Historique: 1977

Précédente : Index : Histoire : Suivante

Ligue de l'Ouest
Malgré l'opposition du groupement, I'assemblée fédérale dit oui à la Quatrième Division.
(27-06)
À l'A.S.B.:
Résultats, Infos
Fin de saison 1976 - 1977:

Sportivité:
Lors du match A.S.B. - U.C.K.Vannes le deuxième but de l'A.S.B. fut marqué sur coup franc indirect par Boennec. Le ballon sembla rentrer directement cerpendant l'arbitre l'accorda. L'entraîneur de l'U.C.K. posa des réserves techniques. Celles-ci ne seront pas confirmées à la fin du match, car les Vannetais reconnurent que le ballon avait été touché par un défenseur.
Championnat: A.S.B. - Douarnenez:
L'A.S.B. vient de démontrer devant l'U.C.K. qu'elle pouvait aller jusqu'au bout du sprint. "Nous ne changerons rien dans notre formation pour ce difficile derby à Douarnenez" soulignait confiant Ronan Thomas...
Le dernier quart d'heure fut fatal à l'A.S.B.
Après avoir mené 2 à 0 ( Boennec 27' et Lannuzel 60'), les "Bleus" se font remonter au 75 & 87ème minute... adieu le titre.
Avec des larmes dans les yeux...
Emotion et explosion de joie dans les vestiaires Brestois lorsque Bébert Cuiffardi annonça que l'A.S.B.venait de faire march nul à Douarnenez et donc que le titre était acquis... René Charlot tomba dans les bras de Michel Bannaire et Dédé Perrot se réfugia sur l'épaule accueillante de Jean-Jacques Salaun avec des larmes dans les yeux...
Un derby brestois sans enjeu? 1703 spéctateurs (record de la saison). A.S.B.: Vershoren, C.Jestin, Pello, Thomin, Puillandre, Boucher, Ribeyre puis Paugam (84), H.Jestin, Lannuzel, Boennec, Raguénès.
Stade: Thomin, G.Boutier, Moullec, Rouaud, Ali, Wojick puis Drévillon (53), Girard, Perrot, Corre, Bouricot, Donval.
Le Stade était déjà en vacances. 1 à 1.
L'A.S.B. domine le Stade brestois qui arrache le nul. Auréolé de son titre de champion, le Stade n'a guère fait honneur à cette juste récompense.


Une fois de plus les "Bleus de France" auront échoué près du but. Déception.

Classement final: Quelle journée cela aurait pu être! En effet le calendrier avait décidé d'un formidable A.S.B. - Stade pour la dernière journée.
Classement de la D.H.: (sera modifié lors du dernier match. Vannes terminant second devant l'A.S.B.).

Concours du jeune footballeur. A Rennes, Ronan Le Coat de l'A.S.brestoise enlève nettement le concours du jeune footballeur devant Thierry Goudet d'Ernée. Les quatre premièrs disputeront à Paris la finale nationale.
Dirigeants: Monsieur Le Monze Roger: exerçant la profession de directeur général des établissements Euromarché Brest. Président général.
Monsieur Colemard Charles: exerçant la profession d'ingénieur Divisionnaire de l'équipement. Président général coordinateur.
Monsieur Jaouen André: exerçant la profession d'administrateur des P.T.T. Vice président chargé des finances.
Monsieur Le Guillou: exerçant la profession de conseiller d'éducation. Vice président chargé des tâches administratives.
Monsieur Deroissy Alfred: exerçant la profession de cadre administratif. Président de la section de handball.
Monsieur Duffo Jean-Pierre: exerçant la profession de directeur commercial. Président de la section rugby.
Monsieur Palusci Roger: exerçant la profession de gérant de société. Président de la section athlétisme.
Monsieur Thomas Ronan: exerçant la profession de chirurgien dentiste. Président de la section football.
Membres: Messieurs André François; Auffret Jean Pierre; Auffret Yvan; Beaulieu Claude; Bénéat René; Beyer Joseph; Bossard Robert; Crenn Gilbert; Deniel Jean Pierre; Goarnisson Robert; Guéguen Jean-Yves; Guermeur Robert; Heurté Henri; Le Coat Pierre; Le Saint André; Le Vergos André; Mancion Marcel; Montagne Rolland; Néa Gérard; Pérouas Michel; Quéré Henry; Torillec Bernard. (Courrier de l'A.S.B. à la sous-préfecture le 07-07).

