Historique: 1932

Précédente : Index : Histoire : Suivante


Ligue de l'Ouest:
Le F.C.Lorient est champion saison 1931-1932. L'A.S.B. est champion en seniors, équipes 2 & 3; en juniors et en vétérans.
M.Levacher remplace M.Cancel et est le nouveau président de la ligue de l'Ouest.


À l'A.S.B.:
Résultats, Infos.
Fin de saison 1931 - 1932:

Evénement:
Concours du jeune footballeur:
Grande première. Sur l'initiative de Robert Coat, création du concours du jeune footballeur, reservé aux juniors du club. Le premier prix sera un voyage tous frais payés à Paris pour assister à France-Ecosse. (02-02).
Tentative de fusion A.S.B. - U.S.O.
M.Le Calvez donne tout de suite le ton: Les deux clubs brestois doivent-ils toujours rester des rivaux? Il désire exactement le contraire La majorité des sportifs et du public souhaitent la création d'un grand club... Il est certain, estime le président de l'A.S.B. qu'en groupant les compétences et les dévouements qui se trouvent dans les deux clubs, le club né de la fusion serait solidement équipé pour aller de l'avant sur la voie du progrès.
M.Le Calvez estime que avant toute autre chose, il importe à l'assemblée de se prononcer sur la question de principe: doit poursuivre les pourparlers? Il propose donc que chaque président fasse l'exposé de son bilan du triple point de vue sportif, financier et moral et ensuite qu'une suspension de séance permette aux deux délégations d'étudier la décision à prendre, afin que réunies de nouveau, les deux délégations communiquent leurs décisions respectives. M.Quiniou président de l'U.S.O. déclare accepter la suggestion ... suivent alors l'exposé des deux présidents...
M.Quiniou remercie et déclare mieux comprendre maintenant l'état d'âme de certains de ses collaborateurs à l'égard de l'A.S.B. L'U.S.O. n'a pas de si belles choses à offrir et craint que la mariée soit trop belle pour lui. Il déclare aussi que l'U.S.O. va devenir comme l'A.S.B. une S.A.G. comme l'A.S.B. et qu'elle va avoir un terrain... et qu'il y a aussi des opposants à la fusion dans son comité.
M.Le Calvez interrompant, déclare qu'il y a aussi des opposants dans son comité, mais qu'une écrasante majorité approuve les discussions avec l'U.S.O...
Pour M.Quiniou, le point le important est qu'il n'y ait plus ni A.S.B. ni U.S.O. M.Horellou de l'U.S.O. se prononce contre la fusion et évoque à l'encontre de l'A.S.B. des actions qu'il ne peut admettre, notamment sur le tarif de location du terrain de l'A.S.B. à l'occasion du match de l'U.S.O. contre les Arméniens...
MM.Le Goïc et Nicolas de l'U.S.O., sont aussi opposés à la fusion, déclarant qu'en cas de fusion, il se créera immédiatement un autre club à Saint-Pierre parmi les dissidents. Questionné à ce sujet par M.Le Calvez, M.Nicolas déclare que les équipiers premiers de l'U.S.O. sont opposés à la fusion...
M.Le Calvez, très longuement essaie de convaincre les opposants des avantages de la fusion... M.Le Bris de l'A.S.B., propose, vu l'heure avancée, de parler de la question du titre de la société auquel faisait allusion M.Quiniou lorsqu'il disait qu'il ne fallait plus d'A.S.B. ni d'U.S.O...
M.Le Calvez propose alors de suspendre la séance.
A la reprise, M.Quiniou... déclare que le comité de l'U.S.O. vient de décider qu'il n'y a pas lieu de continuer les pourparlers. L'U.S.O. attendra l'assemblée générale du club pour savoir si il y a lieu de continuer les pourparlers...
M.Le Calvez regrette la décision de l'U.S.O. de rompre ainsi les pourparlers d'autant plus que les membres du comité lors de la suspension de séance, viennent de décider à l'unanimité de poursuivre les discussions avec cette condition toutefois que le titre "Association Sportive Brestoise" soit conservée par la société née de la fusion...
M.Quiniou déclare alors qu'il n'y a absolument plus rien à faire et qu'il ne saisira même pas de la question la prochaine assemblée générale de son club...
M.Le Calvez remercie alors l'U.S.O. de sa courtoisie dans la discussion et confirme que l'A.S.B. sera toujours heureuse de continuer avec elle les amicales relations enregistrées depuis le début de la saison.
La séance est levée . Le secrétaire de séance: Jos Guihéry.
(Dépêche sportive 24-02
Amical.
A.S.B.-Enghien:
Sur un parc transformé en patinoire, les joueurs d'Enghien évoluèrent avec des chaussures insuffisemment cramponnées... (14-01)
Championnat.
A.S.B.-Stade Briochin.
7 à 5. A Prat-ar-Raty, L'A.S.B. second reçoit Saint-Brieuc qui est en tête de la D.H. Un match plein de vie, riche en péripéties. Plein de bonnes et de mauvaises choses. Un match dont on se souvient toujours. Le Jeune pouvait arrêter le premièr et le troisième. Le premier il sauta trop tôt pour saisir la balle... le second une maladresse. Cela arrive à tout le monde n'est-ce pas Alexis Thépot? La ligne d'attaque briochine n'est pas surfaite et nous la considérons comme la plus scientifique ayant opéré à Brest depuis le début du championnat.Nos compatriotes, jouant moins classiquement se firent remarquer par leurs attaques soudaines et pénétrantes. Ces deux méthodes ont leurs partisans et, dimanche soulevèrent l'enthousiasme d'une foule vraiment conquise par la production des 22 acteurs. L'A.S.B. a gagné mais, le Stade briochin aurait bien pu l'emporter. Avec cette victoire, l'A.S.B. pase ne tête de la D.H. (04-01)
Armoricaine-A.S.B. 1 à 0. L'Armoricaine remporte une victoire heureuse. Devant une grosse affluance, une excellente partie de football agrémentée par la bonne tenue des joueurs. Ce résultat vient récompenser les vaillant armoricains. Ils le doivent surtout à Caroff qui s'est montré le meilleur (merveilleux!) joueur sur le terrain. (18-01)

