Historique: 1963

Précédente : Index : Histoire : Suivante

Ligue de l'Ouest
Le 16 Mars fut inauguré le nouveau siège social. La Ligue est maintenant dotée, d'un siège digne de ce nom qui pourra être utilisé par des générations de dirigeants.

À l'A.S.B.:
Résultats, Infos

Fin de saison 1962 - 1963:

Championnat seniors:
A.S.B. champion du CFA groupe Ouest.
Concours du Jeune Footballeur (régional): 3ème Gérard Abaléa (A.S.B.); 5ème G. Colin (A.S.B.)
Championnat: L'A.S.Brest tombe pour la première fois. Le dernier battant le premier, c'est presque devenu régulier dans ce C.F.A. mais avouons que Brest ne paraissait pas à la portée de Grillet et ses camarades car il galopait au-devant du lot avec une aisance déconcertante. Invaincu en Coupe, invaincu en Championnat, une défense la plus hermétique de tous: 5 buts en 14 matches, Brest apparaissait solide comme ses menhirs. Patatras, voilà cette belle formation qui à Créteil apparaît vieille, amorphe, sans punch, ne peut marquer un seul but et en encaisse deux? Créteil, par cette victoire, reprend espoir pour se maintenir en C.F.A., mais il ne sera tranquille (un peu plus seulement) s'il bat dimanche prochain l'autre club breton, le Stade Brestois.
… Brest s'était réveillé, Leborgne poussait son attaque, Marzin mettait de l'ordre dans les rangs du leader, mais Jean-Marie, ailier gauche tirait une fois, deux, cinq, dix fois trois ou dix mètres des poteaux. Coat s'emmêlait les jambes, bref, seul Loaëc était valable. C'était peu pour battre Créteil ou tous continuaient avec becs et ongles à défendre leur avance. Bien mieux, sur de longues transversales, Grillet permettait des contre-attaques de Pardoux qui, lançant Persico et Floquet, ne concrétisa pas ses mouvements uniquement parce que Rozan, le goal breton, est de belle classe. Malgré sept corners, malgré leur jeu plus ordonné; les Brestois ne purent marquer: leur attaque était vraiment dans un jour "sans". Voilà pourquoi Créteil réalisa l'exploit de l'année, lui le dernier, en infligeant sa première défaite au leader. (France Football. 12-02)

Stade - A.S.B.: 1 0. Penalty pour l'A.S.B. Les "Bleus" sont menés 1 à 0, Martial Jacques le tire... au dessus. Le Stade a sauvé sa place en D.H. Martial: "... Eh bien j'ai expédié le ballon au-dessus de la cage de Jean Duval. Nous fûmes battus. Certains firent courir la rumeur que j'avais fait exprès parce que nous étions champions du groupe et que je devais signer au stade... Ils disaient n'importe quoi. Vous pensez si je voulais le mettre au fond ce ballon! Je m'en souviens comme si c'était hier!" (24-03).
l'U.S.M. - A.S.B.: L'A.S.B. est champion du C.F.A. groupe Ouest. Suite à leur victoire 2 à 1 au Mans, les brestois ne cachaient pas leur joie. Victoire acquise d'extrême justesse certes, mais sans contestation. L'U.S.M. n'avait nullement l'intention de se laisser manœuvrer et pendant 25 minutes elle domina la partie.
Malheureusement elle se heurta à un système défensif qui à maintes fois fait ses preuves, se regroupant parfaitement autour de Rozan.
A la trentième minute, Cerveau trompait Jousseaume puis, Coat à la 54' marqua le deuxième but d'un tir brossé sur passe de Cerveau... Les brestois sous la conduite de Cerveau le maître à jouer, se montraient extrêmement dangereux...
Voilà toute la différence et l'explication d'une victoire.
A.S.B.: Rozan, Kerdraon, Rastoll, Drogou, Tétot, Marzin, Coat, Cerveau, Brochant, Loaec, Jean Marie. ( 29 avril).

