Historique: 1980

Précédente : Index : Histoire : Suivante

À l'A.S.B.:
Résultats, Infos
Fin de saison 1979 - 1980.
Coupe de France:
Au 7ème tour Stade Rennais - A.S.B. 4 à 1. (13/01)
Championnat:
Événement. Pour la première fois de son existence, l'A.S.B. fait un déplacement en avion!
P.S.G. - A.S.B.:
Une petite chance... (le pessimisme règne dans le camps brestois). Pour ce match de février, les Bleus sont privés de Roumier qui est remplacé par Christian Gouriou qui fait sa rentrée en DIII et de Ali Ahamada blessé à la hanche et remplacé par Vasseur en défense centrale.
"Un point... un tout petit point, cela serait parfait...
".
Et deux points? Roland Bourse répond par un éclat de rire, visiblement il ne croit pas au Père Noël ni aux miracles, et puis il se ravise, il dit: "Nous allons faire le maximum... Les gars vont se bagarrer comme toujours et à l'impossible nul n'est tenu ".
Il faut voir les choses en face. Lisieux reçoit Creil, si les Lexoviens gagnent, ils vous passent devant?
"Oui! momentanément nous serons dans une position de relégable si le championnat s'arrêtait demain... Cependant, je soulignerai que Lisieux a joué deux fois contre Chartres, au demeurant il me semble plus facile de battre les Chartrains que les Saint-Germanois de Choquier".
Roland Bourse n'hésite pas à extrapoler quelque peu en se promettant quatre points supplémentaires contre l'actuelle lanterne rouge.
En attendant le vol sur Paris, agréable cette innovation proposée par le dévoué René Bénéat (c'est la première fois que les " Bleus" de déplaceront par avion) Roland Bourse n'apparaît guère optimiste quant au résultat. "Avec Bensoussan, le plus grand gardien de but français par la taille, la défense ressemble à un barrage quasi-infranchissable, soulignait l'entraîneur asbéiste, étalant les chiffres du goal-average du P.S.G., seulement 12 buts encaissés et, de plus, c'est la meilleure attaque du groupe, avec le Stade briochin, 32 buts marqués. Quoique Beltramini, le buteur, soit passé au-dessus. Le P.S.G., ajoutait encore Roland Bourse, regroupe des jeunes, de vrais espoirs et des stagiaires déjà " vicelards" au contact des pros".
J'ai préféré laisser Bernard Roumier au repos complet. Certes, il pouvait trottiner jeudi soir, néanmoins je n'ai pas voulu courir le risque de le voir indisponible durant deux mois. D'autant que Christian Gouriou paraît en pleine possession de ses moyens. J'ai confiance dans les possibilités de Jean Vasseur en libéro. J'espère que Pascal Mellaza confirmera notre si petite chance en cette difficile journée. Si elle se présente, il ne faudra pas la laisser filer...
On s'imagine les "Bleus" forçant les frontières de l'impossible, alors Gergo, comme au bon vieux temps, raconterait ses meilleures histoires au retour...
Georges KODY
"Un exploit de l'A.S.B". Deux buts de Mellaza et un de Paugam.
Martial Gergotich:
" A Saint-Germain, j'ai retrouvé le vrai visage de l'A.S.B. ": " Je n'y croyais pas ", a avoué encore Roland Bourse vingt-quatre heures après l'exploit. "J'y croyais ", rétorquait Martial Gergotich parce qu'au football rien ne semble impossible. Gergo en a vu d'autres. Il pourrait en raconter et des coups fumants, invraisemblables même qui n'arrivent pas qu'aux autres. Ce n'était pas de la présomption. Une idée qui germa dans les airs. Dans l'avion de Paris où Gergo et Roland Bourse firent connaissance avec Georges Peyroche et Alvès.
Les autres joueurs du P.S.G.(Pro), vainqueurs à l'Armoicaine durent attendre le train de l'après-midi pour rejoindre la capitale.
L'entraîneur parisien leur donna rendez-vous l'après-midi sur le banc de touche avec l'intention de "casser" du Brestois le dimanche comme le samedi... Peyroche ira de surprise en surprise devant la supériorité des "Bleu". Un fond de jeu qui l'étonna avec un Pierrot Bianic qu'il ne connaissait pas... Un Jean Cariou dynamique, tranchant, marquant le second but, celui qui enlève le doute, après que Pascal Mellaza ait une première fois semé la panique. Et enfin Pierre Paugam donnant le coup de grâce. Il se souviendra le petit Pierre, (comme dans un rêve) de la vague joyeuse de ses coéquipiers qui l'emporta vers le bonheur complet. Moral de gagneur Il est certain que durant la période noire où l'A.S.B. mangea de la vache enragée, elle se forgea cette volonté de s'en sortir. Gergo mettait l'accent sur le renouveau qui s'amorça contre Creil dans une prise de conscience collective. " A Saint-Germain, nous contait le père Martial, heureux, j'ai retrouvé le vrai visage d'une équipe débarrassée de tout complexe, sachant se battre avec un moral de gagneur. Marquant un but, puis deux, cherchant ensuite à en ajouter un troisième. La meilleure manière de préserver un avantage acquis, c'est de jouer l'offensive sans prendre de risques inutiles ". "Voilà donc une victoire qui n'a rien du miracle ", ajoutait à son tour Roland Bourse. La veille du match il se gardait de toute présomption en précisant qu'un petit point l'aurait comblé. Bernard Torillec l'ancien secrétaire général du club, exilé à Paris pour des raisons professionnelles, crut aussi qu'il rêvait... Avec quel enthousiasme il confiait à Jean Duval, l'ancien gardien de buts du Stade brestois, venu se replonger dans l'ambiance des "P'tits Zefs" qu'il ne reconnaissait pas les "Bleu" poignardant trois fois le géant Bensoussan. Jamais le goal du P.S.G. n'avait encaissé trois buts... Jamais le grand échassier n'avait été aussi mortifié sous les yeux de son entraîneur admiratif, devant le culot étalé par une A.S.B. vraiment en fête à saint Germain pour obtenir une superbe revanche.
Georges KODY

