Historique: 1936

Précédente : Index : Histoire : Suivante

Ligue de l'Ouest
Champion: F.C.Lorient;


À l'A.S.B.:
Résultats, Infos
Coupe de France
35-36: Une fois n'est pas coutume mais, nous allons commencer par ce qui devrait être notre conclusion: Concernant l'affaire du professionnalisme à l'A.S.B., les journaux seront unanimes pour écrire que si l'A.S.B. n'avait pas eu l'impudence de sortir indiscutablement un des ténors de la deuxième division professionnelle qui de plus comptait dans ses rangs un international (Verriest), après avoir sorti le Red-Star, cette affaire n'eut pas existé. A cette époque les championnats comptaient un grand nombre de "professionnels-amateurs" ou vice versa.
Jacques Goddet concluait au sujet de cette affaire: "Il faut le dire en vérité, la justice sportive est drôlement bâtie! Vivement quelques générations pour que cela s'arrange!" (Nous pourrions en reparler s'il était toujours vivant).
L'A.S.B. est en 1/4 de finale de la coupe de France, battue par le Red-Star 3 à 1. Challenge de la meilleure équipe amateur en Coupe de France. C'est la première fois qu'une équipe amateur atteint les quart de final de la coupe de France.
Entraîneur: Cette saison, le Hongrois Székany est entraîneur et Job Tartu le capitaine.
Résultats: Cette année là, l'A.S.B. en 25 matches a marqué 120 buts et concédé... 38 !
Espoirs 1936.

Coupe de France. A.S.B. - C.A.Paris (pro): Le départ: Le train démarre, et nous laissons sur le quai un groupe d'Asbeistes. Il y a le papa Le Treusse qui couve son fils Raymond, Jos Guihéry qui fume et chique en même temps une cigarette, ce qui prouve que son cœur fait déjà tic-tac; des supportrices qui lancent un baiser à l'élu de leur cœur ou à toute l'équipe... Avant que des clans se fassent pour la manille ou la belote, j'accapare le capitaine Job Tartu. "Dix lignes pour les lecteurs de "La Dépêche" monsieur le capitaine". "Très volontiers. J'ai entièrement confiance en notre victoire. Notre équipe a indiscutablement fait d'énormes progrès; notre condition physique est excellente, le moral est excellent. On dira que nous ne pratiquons pas un jeu académique, je crois que notre tactique en vaut bien d'autres et nos résultats parlent d'eux mêmes".
Votre pronostic? "Nous gagnerons". C'est aussi l'avis d'Émile Colin, délégué de l'équipe qui joue au football depuis une trentaine d'années et qui fut un des plus beaux footballeurs de notre région.
Székany: "Je viens de prendre connaissance de l'équipe et il y a des changements et mutations de places, ce qui traduit un certain affolement chez l'adversaire..."
Le match: A.S.B. - C.A.Paris 4 à 0 à Rennes. En 16ème de finale. L'A.S.Bbrestoise justifie sa renommée devant les pros. Le C.A.P. a une défense de fer mais une attaque pas très percutante... l'équipe brestoise forme un tout solide et de bonne classe... enfin le palmarès de l'équipe brestoise est plus riche... une des erreurs de l'A.S.B. est de totalement oublier le marquage sur les remises en jeu... Hardis donc les brestois. Ce ne sont pas aujourd'hui uniquement les bretons qui ont les yeux sur vous, mais tous les sportifs français. (Noël Kerdraon. La Dépêche sportive 12-01)

A.S.B. - R.C.Roubaix. 4 à 1 après un match sensationnel: En 8ème de finale de la Coupe de France.
A Tours,
stade Victor-Lefèvre devant 7.000 personnes dont 2.000 brestois, le 2 février, le R.C.Roubaix, deuxième du championnat de deuxième division, ou jouait l'international Georges Verriest est sorti. Buts de Raoul (dit Marius) à la 31ème bien servi par André Le Gall; Newton à la 32ème servi par Raoul et sur exploit personnel à la 73ème; Leroux 74ème sur centre de Raoul. Roubaix à la 83ème minute. Le 01-02).
A.S.B.: Siedler, Calvarin, Pedder, Philipp, Tartu, Pronost, Leroux, Le Treusse, Newton, Le Gall, Raoul. Cette équipe comptait: six ouvriers de l'arsenal de Brest: Calvarin, Tartu, Pronost, Le Gall, Raoul, Philipp; un manœuvre: Leroux; un officier marinier: Le Treusse soit huit brestois. Deux Anglais: Newton chalumiste, Pedder, chauffeur, et enfin
Siedler.

