Historique: 1946

Précédente : Index : Histoire : Suivante

Ligue de l'Ouest:
Champion: S.O.Choletais.

À l'A.S.B.:
Résultats, Infos

Fin de saison 1945 - 1946.

Cadets:
Les cadets sont champions du district. (10-04)
Championnat
: L'A.S.B. termine troisième du championnat de D.H. derrière le S.O.Cholet champion et à égalité avec le Stade Quimperois.
Coupe de France
: Trente deuxième de finale de la coupe de France.
A Brest: A.S.brestoise - S.C.O. Angers 1-2. (06/01).

Résultats, Infos.
Saison 1946 - 1947:

Clubs en division d'honneur saison 1946-1947: Stade Briochin, Stade Morlaisien, U.S.Douarneniste et Ploariste, C.E.P.Lorient, La Tour d'Auvergne, Stade Quimpérois, F.C.Lorientais, Stade Rennais, La Tour d'Auvergne, l'U.S.Servanaise et Malouine, Drapeau de Fougères, Stade Olympique Choletais et l'A.S.B. (06-09)
Le P'ti bleu: Le mensuel du club.

Équipe seniors 1946.


ET PENDANT CE TEMPS LÀ...!

SPORT:

Football:
Les britanniques réintègrent la F.I.F.A.
On nomme la Coupe du Monde: Coupe Jules-Rimet.
Création de la Confédération panaméricaine regroupant les fédération d'Amérique du Nord, du Centre et du Sud .
Champion de France
Lille O.S.C;

Coupe de France
Lille O.S.C./ Red Star: 26-05, Colombes (Yves du Manoir): 4 à 2;

Finale Copa Libertador
Argentine / Brésil.


Rencontres Internationales
France / Tchécoslovaquie: 3 à 0,
Portugal / France: 2 à 1,
France / Autriche: 3 à 1,

NOUVELLES INTERNATIONALES:

Prix Nobel de la Paix: John Mott (1865-1955; religion; États-Unis).
Après des études d'histoire à Cornell et Ithaca (N.Y.), il poursuit sa carrière en tant que secrétaire des Young Men's Christian Associations (YMCA) qui, pendant la deuxième guerre mondiale, sera une agence d'aide aux prisonniers. Grâce au soutien de philanthropes il crée le World's Student Christian Federation avec des filières en Europe, Inde, Japon, Chine, Australie et Nouvelle Zélande. Il se consacre à cette œuvre en déclinant même la proposition du président Woodrow Wilson de le nommer ambassadeur en Chine. Il accepte en revanche, en 1916, de régler un conflit avec le Mexique et de participer à la mission Root en Russie. Il soutient en 1917, l'effort de guerre américain. En 1926, il devient président de la YMCA qui se compose de 2 millions de jeunes appartenant à 50 pays. Il est également considéré comme le père fondateur du Conseil mondial des Églises (World Council of Churches).

Prix Nobel de la Paix: Emily Greene Balch (1867-1961; réformiste social, droits de l'homme; États-Unis
Enseignante, pacifiste, féministe, anticolonialiste, Emily Greene Balch n'hésite pas à se lancer dans l'action sociale dès sa jeunesse. Elle participe à la mise sur pied du syndicat des femmes américaines, milite pour le suffrage universel, l'égalité des races et contre le travail des enfants. Elle participe à la Conférence des femmes pour la paix à la Haye (1915) avec sa compatriote Jane Addams et devient ensuite, après avoir été licenciée de son poste d'enseignante pour son opposition à l'entrée en guerre de États-Unis en 1917, la secrétaire internationale de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté à Genève de 1919 à 1922. Malgré ses positions pacifistes, la présidente honoraire de la Ligue (1936) est favorable à l'intervention américaine contre les nazis. Après la seconde guerre mondiale elle donne son appui à la création de l'O.N.U. et de l'U.N.E.S.C.O. Elle est restée toute sa vie une militante infatigable des droits de l'homme et du pacifisme, c'est la raison pour laquelle le Comité lui a décerné le prix de la paix en 1946.