Suivra une série de bons résultats: Chartres - A.S.B. 2 à 3, le 10 février; 1 à 1 à Brest devant l'U.S.Montagne, le 17 février; 1 à 1 devant l'U.S.Montagne, 0 à 0 à Lisieux; 2 à 1 devant Malakoff
"... Le retour de l'ange blond": "Je crois que Jousseaume leur a apporté ce qui leur manquait! Quel rayonnement"
avouait Yvon Fercoq l'entraîneur de Malakoff.

... Jousseaume mène le bal...; Jousseaume le talent... Jacques n'était pas seul a être cité dans la presse locale: ... Deux buts de Mellaza; Bianic... que nous ne connaissions pas; la présence de Gouriou dans les buts...;


Ali Ahamada, Roumier, Abiven, Le Guen (Bernard, le frère de Paul) etc... étaient absents ou blessés ce jour là...

Derby A.S.B. - Stade.

Un derby pour le prestige. Gouriou, Bianic, et Vasseur.

Le fait du jour. " Je ne dirai pas que nous méritions de gagner par 3 à 0, disait Roland Bourse, mais plutôt 3 à 1 que 3 à 2 ". Il semble que l'analyse de l'entraîneur asbéiste ne soit pas exagérée. Les occasions demeurèrent plus franches avec la différence que J.-J. Salaün souligna plus de détermination, plus de tranchant chez les "bleus".
Martial Gergotich a sans doute raison de mettre le doigt sur le fait du jour en fouillant vainement dans sa mémoire: "Je ne sais plus depuis combien de temps l'A.S.B. n'avait pas battu le Stade ". Le Stade brestois ne nous a jamais donné l'impression qu'il pouvait renverser la vapeur, Dédé Pallier n'a jamais été pris en défaut. Quant a Jean Vasseur, il évolua en couverture, tout en se frisant les moustaches. Il se permit même d'aller donner une balle en or à Pascal Mellaza après avoir mené une échappée en diagonale jusqu'à la ligne de fond.
Georges KODY
L'A.S.B. rate sa sortie à Brest: A.S.B. - Chartres: 2 à 3. (04-05)


Cariou marque le deuxième but mais un peu tard...