L'A.S.B. élimine le R.C.Roubaix à Tours en huitième de finale de la coupe de France.
L'équipe de Georges Verriest est battue 4 à 1. Brest marque son troisième but par son avant anglais Newton. Le gardien nordiste Dessertot est battu.
Malgré un jeu direct et viril et son international Verriest, Roubaix est largement battu après un match qui sera qualifié de "sensationnel".

"Roubaix battu en vitesse en tactique par les brestois en condition physique supérieure" écrivait le commentateur.
A.S.B. - Red-Star: 2 à 4, l'A.S.B. tombe face au Red-Star sur le terrain du Havre en quart de finale de la Coupe de France.
L'A.S.B. alignait l'équipe victorieuse de Roubaix. Mais ébranlée au moral par "l'affaire" et fatiguée par un long et tardif déplacement, elle fut régulièrement battue.
La rencontre fut filmée et passa par la suite au cinéma "Rex"
.
Le Havre: temps pluvieux, terrain légèrement gras; 7.000 spectateurs. Recette: 50.000 francs.
Le Red-Star a dominé techniquement et mérite sa qualification ....
....Les Brestois pratiquent un jeux rapide et exempt de fioritures et l'on comprend assez qu'ils aient obtenus des résultats surprenants en Coupe. L'attaque, bien emmenée par Le Gall, tente toujours sa chance et, c'est bien ce qui la rend dangereuse.... Alors que le score était de 3 à 2 et que les brestois réagissaient vigoureusement, une faute commise sur Le Gall fut commise dans la surface de réparation. On s'attendait au penalty mérité mais c'est le joueur bousculé qui fut pénalisé!
Meilleur joueur des 22: Le Gall.
Brest: Siedler, Calvarin, Pedder, Philipp, Tartu, Pronost, Raoul, Le Gall, Newton, Le Treusse, Le Roux.
Entraîneur M.Székany.
Extrait de "Football" du 5-3-1936 .

 


Seniors saison 35 - 36.

Les Asbeistes victimes d'un aigrefin lors de leur voyage au Havre: Les aventures d'un as de la resquille! (Noël Kerdraon écrivit que cette affaire donnerait matière à un roman) ... à l'arrivée de l'express en gare de Montparnasse, le samedi 29 février, un cheminot de Paris, âgé d'environ 35 ans, figure :sympathique, et décemment habillé, répondant au nom de Gendron, se présenta aux dirigeants de l'A.S.B. "A partir des quart de finale, la fédération désigne un délégué pour la représenter auprès de chaque club qualifié. Je suis heureux de remplir cette fonction et vous accompagnerai au Havre. Vu la tension existant entre le club et la fédération, l'A.S.B. considérait ce délégué fédéral comme un espion... et puis, ... une femme originaire de Kerhuon qui travaillait à la fédération! Quel heureux hasard se disait-on dans le clan breton.
Au Havre, Gendron profita des brestois qui lui payèrent son hôtel, ses frais, les tournées qu'il commanda... etc. Il ne fut démasqué qu'
après le retour à Paris, une fois les brestois repartis pour Brest.
Dans l'affaire
des professionnels qui fit couler beaucoup d'encre et mit en scène des mouchards, policiers, et des juges, ce resquilleur de Gendron fut de loin le plus sympathique.
A défaut de gros billets qu'il espérait toucher, il s'est tapé à œil
une petite balade au Havre, de bons gueltons et de bonnes bouteilles pendant 48 heures.
Et il a fait rire tous ceux qui furent mêlés à son aventure.
A.S.brestoise - A.S. Cherbourgeoise Stella. 2 à 0 Brest. 32ème de la Coupe de France. (20/12)

Équipe seniors saison 36-37.