Assemblée générale. Ronan Thomas président de la section football, déclare: "Nous pouvons créer une section espoirs". Dans la salle de l'office des sports, le président de la section football fit un très rapide tour de la saison 76-77. Il regrette l'accession manquée en troisième division mais il tient à souligner le bon état d'esprit qui règne dans la section (peu de démissions). Il confirme Loul Gueguen comme entraîneur et la création d'une section "espoirs" qui doit faire sortir des élèments capables d'évoluer rapidement en équipe fanion.
Pour ce qui est du recrutement, celui-ci sera limité aux éléments régionaux. Il confirme que le club a rendu leur liberté à Ribeyre et Penan.

Charles Colemard. 'Je regrette vraiment que notre équipe première ait manqué le titre et la montée en troisième division car nous attendons tous ce retour parmi les Nationaux..."
Rapport financier.
M.Jaouen tient à souligner le manque de recettes dû à la défection du public: Saison 74-75: 15.761 spéctateurs, 14.181 en 75-76, et 12.396 cette année.
Questions à un nouveau président. M.Roger Le Monze: L'élection de M.Le Monze a surpris. Nous lui avons posé quelques questions:
Q: Qu'est-ce qui vous a attiré vers ce club.
R: ... je suis à l'A.S.B. depuis l'âge de onze ans... et je n'ai jamais perdu de vue le club.
Q: Qu'allez vous faire...?
R: ... changer le club serait prétentieux, mais avec M.Colemard je vais essayer.
Q: Votre arivée annonce-t-elle un nouveau recrutement?
R: Cela dépendra du comité directeur...
Q: ... votre ambition...
R: Ramener le club au plus haut niveau qu'il n'aurait jamais du quitter... (Le Télègramme. 25&26-06)


Résultats, Infos.
Saison 1977 - 1978:

Entraîneur: Loul Guéguen est l'entraîneur des seniors "A".
"Mon mètier de ferronnier d'art et le football constituent tout mon univers... Je profite enfin de mes heures de liberté pour visiter des expositions de peinture ou de sculpture... le mètier toujours. Mais quand on le fait avec passion!"