L'équipe qui rencontra le Racing.
De gauche à droite au premier rang: Coat, Cerveau, Brochant, Marzin, Le Pape. Au second rang: Rastoll, Le Borgne, Rozan, Thétot, Drogou, Kerdraon.


.Photo D'André Lecoq (Football Magazine 1963)
.Photos grandes tailles click sur la photo elle même. !! Aux temps de transmission

Rastoll contacté par Sedan. Dugauguez suivit avec intérêt les péripéties du match A.S.B. - U.S.M. Le club ardennais ayant des visées sur l'arrière Marc Rastoll. Mais les dirigeants de l'A.S.B. ne paraissent pas s'en formaliser pour autant.
Sedan s'intéresse à Brochant.
Les dirigeants de Sedan et Dugauguez depuis quelques semaines, font les yeux doux à l'avant-centre asbeiste Brochant.
Cadets, impressionnants. Ils sont champions de l'Ouest avec un goal-average de 89: 90 buts marqués, 1 encaissé!

Équipe cadets saison 62-63. Finale à Rennes et victoire 1 à 0 contre le S.C.O.Angers.

Finaliste du Championnat de France de C.F.A.: L'A.S.B. termine second derrière le Gazélec d'Ajaccio et devant Quevilly, Albi et Mulhouse.
Les Brestois, déconcertés et démobilisés, étaient battus à Versailles par le Gazélec d'Ajaccio, avec lequel ils s'étaient trouvés à égalité de points et de goal-average. Pour ce match, l'A.S.B. était privée des services de son gardien de but titulaire Rozan ainsi que de ceux de Martial, l'entraîneur.
M.Gergotich, quelle est la ligne la plus forte de votre équipe? Il répond toujours "Elles sont toutes fortes, elles forment un tout. Cette saison j'ai la bonne cuvée, tous mes garçons se complètent... bien sûr, il y a la défense et ce diable de Rozan, il nous a gagné des matches ce gardien...!"
Rozan qui a été retenu pour l'équipe de France amateurs par M.Rigal; mais il y a un autre international (junior) Rastoll et aussi DrogouThétot, Kerdraon et ces six hommes forment un mur sur lequel viennent se briser attaques adverses. 4-2-4 ou autre tactique, il n'est pas pour les formules strictes. Il y a la tactique de l'A.S.B. unpoint c'est tout, mais bien sûr avec une base qui peut s'apparenter à la tactique moderne.
En tout cas il y a un homme qui lui, sait très bien ce qu'il doit faire: prendre la balle et la donner le plus vite possible ou il faut, c'est Marzin. Un gaillard au coffre étonnant et à l'intelligence de jeu qui réjouit Gergotich.
Les autres finissent le travail: Jean-Marie à l'aile, ou Coat le meilleur buteur avec 16 buts, l'officier de marine Bernard Brochant (B.B. pour ses camarades). Le Pape, un gaillard qui n'est qualifié que pour la coupe et puis le stratège (comme son nom l'indique) et Jacques Martial Lucien Cerveau... une équipe du ...tonnerre. Il y a aussi les spéctateurs qui eux detiennent le record de ... recette.
Coupe de France 62-63: Quatre équipes de Première Division, une équipe de Seconde Division et une équipe amateur se sont qualifiées dimanche pour les quarts de finale de la Coupe de France. L'exploit du Jour a été réalisé par l'équipe amateur de l'AB. Brestoise, qui a battu le R.C.Paris, 1-0.
L'auteur du but de la victoire fut l'ailier gauche Le Pape, dont nous avions signalé les mérites lors du match des Bretons contre l'AS.Strasbourg. L'ailier droit Coat, par un centre, le centre avant Brochant, par une bonne déviation de balle, préparèrent le tir de le Pape (59" minute). Le R.C.Paris, dont l'entraîneur avait cru utile de venir observer le Jeu des Bretons au tour précédent, fut pris au piège de la tactique de contre-attaque qu'il applique systématiquement. Les professionnels dominèrent territorialement, mais les contres adverses les mirent fréquemment en difficulté, notamment en fin de partie où un tir de l'Inter droit Cerveau faillit aggraver la marque. En première mi-temps déjà, des shoots de Brochant et des percées de Coat, très encouragés par les 4.200 spectateurs nantais, avaient fait planer une menace sérieuse sur Taillandier. Il est curieux que le Racing, qui fut durant la première partie de la saison un adepte du Jeu de contre-attaque, ait été victime du même expédient. Sous ce rapport la victoire des amateurs brestois a une signification que le Racing, mais aussi d'autres équipes appartenant à l'élite, auraient le plus grand Intérêt à méditer.