www.nobel-paix.ch

Fin de la S.D.N.
La S.D.N. est dissoute par une résolution de son assemblée, en date depuis le 18 avril 1946 et remplacée par l'Organisation de Nations Unis (O.N.U.). Son siège est à New York.
Durant la seconde guerre mondiale, il devint clair que la S.D.N. avait échoué dans son rôle principal de gardien de la paix. La S.D.N. n'avait aucune puissance militaire propre; elle dépendait des contributions de ses membres, qui refusèrent d'appliquer des sanctions économiques ou militaires. L'autorité morale s'avéra insuffisante. Plusieurs grandes puissances n'appuyèrent pas la S.D.N. : les États-Unis n'adhérèrent jamais; l'Allemagne devint membre en 1926 pour seulement 7 ans et l'U.R.S.S. en 1934 pour 5 ans; le Japon et l'Italie se retirèrent dans les années 30. La S.D.N. reposait alors principalement sur la Grande-Bretagne et la France, qui bien évidemment hésitaient à recourir à la force. Il était en effet difficile pour des gouvernements habitués depuis longtemps à opérer indépendamment de fonctionner au sein de cette nouvelle organisation.
Constitution japonaise

Selon l'article 9 de la constitution japonaise de 1946, le peuple japonais renonce pour toujours à la guerre et à la menace ou à l’emploi de la force pour résoudre les disputes internationales. Afin d’atteindre cet objectif, le Japon s’engage à ne jamais détenir d’armées de terre, de mer et de l'air, ni d’autre potentiel de guerre.
Allemagne
Octobre: Verdict du procès de Nuremberg: condamnation des dirigeants nazis (Goering, Hess, Ribbentrop...).
Churchill
W.Churchill lance l'idée des États-Unis d'Europe.
Janvier: Démission de de Gaulle. Proclamation de la République hongroise. Mars: Indépendance de la Jordanie. Avril: Nationalisations du gaz, électricité et assurances. Fermeture des maisons closes (M. Richard). En Chine les russes évacuent la Mandchourie. Reprise de la guerre civile en Chine. Juin: Abdication de Victor Emmanuel III et proclamation de la République en Italie. Juill: Les USA signent un traité d'amitiè avec Tchang Kaï Chek qui lutte contre les communistes. Sept: Mise en place d'un gouvernement communiste en Bulgarie. Oct: Verdict du procès de Nuremberg: condamnation des dirigeants nazis ( Goering, Hess, Ribbentrop...). Naissance de la IV République en France. En Grèce début de la guerre civile. Nov: Plan Monet pour redresser l'économie. En Roumanie les communistes occupent les postes clés du gouvernement. Dec: Martinique, Guadeloupe, Guyane et Réunion deviennent les départements d'outre-mer. Coup de force du Viet-Nam à Hanoï: début de la guerre d'Indochine. Les derniers soldats français quittent le Liban et la Syrie.

EN FRANCE:

Nous sommes sous la IIIème République. De Gaulle est chef du gouvernement provisoire de la République Française jusqu'au 20 janvier. Du 26 janvier au 12 juin, Félix Gouin (socialiste) le remplace, du 26 juin au 28 novembre, Georges Bidault (M.R.P.). Le 16 décembre Léon Blum.
Le 13 octobre la IVème république.

De Gaulle
1er janvier, discours de de Gaulle soulignant ses divergences avec l'assemblée nouvellement élue. Le 20 il démissionne.

Vie parlementaire
- 6 avril: La proportionnelle est adoptée pour les élections législatives;
- 8 avril: Création du Gaz de France et de l'Électricité de France;
- Le 25: Nationalisation des compagnies d'assurances;
- 17 mai: Création des Charbonnages de France;
- 12 juin: Création du C.N.P.F., la nouvelle organisation patronale;
- 6 août: Lois sur les prestations sociales;
- 12 septembre: Loi sur l'assurance vieillesse;
- Fermeture des maisons closes (M. Richard).