Présidence
M Le Calvez est président et va devoir gérer la crise du pseudo professionnalisme de l'A.S.B.
Suite à l'article de Victor Denis dans "Le Miroir des Sports" il répond:

"Il y a plusieurs années déjà que le comité de mon club s'est mis en tête de soumettre l'équipe à un entraînement méthodique. Eh bien croyez mois la mise en train fut difficile. Aux premières séance nous devions nous estimer heureux lorsque trois joueurs avaient daigné se déranger. Avec cet entêtement que l'on reconnaît à notre race et qui n'est bien souvent que de l'esprit de
suite et de persévérance, nous avons exigé de nos joueurs toute l'assiduité nécessaire à une préparation sérieuse.
Ah! qu'il nous fallu éliminer des joueurs pour atteindre notre but! J'estime que depuis cinq ans nous touchons ce but! j'estime que depuis cinq an, nous avons éliminé un quarantaine de footballeurs de valeur! Les uns s'étaient rendu indésirables par le dédain des principes de l'entraînement, les autres par leur esprit d'indépendance ou frondeur. Connaissez vous des dirigeants qui font ainsi délibérément le sacrifice d'une bonne partie de leur effectif au nom de la discipline?
Vous voyez cependant que le procédé, pour hardi qu'il soit, ne nous a pas trop mal réussi..."

Origine "Histoire du football Breton" de Jean Paul Ollivier. Édition Jean Picollec.

Autour de l"Affaire A.S.B.".
Le lendemain du match contre Roubaix, un journal du Nord écrit: "succès auquel nous applaudirons sans réserve, si l'amateurisme des vainqueurs n'éveillait point des rumeurs ironiques..."
Ce fut le départ de la plus grosse "affaire" de l'année. (02-02).
"... Pedder et Newton sont d'anciens pro anglais" déclare le R.C.Roubaix. (04-02).
La F.F.F.A. reçoit une lettre d'un délateur anonyme, accusant tous les joueurs brestois de professionnalisme. On apprend qu'un enquêteur de la F.F.F.A. est venu incognito à Brest... Le 12 février, toute l'équipe de l'A.S.B. est convoquée devant la commission centrale de contrôle de l'amateurisme pour le 17 février.
Le 14 février, tirage au sort des Quart de final, qui désigne le Red-Star comme prochain adversaire de l'A.S.B. pour la Coupe.
Le 17 février, comparaisons des joueurs de l'A.S.B. devant la C.C.C.A. (Quinze heures):
- Leroux et Siedler sont suspendus,
- Mer radié (les déclarations de ce dernier à "l'enquêteur" furent "révélatrices", déclare-t-on en haut lieu.
- 24 février, la suspension est levée pour permettre aux deux joueurs de jouer contre le Red-Star.
C'est donc dans un climat malsain que l'A.S.B. aborda sa rencontre contre le Red-Star au Havre le 1er mars. Suite à un article de Victor Denis dans le "Miroir des sports", une commission d'enquête de la F.F.F.A. se déplaça à Brest pour espionner les joueurs brestois.
L'affaire suite...
(M.Le Calvez): ...je suis passé devant la commission centrale de l'amateurisme. Là, ma tâche fut plus compliquée, attendu qu'à aucun moment il ne me fut donné connaissance de l'acte d'accusation en l'espèce le rapport de l'enquêteur M.Nouens.
(N.Kerdraon): C'est là, en effet une drôle de procédure.
(M.Le Calvez): ... j'ai pu m'expliquer pendant trois heures méthodiquement sur nos joueurs; tous nos joueurs ont été passes au crible, la commission a abouti aux conclusions que vous connaissez. M.Novens maintenant que Siedler a avoué être rémunéré, et la mère ou une tante de Leroux
ayant fait une déclaration semblable, la commission exigea la comparution de ces deux joueurs devant elle.
Quand à l'histoire Newton-Pedder, je dois vous dire qu'elle nous laisse complètement indifférents, leur situation étant régulière...
(N.Kerdraon): Ne croyez vous pas que le cas Leroux pourrait être solutionné avant le 1er mars?