U.S.Servanaise-A.S.B.: Excellent résultats des "Bleus". Au parc de Rocabey, à Saint-Malo, les asbeistes ont
réussi une très grande performance. Ils ont même failli triompher! Les servannais égalisant dans les dernières minutes sur pénalty. Les brestois avaient le plus souvent été rossés sur les grèves de Chasle ou Rocabey. Raison de plus pour les brestois de regretter le résultat de dimanche dernier face à l'Armo.
En tenant les "Démons noirs" en échec chez eux les "Bleus de France" ont réalisé un exploit... et cela leur donne un espoir pour la fin de saison. (25, 26-01)

A.S.B.-Drapeau de Fougères: 1 à 3. Match de qualité médiocre. Très rapides, les Fougerais imposèrent un jeu rudimentaire qui dérouta les brestois. Nos compatriotes jouèrent en dessous de leur moyens, ce qui revient à dire que la victoire du drapeau n'est pas le fait d'une supériorité technique mais la conséquence d'une production inférieure ded leurs adversaires. (01-02)

Lorient-A.S.B.: 6 à 0. Ce fut une grande surprise quand on apprit dimanche la nette défaite des "Bleus". Elle se dissipa quand on apprit que les brestois terminèrent à 9 contre 11! Trévien a été blessé sur chutte à la clavicule et ne pourra jouer dimanche; touché à une cheville et au ventre, Tartu est cependant moins atteint que son camarade. Nous espèrons voir le demi-centre des "Bleus" jouer dimanche. (09-02)

Résultats, Infos.
Saison 1932 - 1933:

Entraîneur:
Le commandant Paul Le Coz est entraîneur pour la saison 1932 - 1933.

C.A. des Sports Généraux - A.S.brestoise. 4 à 2. Paris
Coupe de France. (17/12).
C.A.S.G. Paris - A.S.B.: (19 décembre)
Au stade Jean-Bouin de Paris, le match entre le C.A.S.G., leader du championnat de Paris, et l'A.S.brestoise, qui appartenait au groupe de tête du championnat de l'Ouest, promettait d'être passionnant. Il fut en vérité passionné et mouvementé. 4 buts à 2 prouvèrent la supériorité très réelle des Parisiens sur leurs rapides et courageux adversaires. De Brito marqua le premier, puis le Breton Raoul égalisa et, avant le changement de camp, Laurentz, d'un très beau shoot, redonna l'avantage aux joueurs de la capitale. Un centre de Falquié et un tir de Salord pour le C.A.S.G., un coup de tête de Pibrac, à la suite d'un corner de Raoul, pour Brest, portèrent tôt, en seconde mi-temps, la marque à 3 buts à 2. L'effort des Bretons, à partir de ce moment, fut particulière ment intense, mais se brisa sur la robuste défense des arrières Mainferme et Wartel, qui contribua au dernier but du C.A.S.G. Les Brestois avaient lutté avec une vaillance tenace. Plusieurs joueurs: Jean Salaün, Salou, Mer, Rolland, en particulier, donnèrent une bonne idée de leur valeur.

Histoire du football breton de Jean Paul Ollivier.