Indochine
- 18 mars entrée de Leclerc à Hanoï;
- 1er juin la Cochinchine devient une république autonome détachée de l'indochine;
- 14 septembre échec de la conférence de Fontainebleau entre Hô Chi Minh et Georges Bidault;
- 19 novembre, le Viêt-minh massacre des Français à Haiphong.
- 23 la flotte française riposte par un bombardement: 6.000 morts;
- 19 décembre les troupes Viêt-minh dirigées par Giap échouent dans leur assaut contre Hanoi.

Union-française
Nom donné par la constitution à l'ensemble constitué de la France et des pays d'outre-mer. La France accordait la citoyenneté française à tous les habitants de l'Union-française avec des différences entre les citoyens de la métropole et les autres divisés en quatre groupes:
- Martinique, Guadeloupe, Guyane et Réunion comme départements d'Outre-mer;
- L'Algérie un statut spécial;
- Territoires associés pour le Togo et le Cameroun;
- États associés pour les anciens protectorats tel le Viêt-nam, Tunisie...


EN BRETAGNE:

"La Bretagne bretonnante"
Dougen ar boned: Porte le bonnet
Le nombre de cocus est tel de par le monde, que les chapeliers ne sont pas près d'être au chômage. On précise parfois dougen ar boned forc'hek porter le bonnet fourchu, histoire de bien montrer la présence d'excroissances malencontreuses. On croise aussi dans la langue bretonne l'expression internationale dougen ar c'hernioù porter les cornes. Bref les cocus bretons sont aussi fiers que les autres. Ça rassure.

"Expressions populaires bretonnes" Éditions COOP BREIZH.