(M.Le Calvez): Pour le match contre le Red-Star, j'aime mieux ne rien penser du tout...! nous remplacerons les absents par les titulaires de leur poste en réserve. Ce qui donnera pour le match qui se jouera au Havre:
Le Balbe goal; Pedder, Calvarin, Pronost, arrières; Tartu, Philipp, Kerivin ou Buzaré, Le Gall milieu; Newton, Le Treusse, Raoul attaquants.

Noël Kerdraon La Dépêche sportive 20-02

9 mars: la Commission-centrale de l'amateurisme reclasse 14 joueurs de l'A.S.B. pro (Pedder, Siedler, Newton, Leroux, Le Gall, Raoul, Le Treusse, Pronost, Bugaré, Tanguy, Philipp, Tartu, et Calvarin). Le Comité directeur est suspendu jusqu'au 1er août. Leroux est en plus suspendu six mois pour incorrection devant la commission.
L'affaire suite...
suite...
Ce n'est pas l'amateurisme que la F.F.F.A. défend aujourd'hui, c'est le professionnalisme qu'elle veut développer. Dans un avenir prochain, les clubs pro quitteront la fédération, mais au préalable ils désirent augmenter leur effectif afin de faciliter leurs championnats.
Un secret de polichinelle
En vérité les clubs pro n'en veulent pas de la formule libre. Ils se rendent compte qu'ils devront la subir dans un avenir
plus proche qu'on le pense. Alors les délégués du foot pro qui siègent en force au bureau de la F.F.F.A. poursuivent leur objectif qui est:
- Retarder
ou arrêter l'institution de la formule libre qui constitue une menace pour les pros;
- Former un groupement autonome en dehors de la F.F.F.A.
Mais pour vivre leur vie il leur faudrait qu'aux trente six clubs pro actuels vienne s'en ajouter quelques autres...

Noël Kerdraon. La Dépêche Sportive

Jugement fédéral contre l'A.S.B.
Dans "l'Auto" du jour on peut lire "Jamais la rue de Londres n'a rendu un verdict aussi brutal"

Tonnerre de Brest!

La commission centrale du contrôle de l'amateurisme, à la suite des déclarations d'un joueur qu'elle a radié, après l'avoir entendu, a pratiquement anéanti un des plus beaux clubs de France: l'A.S.brestoise.
Après une délibération de deux heures, durant lesquelles les journalistes firent antichambre, furent accusés d'écouter aux portes, répondirent au téléphone et firent les commissions comme des huissiers fédéraux, la commission centrale de l'amateurisme a rendu son verdict dans l'affaire A.S.brestoise. Un véritable verdict de cours d'assise:
- Treize retraits de licences amateurs! les joueurs sont classés pro.
- Le comité du club suspendu jusqu'au 1er août 1936 (l'époque ou commence le championnat professionnel),
- L'A.S.B. suspendue pour trois mois avec sursis!
La sentence est injuste et disproportionnée. Ce sont les "petits copains" qui vont rire sous cape, ce sont tous les jaloux, tous les délateurs qui vont triompher! et tout cela parce-que l'A.S.B. a eu le tord de réussir, d'arriver en quart de final, tout cela parce-que l'on a jugé bon, rue de Londres, de donner crédit à un"maître chanteur", d'un "parjure", d'un joueur radié à vie.
Si l'A.S.B. n'avait pas passé le cap des trente deuxièmes elle eut été assurée de l'impunité.
C'est là que l'on est un peu révolté! On pense aux autres qui ont les mêmes pratiques mais qui n'ont pas le mérite de faire quelque chose pour le football.
Tandis qu'à Brest, il y avait un stade, un des plus beaux de France, il y avait une œuvre, une belle œuvre.

Mario Brun de "l'intransigeant"

Grave affaire qui aura plus de conséquences qu'on ne croit (Du "Nouvelles du Morbihan")
La sanction est dure dit on à Quimper..., Les Servannais sont stupéfaits..., Mauvaise impression à Douarnenez... Le moral est bon quand même dit Jos Guihéry...
Appel:
Le 24 mars, le bureau fédéral refuse de d'entendre l'appel de l'A.S.B. qui entre temps fait disputer le championnat par son équipe réserve.
Professionnalisme:
Le 28 mars, l'A.S.B. demande son adhésion au professionnalisme. Comme chacun sait, il ne sera pas donné de suite à cette demande.
Championnat 36-37.
L'A.S.B. fait peau neuve et repart dans le championnat la ligue de l'Ouest.