Rencontres - articles sur le club et les joueurs. (à développer)
13 janvier: appel à la souscription pour la construction d'un stade à Menez-Paul;
18 janvier: Gergotich au concours junior de l'A.S.B.;
28 février: échec de la fusion U.S.O. et A.S.B.;
15 mars: travaux à Menez-Paul;
4 avril: A.S.B. - Montpellier;
24 & 25 avril: A.S.B. - Rispensia (Roumanie): Pas assez de tramways pour transporter la foule;
3 mai: Concours du jeune footballeur Gergotich (un fier?);
14 mai: Article du président Le Calvez;
28 juillet: Travaux de Menez-Paul, Rocaer architectes de la tribune;
4 & 5 août: Le Calvez président conflit avec L'U.S.O.
1, 2, 3 novembre: affaire Newton, Pedder, les joueurs anglais;
28 novembre: Coupe de France, match A.S.B. - U.S.Suisse de Paris;
9 décembre: A.S.B. - Viktoria Zizkov Prague à Prat-ar-Raty;
26 décembre: A.S.B. - Kispest Budapest.


ET PENDANT CE TEMPS LÀ...!

SPORT:

Football:
Le premier club professionnel est le Football Club d'Antibes.
Coup d'envoi du premier Championnat de France professionnel le 11 septembre. Ce championnat est mis en place, entre autres, par E.Gambardella qui est toujours célèbre pour la coupe qui porte son nom.

Coupe de France
A.S.Cannes / Roubaix 1 à 0; Colombes (Yves du Manoir) Arbitre : M. Raguin Louis (24/04).

Rencontres Internationales:
France / Suisse: 3 à 3,
France / Italie: 1 à 2,
Belgique / France: 5 à 2,
France / Écosse: 1 à 3,
Yougoslavie / France: 2 à 1,
Bulgarie / France: 3 à 5,
Roumanie / France: 6 à 3.

Athlétisme:
Lagoumègue:
La fédération radie le C.A.S.G., suspendu le H.A.C. pour un an et retiré sa licence à Jules Ladoumègue jusqu'à nouvel ordre. (03-02)
Course sur route:
Le relais Morlaix-Brest (79 km) par équipes est gagné par le Stade Rennais U.C. Belle course de Ravavelo (A.S.B.) et des jeunes filles du S.R.U.C. A mi-course, l'A.S.B. voyait la victoire lui sourire mais... (04-04)


NOUVELLES INTERNATIONALES:

Prix Nobel de la Paix: Pas d'attribution.

1931-1932.
L'année 1931 nous a apporté la dépression économique, le moratoire Hoover (sur les dettes intergouvernementales suite à la guerre), la chutte du sterling et la crise de la Sociétè Des Nations. Quatre effets d'une même cause: le déséquilibre intercontinental.
Que nous apportera l'année 1932... tout au plus peut on souhaiter que la situation ne s'agrave pas et que l'humanité ne commette quelque folie comme celle de 1914... sans compter ce qui se passera en Allemagne avec Hitler; dans l'est de l'Europe avec les conflits entre dictateurs; en Extrème Orient avec le règlement sino-japonais; en amèrique, avec les contradictions de Wall Street et de Washington...Entre le Etats-Unis et l'Europe, l'incompréhension recommence. Elle s'aggrave même. Que signifie cette façon de l'amérique d'intervenir puis de se retirer? Etait-ce donc pour sauver les banquiers américains? Etait-ce donc seulement pour sauver les banquiers américains que M.Hoover avait demandé de suspendre les paiements en Europe? Et l'amèrique s'imagine-t-elle qu'elle pourra maintenir ses ses créances après avoir ruiné celles de ses débiteurs? Si vriement le congrès de Washington montre de pareilles illusions, nous ne sommes pas au bout des malentendus transatlantiques.
Même incompréhension en ce qui concerne la sécurité. Si les Etats-Unis ne veulent pas être enchevètrés aux affaires de l'Europe, de quoi se mèlent-ils quand ils prétendent en voulant organiuser un désarmement à leur manière?...
L'Europe, a fait des quelques progrès dans la mise en oeuvre de son équilibre. Cela n'apparait pas clairement. Si elle a pu éviter la guerre, elle ne l'a pas beaucoup écartée. Entre les puissance "révisionnistes" qui veulent renverser les traités établis et celles qui veulent les faire respècter, un conflit n'a cessé de grandir qui a rendu vain les premiers essais d'une Fédération européenne.
Enfin la Société Des Nations, bien qu'elle se soit étendue jusqu'à l'Asie, n'a pas accru son autorité réelle. Les grands évènements de l'année se sont déroulés en dehors d'elle. Quand elle a voulu intervenir, elle n'a pas donné l'impression de la foirce qui doit accompagner le droit. Des diminutions évidentes s'imposent dans sa bureaucratie, trop couteuse et trop oratoire, trop touche-à-tout. Deux réformes s'impôsent à l'organisme de Genève: Se simplifier et se reconcentrer...

Henry Bérenger. (La Dépêche. 01-01)
Mandchourie.
En février le Japon crée un état "Indépendant".Le Mandchoukouo.
Kidnapping.