Équipe qui élimina les strasbourgeois.
Quart-finaliste de la coupe et vainqueur du challenge "France Football".
Sur leur parcours il y avait eu le Stade Lavallois (0-0 à Lorient et 2 à 1 à Saint-Brieuc) les 20 et 27-01, en 32ème Strasbourg (1 à 1 à Decize le 17-02, 3 à 2 à Versailles le 24-02), en 16ème
.
Racing Club de Paris (1 à 0) en 8ème,
L'A.S.brestoise croit en ses possibilités d'accéder aux demi-finales de la coupe de France... mais ne cache pas que devant Toulon sa tâche sera peut-être plus difficile que face au Racing.
L'A.S.B. est en quart de finale face à Toulon, une équipe de deuxième division.
Toulon
a eu du mal à vaincre l'A.S.B. 1 à 0. Le Mans. L'absence de Gergotich avait plongée les "Bleus" en plein désarroi.
Ce jour là,
le 31-03 au Mans, les dieux du football n'étaient pas avec l'A.S.B. Martial, le meneur d'homme, l'âme de cette équipe est victime d'une dépression et hospitalisé en urgence. Le moral de l'équipe est atteint. Les malheurs ne font que commencer. A la 35ème minute, coup du sort, Marc Rastoll dévie de la cuisse un tir de Celestin Oliver et trompe Rozan. L'A.S.B. est éliminée.

Résultat des trois autres quart de finale: Monaco bat Bordeaux 2 à 0; Lyon bat Sedan 1 à 0; Reims bat Limoges: 4 à 3 (a.p.)
Commentaire: M.Zékani (entraîneur de L'A.S.B. 1936): "Vous pouviez gagner si vous aviez gardé la balle à terre..."

Cette photo serait la dernière de Martial avant son hospitalisation qui devait l'éloigner des stades.

C'était aussi l'époque des internationaux avec Jean Lars, Robert Coat, Serge Mayer, François Philippe chez les seniors; Le Laun, Le Borgne, Marc Rastoll chez les juniors.
Cette même année (1963), l'A.S.B. reçoit le challenge France-Football qui vient récompenser justement les efforts de son Comité où on trouvait les Armand Marc, René Rolland, Guichard, Colemard, Alexis Corre entre autres et de ses joueurs qui avaient noms: Tétot, Rozan, Le Borgne, Loaëc, Drogou, Kerdraon, Louis, Robert Coat, Cerveau, Grégoire, Brochant, Marzin, Louis Craveur, Le Pape et Martial Jacques, l'entraîneur étant Martial Gergotich.


Les joueurs qui ont éliminé le Racing.

L 'A. S. brestoise reçue à l'hôtel de ville "Vous venez d'honorer la cité. Soyez sûrs que nous serons présents à vos prochaines rencontres par l'esprit et encore plus par le cœur" déclare M.Lombard aux vainqueurs du Racing. Ce fut simple, cordial, sans " chiqué " comme il se doit entre sportifs, une sorte de réunion de famille, presque. La ville de Brest accueillait l'A.S.brestoise un peu à la manière du papa dont le fiston vient de réussir un examen extrêmement difficile et qui dit au lauréat, " Garçon, nous, sommes tous fiers de toi, Bravo mais sur ta lancée tu ne vas quand même pas t'arrêter là… "
L'Ambiance très détendue donc, hier à midi, à l'hôtel de ville, ou l'on notait la présence, autour de M.Lombard, député-maire, de M.Trébaol, Mlle Louise Le Roux, MM.Fouyet, Holley, Lucas, Bloas, Dagorn, adjoints; Muzy, conseiller municipal, Sorbat, inspecteur départemental.