Douarnenez
- A.S.B.: L'A.S.B. dont toute la presse vante la valeur et les mérites, va rencontrer nos représentants. Toute la Cornouaille se fait une fête d'assister à la production des brestois. Brest au passé glorieux, tient avec maîtrise la tête du classement en D.H., doit ajouter trois points a son capital. Son succès sur son suivant immédiat, le F.C.Lorient par 14 à 1 et sa magnifique tenue devant le Stade Bordelais, et le C.A.Paris en dit long sur sa forme et ses possibilités. (24-01).
A.S.B. - Sélection militaire: Match de bienfaisance d'aide au Comité de défense antituberculeux à M
énez-Paul. Siedler en grande forme... recette de 7.200 fr. (19-01).
Mutations: Siedler et Le gall partent pour le stade Rennais;

Rencontres - articles sur le club et les joueurs.
10: Jules Rimet reçoit Le Gorgeux et délégation de l' A.S.B.;
1 mai: Titre de l'ouest pour l'A.S.B.;
4 mai: A.S.B. - F.C.Lorient Gergotich avant centre. 6.000 personnes à Menez-Paul;
22 mai: Jos Guihéry et le professionnalisme;
6 juin: L'A.S.B. pour la 3eme div pro.
16 juin A.S.B. -École navale 2.000 spectateurs à Menez-Paul;
21-22 juin: A.G. favorable au professionnalisme;
9 juillet article de Jos Guihéry;
30 juillet: Nouvelle saison, arrivées de Gallouidec, Danielou, Levergos;
5 août: Jos Guihéry nouveau président;
23 septembre: Photo;
15 octobre: Révision du xx de l'A.S.B.;
27 octobre: Gergo en équipe première;
16 novembre: A.S.B. - C.A.Paris;
28 novembre: A.S.B. - Lille et 5000 personnes, article sur Gergo 17 ans inter gauche;
23 décembre: article sur Székany;
25 décembre: A.S.B. - F.C.Bocksay (Hongrie) 2.000 personnes.


ET PENDANT CE TEMPS LÀ...!

SPORT:

Football:

Coupe de France
R.C.Paris / Charleville 1 à 0; Colombes (Yves du Manoir) Arbitre : M. Capdeville.
(03/05)
Rencontres internationales
France / Hollande: 1 à 6,
France / Tchécoslovaquie: 0 à 3,
France / Belgique: 3 à 0,
France / Yougoslavie: 1 à 0
.

Athlétisme:
Le 1er août ouverture des jeux olympiques.
Sous le regard d'Hitler, le noir américain Jesse Owens avec un bond de 8,06 m remporte le titre olympique du saut en longueur après sa victoire dans le 100 et 200 m. Hitler quitte la tribune pour ne pas avoir à lui serrer la main.

En tout ce sont dix noirs américains qui remportent des médailles sous les yeux d'Hitler et des nazis dans un stade décoré de croix gammées.

NOUVELLES INTERNATIONALES:

Prix Nobel de la Paix: Carlos Saavedra Lamas (1878-1959; Politique; Argentine).
Carlos Saavedra Lamas est convaincu que les nations doivent se donner les moyens de régler pacifiquement les conflits qui peuvent surgir entre elles.

1

Entre 1932 et 1935 une guerre terrible oppose la Bolivie et le Paraguay (la guerre du Chaco). Pour mettre fin à ce conflit, il organise et préside un comité international de médiation qui aboutit à la signature d'un armistice en 1935 qui règle définitivement le conflit en 1938. Cette action lui vaudra le prix Nobel en 1936. Son activité en faveur de la paix est infatigable, il est contre toute politique d'intervention. Dans les années 30 il va élaborer un " pacte anti-belliqueux " qui repose sur deux idées fondamentales : toute guerre d'agression doit être condamnée. Les modifications de frontières ne doivent être reconnues que si elles ont été réalisées par voie pacifique. Ce pacte sera signé par tous les États américains et par 11 autres États.