En mars: Kidnapping du bébé de Charles et Anne Lindberg retrouvé mort dans un bois.
Allemagne.
Réélection d'Hindenburg à la présidence de la République en Allemagne.
Les nazis sortent victorieux du scrutin.
Fondation du royaume d'Arabie Saoudite.
Abdelaziz ibn Saoud, suite à l'entente entre une famille bédouine et le groupe religieux intégriste Wahhabite, crée le royaume d'Arabie Saoudite.

USA.
Roosevelt est élu président des USA. en novembre.

EN FRANCE:

Nous sommes sous la IIIème République. Gaston Doumer est président de la République. Le 10 mai Albert Lebrun lui succède.

1931-1932.
L'année 1931
ne nous a pas été favorable. 1932 le sera-t-elle? Cela dependra de l'effort que fera la France pour s'adapter aux evenements... La solution de la crise de sous consommation et le chômage exigent que l'équilibre soit enfin réalisé entre les prix de gros et ceux de détail... et l'argent caché circulera...
Malheureusement, (la) renaissance de la confiance est subordonnée à plusieurs facteurs dont le plus important est la paix... Le plus gros obstacle est l'Allemagne sur les intentions de qui l'on est mal fixé...
Les Etats-Unis se désinteressent de nous et de nos affaires que parce-que l'Europe n'existe pas pour l'instant; parce-que le programme de Fédération conçu par M.Aristide Briand n'a pas été réalisé. Que cette Europe naisse enfin sous l'empire d'une impérieuse nécessité; qu'elle apporte aux Etats-Unis le plan, le programme, la charte de sa pacification et de son unité diplomatique; qu'elle leur indique qu'entre ses peuples la paix est faite. La sécurité assurée...
... à l'heure ou la livre sterling n'a plus qu'une valeur précaire, le dollard lui même n'apparait plus comme une valeur stable et toute perturbation nouvelle de l'économie européenne aurait sur les affaires américaines le retentissement le plus grave...

(Dépêche 01-01)