Lors de l'assemblée générale, le secrétaire général, René Rolland, déclare:

" Ainsi donc le rideau va tomber sur
la saison 62-63, qui demeurera une des plus brillantes, sinon la plus brillante de l'histoire de notre club. On a à peu près tout dit, tout écrit à ce sujet au cours des mois qui viennent de s'écouler puisqu'à la suite de sa retentissante victoire en coupe de France, l'A.S.B. a essuyé pendant près d'un mois les pleins feux de la presse sportive nationale et, nous avons pu nous rendre compte, par les innombrables lettres que nous avons reçues à cette époque, que sa réputation avait franchi les frontières de notre pays, au point d'être invitée à se produire jusqu'en Pologne, ce qui est tout de même peu banal!...
Hommage à Gergotich.
... "Arrivé à cet endroit de mon exposé, je pense qu'il est temps de dire tout ce que l'A.S.B. est consciente de devoir à Martial Gergotich patient et talentueux artisan de tous les succès... et que le sort cruel et injuste a durement frappé, au moment ou il récoltait les lauriers que méritent amplement ses 13 années d'effort au service de notre club..."
( 22-06)
Déclaration du Président Marc: (au sujet de Martial)
" On peut et doit dire qu'il a réussi dans sa tâche, au delà même de ce que pouvait exiger le plus difficile d'entre nous..."
Télégramme du 22-06.

Tableau d'honneur de France Football. L'Aide de camp de l'Amiral: Bernard Brochant leader d'attaque de Brest. Quand on est enseigne de vaisseau qu'on joue à l'A ,S, Brest on est Breton pourrait-on croire, hé bien pour Bernard Brochant il en est tout autrement puisque ce gaillard haut de 1 m 79 pour 78 kg est un vrai méridional, né à Nice le 5 juin 1938. C'est à Cannes qu'il découvrit le football avec les Herbin et Chorda comme compagnons ou adversaires et c'est avec les Cannais; qu'il remporta son premier succès : vainqueur de la coupe Gambardella (Alors qu'il n'était que cadet). On remarqua ce jeune ailier droit au stade de l'Hespérides et on proposa au papa Brochant de faire un footballeur pro de son solide Bernard. Mais dans la famille on s'occupe d'abord de remplir la tête avant de fortifier les jambes et papa refusa. Alors Bernard dl!vint bachelier et monta " à Paris continuer sa moisson de titres. Sorti 15ème' d H.E.C... puis licencié en droit Brochant n'avait pourtant pas délaissé le football qu'il adorait et le pensionnaire du lycée Louis-le-Grand devint tout naturellement Stadiste Parisien. Il joua en équipe pro mais sans rien sacrifier aux études et ses diplômes en poche Bernard partit faire son service militaire. Or cantonné à Brest que voulez-vous qu'il devint sinon membre de la fameuses A.S.brestoise ? Avant centre doué d'un excellent tir des deux; pieds et d'un jeu de tête impeccable Brochant est devenu le leader de cette attaque bretonne qui a tellement fait parler d'elle cette saison. Dame, aller jusqu'en quart de finale, de Coupe de France c'est quelque chose. Mais tout va changer encore pour Brochant; d'abord il a été muté a Fontainebleau ou l'enseigne de vaisseau est devenu est aide de camp de l'amiral et aussi parce que ce marin sera civil en avril prochain. Alors le strict veston sombre du directeur commercial remplacera le bel uniforme galonné. En attendant Bernard continue à marquer (ou faire marquer) des buts par Brest, et ce, pour ne pas mécontenter son supporter n° 1, son frère Pierre Brochant qui l'a déjà dépassé dans la course aux diplômes puisque ce cadet est déjà docteur en droit... Pour l'heure l'aide de camp footballeur espère réaliser le doublé breton : Challenge France Football gagné en Coupe et champion de France amateurs. Pour cela évidemment il faudra que Brochant et ses coéquipiers de Brest soient plus prolifiques en buts que lors de ces deux derniers dimanches. Mais le dernier match joué dimanche prochain sur le terrain breton devrait revoir les Bretons plus percutants... car à Menez-Paul Brochant marque souvent… surtout de la tête.