www.nobel-paix.ch

Expédition
Le 16 septembre au matin, après douze heures de tempête, le Pourquoi pas? se brise sur les récifs à l'intérieur de Faxafjord. Le docteur-explorateur-écrivain Jean Charcot et tous ses compagnons à l'exception d'un seul périrent.
Espagne
La guerre civile commence en juillet après le coup d'état de Franco le 18 juillet avec des généraux hostiles au Frente popular et aux institutions républicaines. Ils sont soutenus par l'Église, la bougeoiserie et les propriétaires fonciers. Franco va recevoir du Führer des techniciens, des avions et pilotes. L'Espagne devient le terrain d'expérimentation de l'armée allemande.
Allemagne
Importante activité industrielle dans l'armement, construction de routes, d'aérodromes et de voies ferrées stratégiques qui vont permettre d'encourager les sentiments nationalistes, réarmer l'Allemagne et diminuer le chômage. La Rhénanie est remilitarisée le 7 mars. 30000 soldats pénètrent dans la zone démilitarisée par le traité de Versailles.
Janvier: Edouard VIII succède à George V puis démissionne pour épouser Mrs Wallis Warfield Simpson. Il laisse la place à GeorgeVI. Mars: Hitler remilitarise la Rhénanie: 30000 soldats pénètrent dans la zone démilitarisée par le traité de Versailles. Mai: Grève générale en France. Chute d'Addis Abeba, Selassié est exilé, Victor Emmanuel proclamé empereur d'Ethiopie par Mussolini. Juin: Blum forme un gouvernement de front populaire. Signature des accords de Matignon: deux semaines de congés payés et la semaine de 40 h. Juill: Début de la guerre civile en Espagne, Franco à la tête de l'armée est aidé par Hitler qui peut y tester ses panzers et ses avions. La France aide les républicains espagnols. A Berlin se déroulent les J.O. : Jesse Owens remporte les 100 et 200m. Sept: En France la scolarité est obligatoire jusqu'à 14 ans. Dévaluation du Franc de 30%. En Allemagne défilé hitlerien de Nuremberg démontre la puissance allemande. Nov: Réélection de Roosevelt. L'Allemagne et l'Italie reconnaissent le gouvernement de Franco en Espagne. Le Japon et l'Allemagne signent un pacte anti-Komintern pour se protéger mutuellement du bolchevisme


EN FRANCE:

Nous sommes sous la IIIème République. Alex Lebrun est président de la république.

Grèves
Un million de français sont en grève.

Front populaire
Publication du programme le 12 janvier. En mai 1936, alliés sous le nom de Front populaire, la gauche composée des socialistes, des communistes et des radicaux est majoritaire à l'assemblée suite aux élections des 26 avril et 3 mai. Ils entreprennent des réformes parmi celles-ci il y a la limitation de la durée de la semaine de travail à 40 heures, et deux semaines de congés payés. Création des délégués d'usine, affirmation des droits syndicaux, interdiction des ligues d'extrême droite. Ces réformes suscitent des problèmes avec les classes aisées dont certaines vont affirmer que mieux vaut Hitler que le front national. Les travailleurs de gauche trouvent eux que ces réformes sont insuffisantes et reprochent entre autre la non intervention dans la guerre civile espagnole. Ils ont eux comme modèle le régime soviétique.

Nationalisations
La banque de France est nationalisée le 24 juillet. Le 7 août, les industries d'armement.

Charcot
Naufrage du Pourquoi-Pas? du commandant Charcot au large de l'Islande.

Mermoz
Le 6 décembre, Jean Mermoz et son hydravion Croix-du-Sud disparaissent au dessus de l'atlantique, au large de Dakar.


EN BRETAGNE:

"La Bretagne bretonnante"
Bezañ frotet gant eoul garzh: Être frotté avec de l'huile de haie
C'est prendre une volée de coups de bâton, une volée de bois vert, d'une telle ampleur que la peau en brille!

"Expressions populaires bretonnes" Éditions COOP BREIZH.

Événement
Grèves et lock-out en Côtes-du-Nord.