Gaston Doumer
Le président Paul Doumer est assassiné.
Salon de l'auto
Le 1er octobre, le salon de l'auto a 25 ans.
Ligne Maginot
La ligne maginot est achevée. Son nom vient du nom du ministre de la guerre qui l'a fait construire. Partant de la frontière belge jusqu'à la XXXX elle est constituée de souterrains reliant des ouvrages enterrés: casernes, centrales électriques, magasins de vivres et munitions. Les défaut de cet ouvrage statique, sans D.C.A., aux canons de 75 à la portée de tir insuffisante, feront que devant la guerre de mouvement et l'aviation allemande elle sera rapidement mise hors combat.
Paul Ricard: Paul crée une liqueur à base d'anis. Le "petit jaune" est crée. La PME d'origine deviendra le second groupe mondial de spirtueux.
Professionalisme.
Réuni à Paris samedi dernier, le Conseil fédéral de la Fédération Française de football à enfin voté le "Statut du professionnalisme". Ce statut comporte treize articles... Le salaire mensuel est plafonné à 2.000 fr. Par cetemps de vie chère, ce n'est pas des plus lucratifs. Le "patron" aura le droit d'accorder à son "employé" des primes de présence, de résultat ou autre...Autrement dit la limitation du salaire qu'on pouvait croire inspirée par mun désir de sauvegarde contre l'immoralité, demeurera inopérante... (21-01)
Le Foot pro en 1932:
Les vingt équipes retenues ont été réparties en deux groupes. Dans le groupe A : l'Olympique lillois, l'Olympique de Marseille, le Racing-Club de Paris, le F.C. Sète, le S.C. Nîmes, l'Excelsior, l'O.G.C. Nice, le Club Français, Hyères F.C. et le F.C. Mulhouse. Dans le groupe B, avec le Stade rennais, on trouve Antibes F.C., l'A.S. Cannes, le F.C. Sochaux, le S.O. Montpellier, le C.A. Paris, le S.C. Fives, le Red-Star Olympique, le F.C. Metz et l'Olympique d'Alès. A l'anglaise: Le championnat se déroule selon la méthode anglaise, éprouvée depuis 1885, les équipes se rencontrant par match aller et retour, deux points par victoire, un par match nul, zéro en cas de défaite. Une finale pour le titre est prévue en fin de championnat entre les vainqueurs des deux groupes. La première journée de championnat, ce dimanche 11 septembre 1932, voit déjà quelques surprises dans le groupe A avec la victoire de Marseille à Lille (2-1), et dans le groupe B avec le succès d'Antibes au Red-Star (3-2) , celui du CA Paris, vainqueur à Sochaux (3-1), et celui du Stade Rennais qui s'impose à Metz sur le score de 2-1. Les Messins avaient dominé la première mi-temps en ouvrant la marque grâce à Eckerlen, mais après la pause, les Rennais vont réagir vigoureusement : à la 52e minute, Walter Kaiser égalise. C'est le premier buteur «pro» de l'histoire du Stade rennais. Trois minutes plus tard, Jules Dominique récupère un ballon mal dégagé par le gardien messin Cadario et tire à bout portant, donnant la victoire aux bretons. Au temps de l'amateurisme marron Le Stade Rennais avait été l'un des clubs pionniers du professionnalisme en France. Longtemps, les autorités du football national avaient fermé les yeux sur les pratiques de ce que l'on appelait «l'amateurisme marron». Les joueurs recevaient des enveloppes «dessous de table», au vu et au su de tout le monde. Certes, on y mettait les formes. Le célèbre gardien parisien de l'équipe de France, Chayriguès, venait ainsi régulièrement au siège de la fédération, muni de béquilles, pour récupérer les indemnités de blessure auxquelles il avait droit après un match. Une fois l'enveloppe en poche, Chayriguès repartait... gaillard comme toujours et sans béquilles!. Isidore Odorico, dit Dodor un dirigeant déterminant. Walter Kaiser le premier butteur professionnel. Au fil des ans, le système se perfectionnait, on distingua les «olympiques» qui ne pouvaient en principe accepter de remboursement, et les autres, officiellement appelés «amateurs rétribués» ; on parlait alors de remboursement de frais de déplacements, puis de manque à gagner, beaucoup de joueurs venant des milieux ouvriers. Mais, de ce fait, se mettait en place en France un professionnalisme déguisé, officieux. Les plus grands clubs étouffaient aussi dans leurs championnats régionaux respectifs, préférant affronter les équipes européennes plus huppées, ou à défaut les meilleures formations françaises, notamment dans le cadre de la coupe Peugeot organisée par le F.C. Sochaux avec l'aide de la firme automobile. A Rennes, c'était le cas. Aidé, on ne disait pas encore «sponsorisé»- par la chaîne de magasins «l'Économique», le club, créé au début du siècle, s'était renforcé par la venue de joueurs étrangers, notamment allemands (Kaiser), autrichiens ou tchèques (Klénovec, Boucek, Mrazek, Séfelin...). Adolphe Touffait, qui fut l'une des gloires rennaises des années trente, racontait comment, au lendemain d'une sévère défaite, les dirigeants lui avaient fourni billets de train et quelques subsides pour aller chercher des joueurs de talent à Prague. Le dimanche suivant, celui qui deviendra plus tard haut magistrat européen, ramenait dans ses bagages les hommes qu'il fallait