France Football. 4 Juin.

L'école Gergotich: 1963 aura été la grande année pour l'A.S. Brest; la plus triste pour son entraîneur Gergotich.
Brest: c'est la Coupe de France, c'est le C.F.A., c'est même les deux à la fois. Breton bretonnant puisque Brestois depuis 43 ans, Gergotich, après avoir été pro à Nantes et à Allés, est revenu au club où il avait débuté, et depuis douze ans il a façonné ses "gosses" pour en faire des champions. L'équipe de 1963 compte 9 purs produits de l'A.S.Brest et avec cela on aborda le C.F.A.
Leader dès le premier jour, Gergotich et ses Bretons après avoir passé la barre des matches de l'aller s'acheminaient tranquillement en haute mer vers la poule finale, n'ayant jamais connu la défaite. Et puis ils aperçurent la "sirène Coupe", lui firent un brin de cour, ce qui permit à Créteil, le dernier du groupe, de battre pour la première fois les Brestois.
"Le mal est fait, avait dit Martial, nous avons eu tort de gagner les matches préliminaires de Coupe, maintenant il faut continuer, mais j'ai peur pour le C.F.A... "
La belle aventure mal terminée. Et Brest continua à dominer partout: sa défense était la plus imperméable, Rozan un des meilleurs goals, Rastoll, Marzin, Coat des jeunes qui "moussaient".
Hélas! chaque match de Coupe nécessitait une répétition et souvent avec prolongation. Les Brestois s'essoufflaient, Gergotich souffrait mille morts sur son banc. Mais tous tombaient devant Brest, même le fameux Racing Club de Paris. Tant et si bien qu'on se retrouva en quart de finale, face aux autres maritimes de Toulon. Et ce fut le drame: la veille de la rencontre, Gergotich, frappé d'une crise de paralysie, était hospitalisé, on redoutait le pire...
Bouleversés, "ses gosses" jouèrent un ton au dessous et furent battus. La belle aventure se terminait dans la peine, car "M'sieur Martial" c'est plus qu'un entraîneur, c'est un père, un peu bougon parfois, mais si gentil.
Le titre national pour Gergotich. Aujourd'hui, la passion, l'énervement sont passés, on ne pense plus à la Coupe mais au titre de champion de France. La place qu'on avait réservée au mur du club, rue Jean-Jaurès, sera utilisée pour la photo de l'équipe championne de France 1963. Ce titre, il le faut, pour foire plaisir à M.Gergotich qui recommence à prendre le cours d'une vie normale. Et puis les dirigeants, MM.Guiard, Colemard, Herry, Rolland seraient très heureux que leur président, Marc Armand, voyageant au moment de Ia Coupe, vive les heures exaltantes des dernières batailles.
Et puis il y a le public, les supporters du vieux stade Menez-Paul, qui viennent par milliers. Un stade indigne d'eux, mais qu'un jour ou l'autre la municipalité rendra plus beau. Les édiles brestois aiment bien l'A.S.B., mais on ne vit pas que de sentiments et une bonne subvention ferait mieux l'affaire. Enfin...
Une défense exceptionnelle. "Monsieur Gergotich,. quelle est la ligne la plus forte de l'A.S.B.?
Posez cette question ou grisonnant Martial et il vous répondra toujours: "Elles sont toutes fortes, et elles forment un tout; cette saison, j'ai la bonne cuvée, tous mes garçons se complètent... Bien sûr, il y a la défense et surtout ce diable de Rozan, il nous a gagné des matches, ce gardien... "
Oui il y a Rozan le Guadeloupéen, que M. Rigal a retenu pour l'équipe de France amateurs, mais il y a aussi un autre international (junior) Rastoll et aussi Drogou, il y a Thétot, Kerdraon et ces six hommes forment le mur sur lequel viennent buter les attaquants adverses. 4-2-4 ou autre tactique? Gergotich n'est pas pour les formules strictes: il y a la tactique de l'A.S.B., un point c'est tout, mais,bien sûr avec une base, qui peut s'apparenter à la tactique à la mode. En tout cas, il y a un homme qui, lui, sait très bien ce qu'il doit faire: prendre la balle et la donner où qu'elle se trouve, c'est Marzin. Un gaillard ou coffre étonnant et à l'intelligence de jeu qui réjouit Gergotich. B.B. et ses boys.
Et les autres finissent le travail : Le noir Jean-Marie à l'aile ou bien les autres Coat, le meilleur buteur avec 16 buts, l'officier de marine Brochant (B.B. pour ses camarades), parce que son prénom est Bernard. Il y a aussi Le Pape, un gaillard qui n'est qualifié que pour la Coupe (et qui en fut le buteur), et puis le stratège (comme son nom l'indique) Cerveau Lucien, et Jacques Martial.
Bien sûr, Gergotich serait plus heureux si ses avants marquaient plus, mais on ne peut tout avoir: la meilleure défense et aussi la meilleure attaque. Si l'on ajoute que le challenge "France Football" est aussi propriété de l'A.S.Brest, on peut bien dire que Brest à une équipe du... tonnerre. Accessoirement, on peut dire que les supporters du club ont aussi leur record de France: celui de la recette.
Mais nous n'allons pas vous répéter ce que nous avions déjà écrit en avril dernier, où déjà l'A.S.B. était sous les phares de l'actualité.