Morts et blessés à Brest.
Bien que plus industrialisé: arsenal, poudreries, manufacture des tabacs, papeteries, conserveries et pêche - le Finistère n'est pas épargné par la crise. Les faillites doublent entre 1930 et 1935. Le sud du département Pont L'Abbé, Quimperlé souffre particulièrement. L'Église affiche son hostilité aux changements sociaux. L'évêque de Quimper fait campagne contre ces "écoles de corruption" que sont salles de bal et transports en commun où se côtoient des personnes de sexes opposés. On menace des foudres de l'église les propriétaires de ces salles et ceux qui les fréquentent. La montée du fascisme en Europe fait descendre dans la rue, à Brest, Morlaix et Quimper des milliers de personnes dès 1935. Le 6 août, le foule va se heurter aux forces de l'ordre à Brest. Bilan des affrontements: deux morts, 150 blessés parmi les civils, 30 dans les rangs des gardes mobiles. Le 10 août, c'est un sous-officier de la coloniale qui abat à coups de revolver un ouvrier de 19 ans. La presse dresse la liste des blessés à coups de baïonnette, de crosse ou d'armes à feu. Congédiements, réductions de salaires, blâmes sont prononcés par le préfet maritime. 1936 n'est guère plus calme. On manifeste en coiffe et en fanfare aux papeteries OCB à Scaër, à Concarneau, à Quimper, Morlaix, sans toutefois que ces actions connaissent une telle gravité. Les 60 ouvriers coiffeurs brestois cessent le travail pour obtenir une diminution de leurs horaires. Devant le refus de leurs employeurs, ils s'installent dans les bistrots de la ville et finissent par obtenir gain de cause au bout de onze jours.

Cet état des lieux de la Bretagne de 1936 puise une partie de ses informations auprès de M.Claude Michel, animateur de l'Institut d'histoire sociale de la C.G.T., aujourd'hui retiré à Lesconil et auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la Bretagne.

Origine: Le Télégramme, Bretagne.com

ET À BREST:

Victor LE GORGEU, est maire de Brest.

Parlé "Tit Zef"
Espérer:
Attendre
Ce sens est le sens premier de l'ancien français espérer. Il s'est également maintenu dans cette acception dans le sud de la France. "On l'attendait, on l'espérait, comme disaient les marins, on guettait avec des yeux que meurtrissait l'effort." (Roger Vercel, Remorques, p. 216.)

Le parler tit ze'f. Annie Le Berre éditions Le Télégramme

Le sport corporatif.
La semaine de 40 heures doit développer le sport corporatif. Dans ce but, l'Étoile Rouge de Brest met un challenge en compétition.
... nous ne pensons pas exagérer en classant parmi les œuvres sociales l'éducation civique et les sports. Et nous pensons aussi traduire le sentiment des jeunes générations d'ouvriers et d'employés qui servent dans la marine à Brest, en voyant le comité de notre port se pencher sur ce problème... pour augmenter les loisirs de milliers de jeunes hommes tout en leur offrant l'occasion d'améliorer ou maintenir leur capital santé...
Nous avons rendu compte de la visite effectuée à Sochaux, aux établissements Peugeot en 1934, ou à-côté des usines, la direction a construit des stades modernes, des salles de culture physiques, des gymnases, des bassins de natation, des tennis, des rings de boxe pour ses jeunes ouvriers, et pour les plus vieux des étangs pour la pêche, des jeux de boules etc.
... le stade de la Croix-de-Berny, créé de toutes pièces par l'administration du Métropolitain de Paris pour le seul usage de son personnel. C'est un merveille...
... dans cette même rubrique, nous mettions à l'idée de voir nos clubs locaux mettre leur stade, libre le samedi, à la disposition de la masse... Nous avons reçu la visite du secrétaire général de l'Étoile de Brest, qui nous a fait part des intentions du club de créer un challenge corporatif destiné à favoriser la pratique du sport le samedi.
Déjà, un objet d'art, offert par le représentant des machines outils Renault à Brest, est prêt à être mis en compétition...

La Dépêche Sportive de 1936.

Précédente : Index : Histoire : Suivante
Mise à jour: dim 26-sep-04 20:46 x