Dernier match: Racing Club de France - A.S.B. 1 à 1. Les bleus ramènent un match nul mérité devant le Racing qui avait dans ses rangs un Jean Michel Larqué grincheux et vieillissant. (11-05)
Classement final de la D.III:

Roland Bourse: " Jouer le titre la saison prochaine...". L'A.S.B. a découvert Colombes et sur la magnifique pelouse d'un terrain annexe "aussi belle que celle de l'Armoricaine", soulignait Roland Bourse elle a tenu tête aux Racingmen de Jean-Michel Larqué. "Mieux encore, affirme le coach, nous méritions de gagner... Et puis, vous savez, le Racing, qui m'avait impressionné favorablement à Brest, m'apparaît beaucoup moins bon avec l'ancien Stéphanois. Le jeu collectif, la vitesse d'exécution en souffrent. De plus, il n'arrête pas de râler " . Larqué, au milieu d'amateurs qui ont tendance à le regarder jouer en se figeant, cela nous rappelle un épisode remontant à une dizaine d'années: Théo, que René Rolland baptisa "le baldaquin dans la chambrée ", avec tous les petits Bleus de l'époque, s'arrêtant pour admirer sa touche de balle.
"Larqué n'apporte rien "
répète Roland Bourse, "nous étions partis pour faire quelque chose... Nous avons laissé le minimum de liberté à nos adversaires, de plus nous eûmes généralement le monopole du ballon ".
Si les Bleus...
Le coach asbéiste effectua un rapide bilan d'une poule retour où son équipe a pratiquement amassé le double de points qu'à l'aller. " Nous avions onze points au milieu du championnat, aujourd'hui nous en comptons 31 ".
Eh oui! Si les Bleus avaient pris le même nombre de points d'août à décembre, ils occuperaient tout simplement la seconde place. Les ambitions futures Les ambitions brestoises ont d'ailleurs monté en flèche pour la prochaine saison. Forts de l'expérience d'une année en troisième division, compte tenu que nous allons garder tous nos éléments, que nous allons essayer de nous renforcer de deux très bons joueurs, capables d'apporter une amélioration à l'ensemble, à l'image des satisfactions que nous donna un garçon comme André Pallier, je pense que nous pouvons annoncer bien haut des prétentions à nous mêler à la lutte pour le titre. Roland Bourse a certainement raison d'annoncer la couleur.
Le pavillon bleu au sommet de la D.III pour la seconde année?
L'état-major doit se sensibiliser à ce projet d'aller plus haut en donnant des moyens nettement supérieurs aux responsables. René Bénéat, le recruteur, sait qu'il a des renforts à portée de main. Dans un autre domaine, le bilan financier sera médiocre. Tout simplement parce que dans un championnat, pour attirer le maximum de spectateurs, il faut jouer les premiers rôles. Dans le cas contraire, on ne peut pas joindre les deux bouts.
Georges Kody
Critérium Juniors. Classement final: 1) Stade Quimpérois 70, 2) Stade Brestois 65, 3) Légion Saint Pierre 61, 4) A.S.B. 69...

Résultats, Infos.
Saison 1980 - 1981:
Dirigeants: Monsieur Le Monze Roger: exerçant la profession de directeur général. Président général. Monsieur Colemard Charles: exerçant la profession d'ingénieur Divisionnaire de l'équipement. Président général coordinateur.
Monsieur Jaouen André: exerçant la profession d'administrateur des P.T.T. Vice président chargé des finances.
Monsieur Gléonec Laurent: exerçant la profession de Chef de service de la sécurité sociale. Vice président chargé des tâches administratives.
Monsieur Bénéat René: exerçant la profession de chirurgien dentiste. Chargé de l'intendance et du recrutement. Monsieur Perigaux Francis: exerçant la profession d'animateur de formation technique. Président de la Section de handball.
Monsieur Mancion Marcel: exerçant la profession de chef de fabrication. Président de la Section Rugby.
Membres: Messieurs André François; Auffret Jean Pierre; Auffret Yvan; Beaulieu Claude; Beyer Joseph; Boniou François; Bossard Robert; Calloc'h Louis; Corlay Michel; Crenn Gilbert; Deniel Jean Pierre; Denis Raymond; Drevo Pierre; De Roissy Alfred; Gouriou Jacques; Guéguen Jean-Yves; Guermeur Robert; Heurté Henri; Horellou Henri; Kerbrat Pierre; Labat René; Le Coat Pierre; Le Saint André; Le Vergos André; Mevel Georges; Simon Guy; Tanguy Jacques. (Courrier de l'A.S.B. à la sous-préfecture le 20-10).
Entraîneur: Roland Bourse est entraîneur de l'équipe "A".