Football magazine. Juin.

Résultats, Infos.
Saison 1963 - 1964:

Licenciés:
L'A.S.B est en tête de la L.O.F.A. avec 340 licences (+32 par rapport à la saison 62 - 63). Le Stade Brestois arrive en 3ème place avec 245.

Juniors saison 1963 - 1964.


ET PENDANT CE TEMPS LÀ...!

SPORT:

Football:

Champion de France
l'A.S. Monaco de Michel Hidalgo remporte le doublé coupe-championnat;

Coupe de France
Monaco / Lyon: Colombes (Yves du Manoir) Arbitre : M. Schwinte Pierre (12/05):
0-0 (ap) match rejoué à Paris (Parc des Princes) Arbitre : M. Schwinte Pierre (23/05), 2 à 0;

Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe

Tottenham;

Coupe de L'U.E.F.A.
Valence;

Coupe d'Europe des clubs

Milan A.C.


Coupe Intercontinentale
Santos;

Coupe d'Afrique des nations
Ghana / Soudan 3 à 0;

Finale Copa Libertador

Bolivie / Paraguay
;

Ballon d'or:

Yachine (Dynamo Moscou);


Rencontres internationales
Espagne / France: 0-0,
France / Angleterre: 5 à 2,
Hollande / France: 1 à 0,
France / Brésil: 2 à 3
(Les Brésiliens sont satisfaits de leur match gagné 2 à 3 mais Pelé déclare: "On n'a pas bien joué"),
Bulgarie / France: 1 à 0,
France / Bulgarie: 3 à 1,
France / Suisse: 2 à 2,
France / Belgique: 1 à 2.

Athlétisme:
En présence de Khrouchtchev sur le stade, Brumel franchit 2 m 28.

Cyclisme:
Quatrième Tour de France pour Jacques Anquetil.


NOUVELLES INTERNATIONALES:


Prix Nobel de la Paix: Comité International de la Croix Rouge (1863).

Le C.I.C.R. (site) est fondé en 1863 à Genève, dans le but de réaliser les idées d'Henry Dunant émises dans: «Un souvenir de Solférino».
Le programme consiste à: créer dans tous les pays des sociétés chargées du secours des blessés et des malades en temps de guerre, proclamer la neutralité et l'inviolabilité des ambulances et des hôpitaux. En 1864, sont établies les Conventions de Genève contenant les principes à respecter pendant les guerres.
Pendant la première guerre mondiale, elle fait interner en Suisse des officiers blessés des deux parties belligérantes et envoie des délégués sur les deux fronts.
Dès 1914, elle établit une agence internationale de service et de renseignements sur les prisonniers de guerre, activité qu'elle poursuivra entre 1939-1945.
La Ligue des Sociétés de la Croix-Rouge (renommée Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge en 1993), est fondée en 1919 pour soutenir le travail des sociétés nationales en temps de paix. Aujourd’hui, les sociétés nationales secourent non seulement les victimes de guerre, mais aussi les victimes d'autres désastres et épidémies, tandis que le Comité International de la Croix-Rouge limite son activité aux situations de conflits.