Formation: Roland Bourse est reçu major au stage des moniteurs sur le district et huitième sur le plan régional.
Mouvements seniors: Fanch Madec, 26 ans, ancien du Stade Léonard-Kreisker, puis A.S.B. et actuellemnt au Stade Poitevin, espère se faire muter à Brest et cela devrait le ramener vers le Stade Ménez-Paul. Christian Roumier signe à Saint-Laurent (qui a enregistré 19 démissions), démissions aussi de Christian Boucher et Jean-Claude Ribeyre.
Division d'Honneur J -3: Sera-ce enfin l'année de L'A.S.B.? L'A.S. Brestoise passa bien près la saison dernière du titre et de l'accession... objectifs des " bleus de France " depuis trois saisons. "Loul" Guéguen et ses amis perdirent en fait leurs ultimes illusions lors de l'avant-dernière journée... Un nul à Douarnenez (2 à 2) donnait une marge de sécurité suffisante à leurs rivaux du stade brestois... vainqueurs dans le même temps du Véloce Vannetais un autre candidat sérieux à la montée...
Aussi le derby brestois de l'ultime journée, derby joué à Ménez-Paul et soldé par un résultat nul, se trouva sans intérêt...
Battus sur le fil, qui plus est par le stade brestois (B), les joueurs, les dirigeants et les supporters asbéistes accusèrent le coup. Ce fut une déception cruellement ressentie... et qui fut longue à disparaître... Mais le temps a tait son œuvre, et le vieux club brestois dont on cite encore les heures de gloire vécues lors du feu C.F.A. reprend la compétition avec un enthousiasme intact et des ambitions raffermies.
Au cours de l'intersaison l'A.S.brestoise pourtant n'a pas défrayé la chronique.
Quatre rentrées. Nicolas (Douarnenez), Penn (St-Pol-de-Léon), Abiven (un junior seconde année transfuge de l'Étoile St Laurent) et .J Y. Boennec (ex Crozon et Plabennec) sont venus largement compenser deux départs, ceux de Jean-Claude Ribyre (qui ne tint son rôle d'entraîneur qu'une demi-saison) pour ,le C.O.Briochin et de Bruno Pénan, l'ivoirien parti aux gars de Morlaix. " Sur le papier l'équipe apparaît supérieure à celle de l'an passé. L'attaque en particulier avec Penn, Abiven, Nicolas a été renforcée ", estime Guéguen.
Autres nouveautés, la prise en charge des responsabilités d'entraîneur par "Loul" Guéguen, un asbéiste de toujours, qui l'an passé avait d'ailleurs succédé d'une façon intérimaire à Jean-Claude Rybeyre.
Dans la mesure du possible Guéguen restera sur le banc de touche.
On note aussi l'apparition à la tête du club d'un homme neuf: M. Le Monze. En fait, ce dernier s'occupera essentiellement des questions financières et administratives, M. Colemard restant à ses côtés pour tout ce qui touche aux problèmes plus sportifs... Une direction bicéphale en quelque sorte, Ronan Thomas gardant la irresponsabilité de fa section football qui elle aussi a fait peau neuve. D'ailleurs cet effort de restructuration devrait être payant à moyen terme.
Une nouvelle fois en tout cas, l'A.S.brestoise par l'intermédiaire de Loul Guéguen, ne cache pas ses ambitions: " Sans faire preuve d'un excès de confiance, je pense que nous n'aurons guère de mal à quitter la division d'honneur... il suffira de finir dans les six premiers".
La tâche n'apparaît donc pas insurmontable, mais l'accession en quatrième division ne représentait qu'une demi satisfaction. "La première place et donc la montée directe en troisième division constitueront les véritables buts de cette saison ".
On armerait, du coté de Ménez-Paul, ne pas se satisfaire de demi mesures. Pour atteindre cet objectif Loul Guéguen comptera sur une équipe jeune, avec notamment deux juniors de talent, l'ex-stelliste Abiven ansi qu'Abily un jeune formé au club, sur une attaque rénovée avec Penn et Raguénés, deux véritables ailiers et sur une défense solide; construite autour de Thomin qui sera le nouveau capitaine des " Bleus de France ".
"A priori, je pense que le Véloce Vannetais une nouvelle fois ainsi que Berné seront les adversaires les plus redoutables. Mais les données précises nous manquent en début de saison. Des équipes, même promues, peuvent également surprendre ". Mais pour beaucoup d'autres club, l'A.S.brestoise partira avec les ferveurs du pronostic… cette " Pancarte dans le dos" ne constitue pas toujours une situation idéale.
On est pourtant fermement décidé, une nouvelle fois, à tout mettre en œuvre pour que le club retrouve son lustre d'antan. A force de flirter avec le titre, les asbéistes réussiront bien à le décrocher.( Michel Le Neel). Préparation: L'A.S.brestoise a disputé quatre rencontres de préparation. A Logonna-Daoulas contre le stade brestois (B). (Défaite 1 à 0), contre l'U.S.Concarneau (défaite 4 à 0), face aux Dernières Cartouches de Carhaix (succès 4 à 0) et contre le Stade Léonard Kreisker (victoire 3 à 2). "Un bilan moins satisfaisant que l'an passé", précise loul Guéguen mais l'entraînement a été progressif. L'essentiel est d'être au point
pour le premier match.

Équipe seniors de la saison 77-78

Équipe poussins

ET PENDANT CE TEMPS LÀ...!

SPORT:

Football:

Création de la IV division: Malgré l'opposition du groupement, l'assemblée fédérale dit oui à la IV division. Application saison 78-79. (27-05)

Champion de France
Nantes;

Coupe de France
A.S.Saint-Étienne / Reims: Paris (Parc des Princes) Arbitre : M. Konrath Georges (18/06): 2 à 1;

Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe
Hambourg;


Coupe de L'U.E.F.A.
Juventus;


Coupe d'Europe des clubs
Liverpool.


Coupe Intercontinentale
Boca Junior;

Ballon d'or:

Simonsen (Borussia Möchengladbach);


Rencontres internationales

France / R.F.A.: 1 à 0,
Eire / France: 1 à 0,
Suisse / France: 0 à 4,
Argentine / France: 0 à 0,
Brésil / France: 2 à 2,
France / U.R.S.S.: 0 à 0,
France / Bulgarie: 3 à 1.