Le petit train va t-il disparaître?
Traînant péniblement ses vieux wagons, ahanant, soufflant, fumant, s'annonçant par des coups de sifflets enroués. Il prolonge son agonie tout au long des voies envahies par les ronces et les herbes folles.
Le conseil général se réunira le 9 août pour décider définitivement de son sort. Lui donnera t-il son coup de grâce ou prolongera t-il encore quelque temps encore l'existence de quelques lignes qui continuent à rendre des services?
Un peu d'histoire: (la première ligne, celle de Brest à Pospoder), le petit train joua un rôle important dans le développement économique du Finistère. Il remplaça la lourde charrette de paysan dans le trafic de bourg à bourg. Il transporta jusqu'à la grande gare les marchandises destinées aux grands centres.
Nous l'avons connu jadis au temps de sa splendeur, quittant avec uns sage lenteur, la petite gare départementale de Brest, chargé à bloc. Il traversait le Boulevard à petits tours de roues, se lançait dans les douves tout empanaché de fumée et gagnait à toute vapeur la campagne ou son approche faisait sensation.
Son sifflet aigu faisait fuir les troupeaux dans les champs et étourdissait les passants aux passages à niveau. Il s'arrêtait longuement à chaque station, garait un wagon, en accrochait un autre et repartait fièrement , précipitant le rythme de sa minuscule locomotive.
Jadis on l'appelait familièrement "le petit train". A mesure que se répandirent les camions, et les cars automobiles, on le regarda avec un certain dédain. Le petit train devint le "tortillard", puis le "trainpatates", le "tacot". On ne se dérangeait plus le dimanche pour le voir passer et faire des signaux aux voyageurs qui répondaient en agitant leur chapeau ou mouchoir.
On s'amusa de sa lenteur, on l'abandonna et on s'entassa dans les cars. Les plus sages faisaient chorus tout en regrettant les commodités du wagon ou l'on était moins serrés et ou l'on était plus sûrs d'arriver au terminus.
L'infortuné petit train perdit ainsi sa clientèle, et peu à peu ses wagons chargés à ressorts tendus, passèrent obstinément vides.
Les recettes s'amenuisaient à mesure que se développait les transports routiers. La lutte s'avéra impossible. Le dernier né, le tortillard de Plouescat à Rosporden disparut le premier... Le 5 novembre 1939, il est décidé d'abandonner l'exploitation de la totalité du réseau ferré.
Les locomotives définitivement éteintes et les wagons aux ressorts fatigués, furent garés à Lesneven, Pont-l'Abbé et Audierne... Quelques tronçons de rail furent découpés et, blanchis à la chaux, furent plantés en bordure des virages dangereux pour protéger la marche des cars qui les avaient vaincus.
Rappelons pour mémoire les lignes à voie étroite qui constituaient le réseau ferré départemental: Brest-Porsporder, Brest - l'Aber-Wrach, Douarnenez - Audierne, Landerneau - Brignogan, Brest - St-Paul-de-Léon, Plouescat - Landivisieau - Rosporden, Pont-l'Abbé - St-Guénolé, Pont-l'Abbé - Pont-Croix, Concarneau - Quimper, Morlaix - Lanmeur - Lannion.
Vint la guerre. Dès le mois de juillet 1940, sur l'instruction de M. l'ingénieur Fayolle, l'idée de de la remise en exploitation de certaines lignes de l'ancien réseau départemental fut envisagée.
En juin 1941, la direction des industries navales de Brest remit en état, les lignes de Lambézellec à Saint-Pol-de-Léon et Landerneau à Brignogan et en assura l'exploitation. Les locomotives rallumèrent leurs feux; les vieux wagons vermoulus furent rafistolés; les deux lignes réparées tant bien que mal, furent ouvertes au public le 15 juillet 1941.
Les résultats furent désastreux. Au 31 décembre 1945, le déficit s'élevait à 4.536.778 fr. 74. Le conseil général... a décidé que la liquidation pure et simple du réseau était souhaitable dés que les transports routiers seraient en mesure de se substituer entièrement aux chemins de fer départementaux.
Ces derniers peuvent-ils dés maintenant satisfaire aux besoins des usagers?
L'assemblée départementale en décidera le 9 août.

La Dépêche 02-08

ET À BREST:

Jules LULLIEN est maire de Brest.

Parlé "Tit Zef"
Pare-à-virer:
Gifle
Cette expression maritime correspond à un commandement donné pour que chacun se mette à son poste afin d'effectuer un virement de bord vent devant. L'image associée à cette expression peut montrer la tête de celui à qui l'on applique la gifle qui "vire" de gauche à droite ou de droite à gauche.

Le parler tit ze'f. Annie Le Berre éditions Le Télégramme

L'Armoricaine
La saison 1945-46, n'a pas été brillante. Aujourd'hui, la confiance renait
en dépit de quelques départs dont ceux des arrières Perrot et Floch, et celui de l'ailier Naour. Jean Douguet, doit également quitter Brest pour Toulon.
Mais l'ossature de l'équipe composée de Roussain, Le Bras, Béchennec, Hervéou, Salaün, Coquet, Fily, Douérin, Y. Raoul subsiste et aura tôt fait d'amalgamer les jeunes de Saint Marc, du Stade Lesnevien, Boivineau, goal des juniors de l'A.S.B.
La formation de quatre équipe peut être envisagée. L'entraînement commencera sous la direction de M.Loisel.
Le stade qui comptait parmi les plus coquets de la région est encore loin d'être idéal mais il vient d'être doté d'une baraque vestiaire et chacun profite de ses loisirs pour améliorer son état.
Sous l'impulsion d'Émile Le Gall, qui en est la cheville ouvrière, L'Armoricaine, après avoir franchi un cap dangereux, est maintenant sur la bonne voie et devant elle s'ouvrent de nouveaux horizons ensoleillés.

La Dépêche 05-09

Précédente : Index : Histoire : Suivante
Mise à jour: dim 26-sep-04 21:04 x