Prix Nobel de la Paix:

Ligue des Sociétés de la
Croix-Rouge. Genève
, Suisse.

 

En 1928, la structure internationale de la Croix-Rouge est remaniée, elle relie désormais le C.I.C.R., la Ligue des Sociétés de la Croix-Rouge, les sociétés nationales et la Conférence Internationale dans un seul organisme. La Ligue sert à créer de nouvelles sociétés nationales et travaille avec ses membres pour administrer l’aide humanitaire, les soins médicaux, l’assistance sociale, la formation de bénévoles, l'information et le travail avec les jeunes. En 1986, la Croix-Rouge internationale incorpore le terme «Croissant-Rouge»,

afin de reconnaître formellement le rôle des Sociétés du Croissant-Rouge, appellation de l'organisation dans le monde islamique. L’attribution du prix Nobel, en 1963, marque le centenaire de la fondation de la Croix-Rouge par Henri Dunant

www.nobel-paix.ch

Viêt-nam
Suite au coup d'État du 1er novembre 1963, au cours duquel le président Sud-Vietnamien Diem est assassiné, dix gouvernements différents se succèdent. Pendant ce temps, les Viêt-cong profitent de cette crise politique et militaire pour affaiblir les défenses stratégiques Sud-Vietnamiennes. Vingt jours plus tard, le président Kennedy est assassiné. Lyndon Johnson lui succède et profite de l'attaque Nord-Vietnamienne sur deux destroyers américains pour enclencher la "résolution du golfe de Tonkin", qui permet l'intensification de la participation américaine.


Kennedy
Le président Kennedy à Berlin le 23 juin prononce son célèbre "Ich bin ein Berliner". Il sera assassiné à Dallas au Texas le 22 novembre.
Lyndon Johnson lui succède.
Dès l’automne, J.F.Kennedy commence à préparer sa réélection présidentielle qui doit avoir lieu l’année suivante. Voulant montrer qu’il est encore possible de faire campagne partout à travers son pays sans risque et sans danger, il décide de rendre visite aux texans de Dallas malgré les tensions qui existent entre les Texans et les hommes politiques de Washington. Le président et son épouse Jackie montent dans une limousine sans toit qui doit leur faire traverser les 11 milles qui séparent le centre-ville de Dallas et le Marché Mart. Non loin du croisement de la " Main Street " et de la "Market Street", des coups de feux se font entendre. Le président s’effondre sans que ses gardes du corps n’aient réagi.
Même si les policiers arrêtent rapidement Lee Harvey Oswald qui semble responsable des tirs du sixième étage du Texas School Book Depository, plusieurs questions demeurent: le président est-il victime d’une conspiration? Y a-t-il un deuxième meurtrier caché dans les buissons avoisinants? Pour au moins tenter de répondre à ces questions et pour éviter les nombreuses enquêtes indépendantes, le nouveau président Lyndon Baines Johnson forme une Commission, composée de huit personnes, chargée d’établir les faits sur l’assassinat du président Kennedy. Cette Commission est présidée par Earl Warren qui hésite beaucoup à accepter.
Malgré certaines contradictions, la Commission arrive à la conclusion officielle d’un assassin unique, sans conspiration.

http://www.seminaire-sherbrooke.qc.ca/hist/hist5/travaux/kennedy.htm

Cuba
Missiles russes à tête nucléaires sur l'île de Cuba. Les photos des missiles soviétiques prises à partir d'un U2 américain, sont montrées au conseil de sécurité par l'ambassadeur des États-Unis auprès du conseil.