pour permettre au Stade Rennais de renouer avec le succès dans ce qui était alors un championnat régional, celui de la Ligue de l'Ouest. Le principal adversaire des Rennais était l'US Servanaise-malouine. En 1922, le Stade rennais parvenait en finale de la Coupe de France, n'échouant que face au Red-Star. Déjà, les Bretons rêvaient d'autre chose. Jouer contre l'A.S.brestoise, l'Armoricaine de Brest, le Stade quimpérois, l'U.S. Servanaise, l'U.S. Douarnenez, le C.E.P. Lorient, le F.C. Lorient ou la Mellinet de Nantes donnait certes des rencontres intéressantes, mais surtout pour leurs adversaires, lorsque les Rennais, avec des joueurs semi-pros, se déplaçaient. Le rôle de «Dodor» Un homme va jouer un rôle important dans la naissance du professionnalisme en compagnie des présidents Gambardella de Montpellier et Bayrou de Sète: le Rennais Isidore Odorico, « Dodor » comme on le surnomma. Né à Rennes en 1893, il avait été un excellent joueur sous les couleurs «Rouge et Noir» du Stade Rennais avant d'en devenir l'un des dirigeants à partir de 1925. Odorico était un homme à poigne qui savait ce qu'il voulait: il alla jusqu'à retirer son équipe du championnat de division d'honneur de la Ligue de l'Ouest pour forcer la main des dirigeants et imposer à terme le professionnalisme ! Les instances du football français mirent évidemment le Stade Rennais... hors la loi, lui interdisant de disputer championnat et coupe. Qu'importe pour «Dodor», il reçoit en match amical des clubs étrangers et organise des tournées en Europe et même en Tunisie. Rennes connaît alors des «affiches» contre les Belges de Malines, Munich, Vienne, le Sporta de Luxembourg, Stuttgart, Brno, les Hongrois de Klispest, les Tchèques de Kladno, etc. Finalement, le 17 janvier 1932, le conseil national de la fédération française de football décidait, après... 17 heures de discussions, par un vote (106 voix pour, 49 contre), la création d'un championnat de France professionnel pour la saison 1932-1933. Grâce aux supporters Le Stade Rennais va faire acte de candidature mais après avoir longtemps hésité, un premier vote du comité directeur en mars 1932 rejeta même le professionnalisme! finalement, les dirigeants rennais s'y rallièrent, le club des supporters s'engageant «à mettre à la disposition du club ses fonds de réserve sur justification de leur utilité», comme nous le rappelle Claude Loire dans sa monumentale histoire du Stade Rennais, «Fleuron du football breton». Si le premier match pro des Rennais eut lieu à l'extérieur, avec cette victoire à Metz, la première rencontre professionnelle en Bretagne se déroula le dimanche après-midi 18 septembre 1932, lors de la deuxième journée de championnat, au parc des sports que l'on n'appelait pas encore le stade de la route de Lorient, devant 3.000 spectateurs. Ce qui n'était pas trop mal car au même moment, au vélodrome de Rennes, la foule des sportifs se pressait pour applaudir les cyclistes disputant le Circuit de l'Ouest ! Le Stade rennais affrontait ce dimanche le Cercle Athlétique de Paris. Deuxième match et deuxième victoire : 3 buts à 1. Les buts rennais furent inscrits par... Fidon, le Parisien, contre son camp (c'est le premier but pro rennais à domicile!), puis Dominique et Vaillant. La formation rennaise était ainsi composée : dans les buts, Édouard Monoré; joueurs de champ, Mrazek, Séfelin, Touffait, Le Moal, Raemer, Vaillant, Fournis, Dominique, Kaiser et Poujol. Débuts dans l'indifférence, les Rennais, après ce début en fanfare, vont ensuite alterner le bon et le moins bon pour terminer finalement sixièmes de leur groupe, mais avec le meilleur buteur du championnat, Walter Kaiser, venu d'Allemagne en 1930, qui marqua quinze buts lors de cette première saison professionnelle française. Kaiser terminait à égalité avec Mercier du Club Français, qui jouait dans l'autre groupe. Jules Dominique, l'autre attaquant rennais, avait également été efficace en inscrivant onze buts. Ce premier championnat de France de football professionnel fut disputé dans une certaine indifférence. Le ballon rond n'était pas alors ce qu'il est aujourd'hui dans le cœur des sportifs. Le cyclisme, l'athlétisme, voire le tennis . C'était l'époque des Mousquetaires français en Coupe Davis qui faisaient davantage la «une» des pages sportives. Premier scandale: Le professionnalisme avait été créé pour éviter, autant faire se pouvait, les tares du football amateurs d'élite, les dessous de table, les racolages de joueurs, les surenchères... Mais, signe des temps, ce premier championnat pro français connut son premier scandale. La finale, nous l'avons dit, devait se dérouler entre les vainqueurs des deux groupes. L'Olympique lillois va remporter le titre en battant l'A.S.Cannes, mais les Cannois ne disputaient cette finale qu'à la suite de la disqualification du vainqueur du groupe B, Antibes... déclassé pour avoir tenté de corrompre les dirigeants lillois avec de fortes sommes d'argent. Bref, d'avoir tenté d'acheter un match... Déjà bien avant l'affaire VA-OM...

