nouvelle maladie commencent au Royaume-Uni, afin d'obtenir des données détaillées sur un échantillon représentatif du cheptel anglais. En décembre, ces premières études sont terminées et publiées. Elles concluent que l'hypothèse la plus probable pour expliquer l'apparition de la maladie est l'incorporation, dans la ration alimentaire des ruminants, de farines d'origine animale (ovins et bovins essentiellement) non parfaitement décontaminées lors de leur fabrication (publié en 1988 : 95, 96, 97. I.N.R.A.).

Téléthon
Pour se doter de moyens financiers nécessaires, l'AFM organise le premier Téléthon français, une opération annuelle de collecte de fonds. Grâce au succès du Téléthon, l'association s'engage dans de nombreuses actions pour promouvoir toutes les recherches permettant la compréhension de ces maladies.


EN FRANCE:

Nous sommes sous la Vème République. François Mitterrand est président de la République.

Social
Niveau de chômage record: 2.654.000 demandeurs d'emploi.

Greffe du cœur
Décès d'Emmanuel Vitria qui a vécu 19 ans avec un cœur greffé.


Action directe
Le 21 février: arrestation de Nathalie Ménigon, Joëlle Aubron, Jean-Marc Rouillan et Georges Cipriani, militants d'action directe.


EN BRETAGNE:

"La Bretagne bretonnante"
Le café est la vraie pierre de touche des bons rapports entre les membres de la société paysanne. Offrir ou recevoir le café, c'est affirmer sa place et assumer ses devoirs à l'intérieur d'une "compagnie", d'un quartier ou d'une "coterie". Cela peut être un ensemble de personnes ou de familles qui sont liées entre elles soit par l'aide mutuelle qu'elles se prêtent à l'occasion des grands travaux, les moissons par exemple, soit par de constantes fréquentations pour divers motifs. Ainsi les patrons des fermes importantes ont-ils, dans leur dépendance quelques "ménagers" qui leur empruntent, pour leurs besoins, un cheval ou une machine, et des gens du bourg, ouvriers, artisans ou petits commerçants qui se fournissent chez eux en produits de la terre. Une sorte de clientèle. A la ferme, le café est libéralement offert à toute personne de la "compagnie" qui vient faire visite. En retour, quand les fermiers vont au bourg pour la messe du dimanche, ils boivent le café dans les maisons amies avant de rentrer chez eux. Ils ont leur "demeurance" dans ces maisons. D'autres relations s'établissent entre les habitants d'un quartier, c'est-à-dire un secteur délimité qui a une vie propre (haut du bourg, bas du bourg, hameau, chapelle Saint X, etc...). La "coterie" désigne des relations plus étroites pour des raisons d'amitiés électives.

"Savoir-vivre en Bretagne" Édition d'art JOS Le Doaré

ET À BREST:

Georges KERBRAT, médecin hospitalier, est maire de Brest.

Georges LOMBARD est président de la C.U.B.

Parlé "Tit Zef"
On va pas se laisser aller:
On remet la tournée
Variante des nombreuses expressions du genre "on ne marche pas sur une patte", cette expression annonce une réaction contre la morosité ou le cafard: "la rafale" !

Le parler tit ze'f. Annie Le Berre éditions Le Télégramme x

Précédente : Index : Histoire : Suivante
Mise à jour: lun 4-oct-04 23:44 x