Présentation: Roland Bourse " Nous avons les moyens! " Les " bleus" ont travaillé sans bruit... Une traversée de l'été pour une préparation foncière sans coups d'éclat, sans résultats pour de "tape à l'œil" dans les matches amicaux.
Eh, ma foi! Roland Bourse apparaît tel l'entraîneur le plus heureux de l'Ouest... " Attendez..., dit-il, vous comprendrez pourquoi j'aime mieux que les choses se passent ainsi... Le championnat arrive... je pense que nous serons prêts en sortant d'une période de rodage discrète, où l'objectif prioritaire se situait dans la recherche pour intégrer tous les nouveaux venus à l'A.S.B. ".
- Où en êtes-vous? " Eh bien! Je me garderai d'affirmer que nous avons atteint, en un laps de temps si court, le degré espéré dans les automatismes. Collectivement, il reste beaucoup à faire. Cependant, si Dédé Pennec, notre renfort de milieu de terrain, semble connaître quelques difficultés pour trouver sa complémentarité dans l'équipe, par contre, pour Pascal Iquel, notre jeune Concarnois, et pour AIain Philippe, l'ancien Rennais : aucun problème; le premier, en attaque, devrait se révéler rapidement comme l'un des meilleurs ailiers de la Division III; le second, en défense, c'est du costaud... Alain a roulé sa bosse, il apportera tout le poids de son expérience".

- L'A.S.B. apparaît meilleure que la saison dernière? "Certainement... Nous nous sommes renforcés dans toutes les lignes. N'oubliez pas non plus que Michel Penn, après un an de purgatoire en D.S.R., devient pleinement opérationnel avec cette joyeuse fringale qu'il connaît, celle de jouer enfin au plus haut niveau ".
- Aucune inquiétude alors? "Un entraîneur s'habite toujours d'inquiétude... Rien n'est facile. Tenez! au cours des différentes rencontres amicales que nous venons de disputer, notre attaque balbutiait, elle piétinait, ne parvenant pas à concrétiser les occasions. On peut dès lors se poser des questions sur notre efficacité prochaine et, pourtant, avec des avants de pointe comme Pascal Méllazza, Jean Cariou, Michel Penn et Pascal Iquel, les ballons devraient aller au fond... ".
- Le groupe de Division III ? " D'une part, il y a les réserves pros. Nous commençons par recevoir la meilleure, celle du F.C.Nantes. N'es-t-elle pas championne chaque année? Elles influencent le classement pour l'accession, compte tenu des besoins à l'étage supérieur. De l'autre: je vois un Stade briochin très ambitieux, tandis que Malakoff semble saigné à blanc. Et puis, les inconnus dans la maison: les Vannetais de l'U.C.K. et du Véloce... Alençon... Le Stade français ".
- L'A.S.B: dans ce bal qui commence? " Nous voulons être à la fois modestes et ambitieux, fidèles à notre image de marque de bien jouer au ballon. Nous espérons que dans le meilleur climat, l'équipe donnera le maximum. Nous avons les moyens de bien figurer dans l'épreuve. Nous voulons montrer de quoi nous sommes capables en saisissant notre chance. Le bal commence avec les Canaris. Il n'y aurait rien de déshonorant d'être battus par les Nantais. Soyez persuadés néanmoins que dans cette soirée d'ouverture, mes gars vont se cracher dans les mains! ".