Georges CADIOU & Bretagne.com.

Sources bibliographiques «La grande histoire du football en Bretagne», Georges Cadiou, Édition (Le Faouët, 1998). «Le Stade rennais, fleuron du football breton», Claude Loire Éditions Apogée (Rennes, 1994) «Les footballeurs professionnels des années trente à nos jours», Alfred Wahl, Pierre Lanfranchi, Hachette.
Professionnel britannique.
Il ne faut surtout pas comparer un club anglais et un de nos meilleurs clubs régionnaux. Le but et les moyens sont différents. Ainsi nous bornerons-nous à relater ce que nous avons vu avec l'intention d'en faire profiter les dirigeants de club de football de l'expérience de nos amis d'Outre-manche. En agissant ainsi, nous ferons oeuvre utile.

Le club britannique est une société au sens le plus large du mot. Les imprimés du club champion d'Angleterre ne sont-ils pas intitulés "Arsenal Football-Club Limited". Il y a donc à côté des joueurs, des dirigents appointés (chairman, sorte de président actif, secrétaire, trésorier, manager, entraîneur, masseur et une foule d'employés). Le président du club est en sorte ce que nous appellons le président d'honneur: il est entouré d'un nombre illimité de membres qui garantissent le club en tant que société civile à l'égard des banques. C'est en sorte un conseil d'administration purement financier.
Le véritable comité, s'occupe de l'administration sportive du club. Le manageur dirige avec ses adjoints l'entraînement des joueurs. Lui seul est responsable des entraînements qu'il dirige comme bon lui semble.... Le manager s'occupe surtout des équipes premières et réserves, car se sont elles qui font recette.
En quoi consiste l'entraînement.
Voici le programme d'une semaine de travail:
Dimanche: massages et soins.
Lundi: Massages et soins.
Mardi: entraînement physique, entraînement individuel.
Mercredi matin: entraînement général, bain; soir, cours, études.
Jeudi: marche, massages.
Vendredi: repos.
Samedi: match.
L'entraînement de ces joueurs a lieu le plus souvent possible en plein air. Il acependant fallu prévoir une salle de culture physique.
La leçon degymnastique n'est basée sur aucune méthode particulière. L'entraîneur connat parfaitement ses joueurs. Par des exercisses spéciaux, il corrige leurs défauts habituels et développe leurs qualités.
Je n'ai pas assisté aux séances de mercredi mais je sais qu'ils ont élaboré les plans d'attaques pour samedi en championnat.
A cet effet, chaque club se renseigne par l'intermpèdiaire des journeaux et correspondants spéciaux qui assistent à tous les matches... Il faut cependant éviter de trop modifier la tactique de base. Il y a des principes directeurs qu'il nbe faut jamais perdre de vue.
Organisation matérielle: ... le terrain est situé aux portes de la ville. Il est entièrement entouré de tribunes et de gradins. Par n'importe :quel temps on peut y jouer. Le vent, si génant, ne se fait pas sentir car le stade est dans une cuvette. Le sol est parfait.
Le terrain est séparé des tribunes par une palissade d'un mètre de haut, très solide.
C'est sous les grandes tribunes que sont situés les aménagements indispensables du club... secrétaroiat, quartier général, salles, vestiaires des arbitres avec baignoire, puis le vestiaires des joueurs avec une cuve de ciment de deux m ètres de large et de long avec un mètre de profondeur toiujours remplie d'eau tiède.une pomme de douche, une table de masage.
Au fond du couloir, le vestiaire du club avec armoires et caissons, cuve pour le bain, douche, une table pour le massage, infirmerie. Là le joueur est chez lui. Un surveillant s'occupe de son matèriel, ses souliers, maillots...
La tenue des joueurs: Pendant les matches, les joueurs anglais ne s'alourdissent pas avec des protège-ceci, protège-cela. Une bonne paire de souliers, des bas de laine, une culotte, un maillot... c'est tout.
A l'entraînement, on se sert très peu des souliers de football. On utilise des espadrilles de toile avec des semelles et renforts de caoutchoiuc. Le port des espadrilles à l'entraînement a pour but d'empècher les joueurs de shooter trop fort et de les obliger à s'appliquer. Le maillot est remplacé par un chandail.
Un grand match: J'ai assisté il y a quelques mois à un très beau match contre Arsenal, champion d'Angleterre... j'ai du louer longtemps à l'avance pour être certain d'y assister.
La ville ou se disputait le match, compte 95.000 habitants et pourtant le stade était trop petit. 25.000 personnes ont pu y assister et voir confortablement cette partie.
Vous imaginez ce qu'il faut prévoir comme service d'ordre, barricades, parcs pour trois ou quatre cent automobiles... le public anglais est très docile.
La partie fut bien équilibrée... il faut voir jouer les équipes de cette valeur pour savoir ce que signifie "contrôle de balle"...

(Dépêche sportive 14-01))
Allemagne.
L'Allemagne ne veut plus payer les réparations, dit M. Herriot. Sa thèsde est inadmissible; il n'y a pas de paix possible sans le respect des traités. Par quoi remplacera-t-on un jour la force des armes si on n'y substitue pas la loyauté des Contrar?
Aidons ce pays dans les difficulté qu'ils traverse, mais prenons nos garanties. (22-01)

EN BRETAGNE:

"La Bretagne bretonnante"
Skeiñ evel un dall
: Frapper comme un aveugle
Avec force, si ce n'est avec efficacité! Les Français eux, tapent comme des sourds: c'est pas étonnant qu'on ait du mal à s'entendre des deux côtés du Couesnon...

"Expressions populaires bretonnes" Éditions COOP BREIZH.

Fraises de Plougastel.
Les droits douaniers Anglais augmentent à partir du 5 janvier. Un cageot de fraises vendu, en juin dernier, 55 francs en Angleterre, reviendrait desormais à 81 fr. 75. La décision du gouvernement britannique cause la plus vive émotion à Plougastel... Nous ne pourrons plus exporter en Angleterre... c'est là notre ressource principale... on nous a engagés à produire, en nous affirmant que nous trouverions facilement à écouler notre production. Or, nous avons travaillé, nous avons produit après avoir angagé des fonds pour améliorer notre culture et parfaire la présentation de nos fraises et voilà que les taxes prohibitives vont maintenant causer la ruine de nos efforts et de nos sacrifices...