NOUVELLES INTERNATIONALES:

Prix Nobel de la Paix: Amnesty International (1961; défense des droits de la personne).
Amnesty International est fondé en 1961 par le juriste britannique Peter Benenson, qui avait pris connaissance du cas de deux étudiants portugais prisonniers de conscience détenus par leur gouvernement. Il commence à agir en faveur de ces étudiants et de prisonniers d’autres pays. Ainsi Amnesty International est-il né avec sa première campagne épistolaire. Son objectif est d’obtenir la libération de tout prisonnier de conscience, d’assurer pour tout prisonnier politique un procès équitable et sans délai, et de promouvoir l’abolition de la torture et de la peine de mort. Un secrétariat international est établi à Londres, ainsi qu’un comité exécutif (dont le secrétaire est Sean MacBride de 1961 à 1975). Un réseau important de groupes se développe partout dans le monde. Amnesty recherche les cas d’abus des droits de la personne et organise des campagnes à grande échelle. L’organisation s’appuie sur son réseau de groupes et d’individus engagés, qui écrivent des lettres aux prisonniers eux-mêmes et aux gouvernements de par le monde. Le prix Nobel de la paix est attribué à Amnesty en 1977, en reconnaissance de sa contribution à la défense des droits de la personne. Grâce à cette organisation, 1977 avait été désignée l’Année des prisonniers de conscience.

www.nobel-paix.ch

AWACS
Livraison des 34 premiers avions AWACS américains à la 552ème escadre de contrôle aérien sur la base de Tinker en Oklahoma.

U2
Mort de Gary Powers le pilote du U2 abattu en 1960 au-dessus de l'Union Soviétique.

Maria Callas
.En 1923 Maria Anna Sophie Cecilia Kalogeropoulos naît le 2 décembre à New York. Ses parents sont arrivés de Grèce via Long Island en août 1923. En 1929 George Kalogeropoulos prend la direction d'une pharmacie dans le quartier grec de Manhattan et change le nom de sa famille en Callas.
Le 2 avril 1939, Maria fait ses débuts sur scène avec le rôle de la petite paysanne Santuzza dans une représentation étudiante du Cavalleria Rusticana et remporte le prix du conservatoire. En 1949 elle épouse Meneghini à Vérone le 21 avril et s'envole la nuit même pour l'Argentine pour aller chanter au Teatro Colon de Buenos Aires. Avec l'aide de Meneghini (comme mari et agent). Au cours des sept années qui suivirent, la Scala sera la scène de ses plus grands triomphes dans une multitude de rôles. En 1954 en une courte période de temps, Maria Callas perd 30 kilos, ce qui change son aspect physique mais laisse sa voix aussi sublime. En 1956, le 29 octobre elle chante pour la première fois de sa vie au Metropolitan Opera dans Norma, puis bientôt Tosca et Lucia di Lammermoor. 1957 Maria Callas et Meneghini rencontrent le magnat grec Aristote Onassis. En 1958 Le 2 janvier, prétextant une indisposition, elle sort de scène après le premier acte de Norma au cours d'un gala à Rome auquel assistaient pourtant le président de la République italienne et toute la haute société romaine. En mai, elle se brouille avec le directeur général de la Scala, Antonio Ghiringhelli, et décide de ne plus chanter à la Scala tant qu'il sera directeur. Rudolf Bing, directeur du Metropolitan Opera, la renvoie en novembre après avoir tenté en vain de se mettre d'accord sur les représentations. Elle fait des débuts sensationnels à Paris dans un gala à l'opéra Garnier. Dans l'assistance se trouvent de nombreuses célébrités dont Onassis qui commence à s'intéresser à la chanteuse. En 1959 elle a peu d'engagements ce qui lui permet de se rendre avec Meneghini en croisière sur le yacht d'Onassis en juillet. À la fin de la croisière, elle est devenue la maîtresse d'Onassis et son mariage est fini. 1960 elle abandonne complètement la scène et se consacre à une vie mondaine avec Onassis jusqu'en 1962 ou elle donne quelques concerts. 1965 elle chante neuf fois dans Tosca au palais Garnier à Paris, puis fait un retour triomphal au Metropolitan Opera à New York avec deux représentations de Tosca en mars. En mai, elle chante de nouveau Tosca à Paris. Elle se sent fatiguée mais ne veut pas s'arrêter. Elle le devra cependant car le 29 mai elle termine la scène 1 de l'acte II pratiquement dans le coma. Sur avis médical, elle décide alors de ne pas chanter les quatre représentations de Tosca prévues à Covent Garden en juillet, décidant de se limiter à seule représentation le 5 juillet. Ce sera sa dernière interprétation d'opéra. 1966 Maria Callas abandonne sa nationalité américaine et reprend la nationalité grecque, et de ce fait annule son mariage avec Meneghini. Elle espère qu'Onassis va l'épouser. En 1968 il épouse le 20 octobre Jacqueline Kennedy, veuve du président américain John Fitzgerald Kennedy. 1969 Maria Callas interprète le rôle de Médée dans un film inspiré de la pièce d'Euripide sous la direction de Pier Paolo Pasolini. En 1974 Maria Callas se lance dans une grande tournée internationale pour réunir assez d'argent pour financer le traitement médical de sa fille. Le 11 novembre, dernière représentation de la Callas en public. 1975 Onassis meurt le 15 mars des suites d'une opération de la vésicule biliaire. Maria Callas vit en recluse à Paris. 1977 elle meurt seule dans son appartement parisien le 17 septembre, de causes naturelles.