Georges KODY

Championnat: Quatorze " Bleu de France". Roland Bourse a sélectionné 14 joueurs pour le grand soir avec la venue du Football-Club de Nantes à Ménez-Paul : "Un élément supplémentaire dans chaque ligne..., soulignait-il. Une hésitation oscillant entre Hamada et Lannuzel pour la défense; Pennec et Paugam dans l'entrejeu; Penn et Iquel pour l'attaque ".
L'A.S.B. au départ 80-81 : Gouriou, Philippe, Pallier, Vasseur, Hamada, Lannuzel, Boucher, Biannic, Pennec, Paugam, Penn, lquel, Mélazza, Cariou.
Après quatre matches, l'A.S.B. est troisième avec deux nuls et deux victoires... Pascal Mellaza confirme ses dons dans le geste décisif... Après leur victoire face au Paris Saint Germain la cote des Bleus à l'heure des commentaires au café du commerce monte en flèche... Après six matches, L'A.S.B. est en tête et invaincue... Puis arrive la première défaite, 2 à 1, face à un ténor du groupe: Saint-Brieuc et seulement un point en trois matches dans le mois d'octobre.
Pascal Mellaza marque deux buts et les "Bleus de France" battent Lucé 3 à 1.
A.S.B. - Stade: 3 à 1 malgré un super Gouriou. Daniel Bernard a apprécié le match du gardien des bleus... "Il a au moins sorti cinq ballons qui allaient au fond... " ; "...Oui mais j'en ai pris trois de Letemahulu..."
.
Blessés: L'absence sur blessure de Pierre Bianic se fait de plus en plus sentir. Mellaza a des problèmes avec ses adducteurs, toute l'A.S.B. est inquiète, Roland Bourse n'en dort plus... Alain Philippe est blessé! problème de genoux... Difficile fin d'année.

Martial et ses poussins Champions de l'Ouest 1980.

Ils seront champions de l'ouest en Pupille saison 1982.


ET PENDANT CE TEMPS LÀ...!

SPORT:

Football:

Champion de France
F.C.Nantes;

Coupe de France
A.S.Monaco / A.Orléans: Paris (Parc des Princes) Arbitre : M. Konrath Georges
(07/06): 3 à 0;

Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe
Valence;

Coupe de L'U.E.F.A.
Francfort;

Coupe d'Europe des clubs
Nottingham Forest;

Coupe Intercontinentale
National;

Coupe d'Afrique des nations
Nigeria / Algérie 3 à 0;

Championnat d'Europe des nations
R.F.A. / Belgique: 2 à 1;

Ballon d'or:

Rummenigge (Bayern Munich);


Rencontres internationales
France / Grèce: 5 à 1,
France / Pays-Bas: 0 à 0,
U.R.S.S. / France: 1 à 0,
Chypre / France: 0 à 7,
France / Eire: 2 à 0,
R.F.A. / France: 4 à 1.

Cyclisme:
Bernard Hinault est champion du monde.

NOUVELLES INTERNATIONALES:

Prix Nobel de la Paix: Adolfo Pérez Esquivel (1931; Argentine).
« On ne peut parler de droits de la personne uniquement en termes de torture, d’emprisonnement et de massacres. Certes, ce sont les aspects les plus graves. Mais on doit aussi considérer le cas du paysan qui n’a pas de terre et qui meurt de faim »
Adolfo Pérez Esquivel est né à Buenos Aires, où il fait des études d’architecture et de sculpture. En 1974, après avoir passé 17 ans dans l’enseignement, Esquivel se voue entièrement au mouvement non-violent pour la justice et la paix. Il est nommé secrétaire-général du Servicio Paz y Justicia (SERPAJ), une fédération de militants non-violents pour le respect des droits fondamentaux en Amérique latine, y compris les droits économiques et sociaux. Le SERPAJ cherche à sortir du cercle vicieux de la pauvreté, de la violence et de la répression en soutenant la lutte des paysans et des ouvriers en faveur de leurs terres et de leurs droits. Dans cette période des années 70, l’Argentine connaît des troubles politiques qui se manifestent par des enlèvements et des meurtres commis par des groupes extrémistes de droite. En 1976, un coup d'État met en place un régime militaire féroce avec l'opposition. Dans la même année, Esquivel lance une campagne internationale pour l’établissement d’un Comité des droits de l’homme au sein de l’O.N.U.. Une année plus tard, il est arrêté sans chef d’accusation, torturé et emprisonné pendant 14 mois. Pendant toute sa vie, Esquivel luttera pour la promotion des solutions non-violentes aux problèmes de l'Argentine.