O.U.A.
Création de l'Organisation de l'Unité Africaine en mai. Le siège est à Addis-Abeba.

Algérie
Le gouvernement algérien nationalise les terres appartenant aux français


EN FRANCE:

Nous sommes sous la Vème; République. Charles de Gaulle est président de la République.

Cour de sûreté de l'État
Le 11 janvier création de la Cour de sûreté de l'état.

De Gaulle
Le colonel Bastien-Thiry, commanditaire de l'attentat du Petit-Clamart contre le général de Gaulle est condamné à mort le 4 mars et fusillé le 11. (De Gaulle ne le gracia pas car il aurait pu tuer s
a femme qui était aussi dans la D.S. lors de l'attentat).

Future "grande distribution"
Lancement du premier hypermarché français par Carrefour le 15 juin.

Malraux
En octobre, André Malraux crée les maisons de la culture.

Télévision
Lancement de la deuxième chaîne le 21 décembre.

CEE
Le général de Gaulle annonce le veto de la France sur l'entrée de la Grande-Bretagne dans la CEE


EN BRETAGNE:

"La Bretagne bretonnante"
Embann war ar groaz: Publier sur la croix
C'est faire savoir à tout un chacun, à haute et intelligible voix, ce que d'autres voudraient tenir secret. Le crier sur les toits, donc.

"Expressions populaires bretonnes" Éditions COOP BREIZH.

La grande aventure des télécommunications
Cette année là vivre en direct les Jeux Olympiques ou le Mondial sur petit écran? Rien de plus naturel. En 1962, l'essai n'avait pourtant rien de garanti. A Pleumeur-Bodou, les pionniers de la grande aventure des télécommunications n'ont rien oublié de cette nuit du 11 juillet, à cet instant précis où l'antenne Cornet, pointée sur le satellite Telstar 1, capta la toute première image de télévision en provenance des États-Unis. La technologie se montrait plus forte que l'océan!
Dans le même temps, s'achevaient à Lannion les travaux de construction des laboratoires du C.N.E.T. (Centre National d'Études des Télécommunications) inaugurés le 28 octobre 1983. Touché par l'exode rural, le Trégor, et avec lui la Bretagne tout entière, venait de trouver sa nouvelle vocation.

Origine: Le Télégramme, Bretagne.com

ET À BREST:

Georges LOMBARD, avocat, député du Finistère est maire de Brest.

Parlé "Tit Zef"
Chupinette:
Poubelle à couvercle
Comme la Delobelle était la poubelle imposée par Louis Arthur Delobeau, maire de Brest au début du siècle dernier, la Chupinette est la poubelle à couvercle préconisée par Alfred Chupin, maire de Brest de 1943 à 1957. Certains Brestois disent que c'est cette "chupinette" controversée qui a fait tomber le maire aux élections de 1957.

Le parler tit ze'f. Annie Le Berre éditions Le Télégramme
Comme une traînée de poudre. Comment décrire l'enthousiasme qu'a suscité à Brest l'annonce de la victoire de l'A.S.brestoise sur le Racing Club de Paris, en huitièmes de finale de la Coupe de France?
Ce n'était pas de l'hystérie. Non. Les Bretons et les Brestois sont plus calmes et plus pondérés. Cependant on se criait le résultat d'un trottoir à l'autre. Des bribes de conversation saisies au vol, on était obligé de penser que c'était l'événement du jour par excellence.
Le jour de gloire de l'A.S.B., que dire ?.. de Brest. Déjà, à la télévision dans les cafés et lieux publics, quand au cours de la retransmission en direct du match Sedan - Toulouse on avait annoncé sèchement que l'A.S.B. avait marqué le premier but... on n'attendait plus que le résultat final. Il se fit attendre. Quel suspense mais combien agréable... rétrospectivement bien sûr!
Et on se prenait à souhaiter les mêmes joies pour le prochain tour, tandis que des plaisants parlaient de... feu d'artifice!

Précédente : Index : Histoire : Suivante
Mise à jour: lun 12-jui-04 8:31 x