Charlie Chaplin
Né à Londres le 16 Avril 1889, au milieu d'une famille d'artistes de music-hall. Il est engagé à l'âge de 9 ans dans la troupe Eight Lancashies' Lads, il met la première fois les pieds aux États-Unis en 1910.
En Janvier 1914 il tourne son premier film Making a living sous la direction de Henri Lehrman. Il tournera cette année-là près de 35 films, dont 23 dirigés par lui-même. En parallèle au succès des films où apparaît un personnage de clochard qu'il a créé, son salaire connaît une croissance exponentielle (150 $ /semaine à la Keystone, 1250 $ /semaine en 1915 chez Essanay pour atteindre 10000 $ /semaine l'année suivante chez Mutual).
Entre Mars 1916 et Juillet 1917, il tourne ses premiers chefs œuvres : Charlot s'évade, Charlot policeman ou l'Émigrant, puis pour la First National en 1918 Une vie de chien, Charlot soldat. En 5 ans, il apparaît dans près de 75 films. En fondant la United Artist avec Mary Pickford et son mari Douglas Fairbanks et D.W. Griffith en 1919, Chaplin s'offre enfin le temps pour tourner. Il se marie pour la première fois avec Mildred Harris. Il divorcera en 1923.
1921 voit le tournage de son premier long métrage, le Kid, qui est un triomphe mondial. En 1923 le pèlerin et l'Opinion publique, seul film où il ne jouera pas, la Ruée vers l'or en 1925. Sortie en février 1936 des Temps modernes. Jean Renoir déclarera : "le film de Charlot, c'est mieux qu'un spectacle, c'est un refuge".
Le couple Chaplin, décide de parcourir le monde. Après la Chine où ils ont projeté un film sur le monde véridique du cinéma, ils retournent en Europe. A Paris Chaplin sympathise avec Jean Cocteau et projette de tourner soit une biographie de Napoléon, soit celle du Christ. En 1937, alors que ses films sont interdits en Allemagne car Hitler s'est offusqué de la ressemblance de sa moustache et celle du juif vagabond, Alexandre Korga suggère à Chaplin d'utiliser cette ressemblance. Il se documente sur l'homme, étudiant chaque attitude du dictateur, relevant chaque manie. Le 4 Juin 1939, Cinémonde annonce le démarrage du Dictateur. A la déclaration de la guerre contre l'Allemagne, ce film devient indispensable et Chaplin doit faire face à une tension constante, persécutant son entourage et particulièrement Paulette, qu'il traite comme une débutante. Leur mariage n'y survivra pas.
Après la guerre, Chaplin tourne ses 2 derniers films américains (Mr Verdoux en 1947 et son ultime chef œuvre les Feux de la rampe en 1952). Victime d'une campagne d'hostilité, orchestrée par Edgar Hoover patron de la C.I.A. durant près de 40 ans, il quitte les États-Unis en Septembre 1952, avec Oona son épouse depuis 1949, pour s'installer en Suisse. Il rend alors son passeport au consul américain à Genève. Il n'y retournera que 20 ans plus tard pour recevoir un Oscar d'honneur. Sa dernière apparition cinématographique, Un Roi à New-York en 1957, caricature le mode d'existence américain. Bien que doté d'un casting alléchant (Marlon Brando, Sophia Loren) et seule œuvre en couleur de Chaplin, la Comtesse de Hongkong (1966) déçoit critiques et public. Il disparaît le 24 Décembre 1977 à Corsier sur Vevey, à l'âge de 88 ans.