www.nobel-paix.ch

Jess Owen
Mort de Jess Owen. Qui après ses exploits sur les stades, en particulier à Berlin lors des jeux Olympiques de 1936 ou, sous les yeux d'Hitler, il remporta la longueur avec un saut de 8 m 02 et les 100 et 200 mètres, défendit la cause des minorités noires aux États-Unis.

Jeux Olympiques
Suite à l'invasion de l'Afghanistan par l'U.R.S.S., les États-Unis et une soixantaine de pays ne participent pas aux jeux. Uniquement un peu plus de 5.000 athlètes participent aux compétitions contre 9.379 en 1992.

EN FRANCE:

Nous sommes sous la Vème République. Valéry Giscard d'Estaing est président de la République.

Jean Robic
Mort de Jean Robic le célèbre vainqueur du tour de France 1947.


EN BRETAGNE:

"La Bretagne bretonnante"
Quand on se croise sur la route, la règle veut, qu'on échange quelques phrases anodines et de circonstance: Il fait beau! Vous voilà en chemin! On descend! On monte! Cela vaut cent bonjours. Les enfants sont dispensés. Ils doivent regarder les grandes personnes et attendre que celle-ci leur adressent la parole. Le respect enfantin est muet. Le devoir de l'adulte est de parler le premier. Il n'y manque jamais quand il est de bon lieu. S'il s'agit de deux adultes, c'est au plus jeune de commencer. Quand le soir tombe, il constate: la nuit arrive! La lumière est courte, etc... Et l'autre répond: Elle arrive. Elle est courte, etc.., Simple courtoisie qui n'a pas d'autre signification. Mais je connais des gens qui ne disent jamais bonne nuit qu'aux malades. Pourquoi? Parce-que les malades en ont besoin.

"Savoir-vivre en Bretagne" Édition d'art JOS Le Doaré

Pétrolier poubelle Tanio
Le 7 mars, le Tanio coule au nord de l'île de Batz: 7.000 à 8.000 tonnes de fioul de plus sur les plages de Bretagne!.

Détails/infos:
http://http://www-brestecoles.enst-bretagne.fr/4moulins/archives/archives1999-2000/documentaires/mareenoire/amoco.htm;
http://http://www.mairie-brest.fr/colloque-amoco/
http://ecole.portsall.free.fr/HTML/amoco.htm
http://www.macpassion.ch/sites/maree-noire/amoco.html

Une ville "Électrique"
Plogoff, capitale bretonne de la lutte antinucléaire


ET À BREST:

Françis LE BLÉ, chef de travaux de la marine, conseiller général est maire de Brest.

Joseph GOURMELON est président de la C.U.B.

Parlé "Tit Zef"
On a mis aux voix:
Il va y avoir à boire
La tradition syndicale se retrouve bien là: comme s'il s'agissait d'une grave décision mise au vote, quelqu'un annonce ainsi qu'il y aura une tournée.

Le parler tit ze'f. Annie Le Berre éditions Le Télégramme

Un géant dans la forme de radoub. Une première s'est produite en fin d'après midi dans la forme de radoub N° 3. Celle-ci a accueilli un pétrolier de 550.000 tonnes, Les plus grands existants à ce jour... il mesure 415 mètres pour les 420 mètres du bassin. En largeur, la marge est plus grande: 63 mètres pour 80. Le tirant d'eau en charge est de 25.60 mètres en charge, Il n'avait que 7 mètres lors de son entrée en forme. (16-05)


Précédente : Index : Histoire : Suivante
Mise à jour: lun 4-oct-04 23:35 x