EN FRANCE:

Nous sommes sous la Vème République. Valéry Giscard d'Estaing est président de la République.

Mairie de Paris
Le 19 janvier, Jacques Chirac annonce sa candidature à la mairie de Paris. Il est élu maire le 25 mars.

Parti Républicain
Jean Pierre Soisson crée le parti républicain

Union de la gauche
Le 23 septembre rupture de l'union de la gauche.


EN BRETAGNE:

"La Bretagne bretonnante"
Lakaat ar ber war ar billig: Mettre la broche sur la galettoire
Il s'agit de bien recevoir, que rien ne manque et que tout soit bon, donc de mettre les petits plats dans les grands... sans oublier des choses dedans!

"Expressions populaires bretonnes" Éditions COOP BREIZH.

Diwan
Diwan invente un nom pour réveiller une langue


ET À BREST:

Eugène BEREST professeur de lettres classiques est maire de Brest. Françis LE BLÉ, chef de travaux de la marine, conseiller général lui succède.

Georges LOMBARD est président de la C.U.B.
En mai, Joseph GOURMELON lui succède.

Parlé "Tit Zef"
licher Lécher:
Dérivé: lichou, qui aime manger, spécialement du sucré
"Licher" est une variante de "lécher", attestée en ancien français. La suffixation ou, ouse, se trouve dans de nombreux noms et adjectifs du grand Ouest et a une valeur péjorative: "pignou, pignouse", "qui pleure facilement"; "pissou, pissouse", "jeune enfant". Une variante est l'expression "il est de la liche" qui signifie "il aime boire".

Le parler tit ze'f. Annie Le Berre éditions Le Télégramm

Une vieille figure s'en va. A l'âge de 67 ans, c'est un peu tôt pour mourir, d'autant plus que l'on possède une santé de fer. Avant la guerre, son rôle était de mettre en place l'artillerie et les machines des navirs construits dans les cales du point du jour...

Ainsi l'heure a sonné pour la retraite de la grande grue, (56 mètres de haut), de l'Arsenal.
Les démolisseurs on commencé leur oeuvre de mort. Leur première tâche a été de dépouiller leur victime de ses atouts superflus...
Le carnage va durer pas moins de quatre mois... Les10.945 tonnes de l'imposante carcasse noire vont être découpées morceau par morceau. Un véritable dépeçage conduit de façon scientifique. La volée tournante de 92.70 mètres, d'un poids de 700 tonnes ne doit pas s'effondrer. Pour cela une grue mobile déposera à terre des morceaux de 10, 20 ou 40 tonnes.
Squelette de métal dans le ciel de la ville, silhouette familière de l'arsenal, la grande grue semblait monter la garde au pied de Penfeld. Ainsi a-t-elle fait le pied de grue pendant 70 ans au bord de la rivière. Elle était devenue un objet de curiosité. Un symbole encore.
Née avec la première décennie de ce siècle, elle avait failli mourir en 1940. Avant de filer à l'Anglaise sûr, des soldats britanniques ayant dynamité ses quatre pieds. Pendant des anées, elle resta sur un seul pied, une charge n'ayant pas explosé. Remise sur pied par des spécialistes de l'Arsenal, elle a repris du service pour être finalement vendue pour 17.000 fr.
C'est peu pour une vieille servante qui n'a jamais succombé sous le poids du travail. Elle pouvait supporter des charges de 150 tonnes en bout de flèche de 75 mètres...
Une fois disparue, comme pour les hommes elles sera remplaçée par une nouvelle génération.


Précédente : Index : Histoire : Suivante
Mise à jour: lun 12-jui-04 23:51 x