(Dépêche 01-01)

Foot professionnel.
Le football français va-t-il posseder bientôt une organisation professionnelle? Il y a déjà quelques années que la questrion est à l'étude, et le conseil de la 3FA se propose de la solutionner d'ici à quelques jours. Les partisans et les adversaires de l'idée sont nombreux.
Cependant, étant donné les votes antérieurs des délégués du Conseil fédéral, il est vraisemblable que celui-ci se prononcera pour l"affirmative.
Si oui, cela n'ammenera pas grand chagements dans la région ou la majorité des joueurs sont de vrais amateurs. Nous ne voyons quère qu'un seul club, le Stade Rennais, qui puisse rallier avec des chances de succès, la nouvelle organisation, mais nous ignorons si c'est son intention.
Le professionnalisme, abolira-t-il l'amateurisme marron? Nous ne le croyons pas et constatons que cette formule hypocrite s'étend de plus en plus et gagne des régions qui jusqu'ici étaient demeurées saines.
C'est paraît-il une forme de progrès.

(Dépêche 14-01)

Le Stade Rennais inaugure le foot professionnel:
Cette année là 11 septembre: une date historique pour le football français puisque ce dimanche se joue la toute première journée du premier championnat de France professionnel de football!
Un seul club breton, le Stade Rennais, y participe
.

Origine: Le Télégramme, Bretagne.com.

Saint Servan.
L'U.S.S. sort Marseilles de la coupe sur le terrain de Mont de Marsan... Ce que je regrette , c'est que l'U.S.S. semblent traiter le championnat breton avecune certaine désinvolture. Il joue dans ce championnat un rôle quelconque et dans la coupe, a des résultats flateurs.
Conséquence, les équipes qui se basent sur leurs résultats face aux servannais et s'immaginent que c'est arrivé, font preuve d'un optimisme qui ne peut que nuire à leur progression.
D'autre part nous devons assister à un championnat régional des plus ternes. Cependant, chaque dimanche, il réjouit, à tour de rôle, la moitié des supporters, mais ce serait une erreur de que d'attribuer ces résultats à la progression des équipes.
Les groupements par affinité ont un attrait incontestable, mais il n'est pas douteux que leur développement rapproche de plus en plus de l'affaire commerciale... c'est dommage.

(Dépêche 11-01)
.

ET À BREST:

Victor LE GORGEU, est maire de Brest.

Parlé "Tit Zef"
Il a un œil qui trempe la soupe et l'autre qui la renverse:
Il louche
Les gens dont les yeux convergent ou divergent sont l'objet de moqueries. Cette expression est une variante de l'habituel "il a un œil qui dit merde à l'autre" ou "il a un œil qui joue au billard et l'autre qui compte les points". L'idée étant celle de la double activité de cette paire d'organes qui habituellement n'en a qu'une.

Le parler tit ze'f. Annie Le Berre éditions Le Télégramme
Le football à Brest.
Trois matches de football se joueront dimanche à Brest. Un collaborateur adversaire de cett concurence regrettait que nos trois grands clubs locaux ne puissent s'ententdre au moment de l'élaboration du calendrier.
C'est là une vieille question. Je me rappelle qu'en 1920, époque de mon retour, j'avais pris l'initiative de réunir dans ce but les délégués des trois clubs interessés.
Cette réunion me révéla la dissention et les rivalités de personnes ... et je me rendis rapidement compte de la vanité de ma démarche.
Aujourd'hui, un meilleur état d'esprit semble présider aux relations entre nos clubs, mais chacun ayant son à boucler, s'organise sans se soucier du voisin et, si dans cette lutte pour la vie, le plus fort ne gagne rien, le plus faible lui y laisse des plumes.
Il est évident que chaque club tient à ne pas laisser a:u chômage son équipe première, mais outre la possibilité qu'ils ont de jouer à l'extérieur, nos clubs pourraient réaliser des accords, à l'exemple des grands clubs de la capitale, ou d'autres grandes villes, qui pour éviter la concurence, jouent des matches importants sur le même terrain, réalisant des économies sur les frais de publicité et d'organisation.
Nul ne doute que les amateurs de football de notre ville eussent été très heureux d'apprendre que les matches de dimanches: A.S.B.-Enghien et Armor-Stade Français se dérouleraient s:ur le même terrain. Les jours sont actuellement assez long pour le permettre..
Dans le même ordre d'idée, je suis convaincu que les sportifs brestois aimeraient , de temps à autre, voir opérer une sélection locale contre kles meilleurs équipes nationales ou internationales.
Je n'ignore pas que tout ce qui touche à l'amour propre ou aux intérèts particuliers est difficile à réaliser, mais il ne faut pas désespérer de rien.
Noël Kerdraon. La Dêpèche. (07-01)
Pêche.
La pêche est bonne, mais son écoulementse fait mal. Incidents à Douarnenez, à Brest, des marins vendent directement au consommateur.
Après avoir pêché toute la nuit en baie de Douarnenez, ils font route sur notre port (Brest) ou ils abordent au troisième bassin. Puis les marins s'en vont eux-mêmes vendre aux consommateurs aux halles Saint-Martin, Saint-Louis, de Recouvrance... satisfaisant ainsi une clientèle que des prix trop élevés éloignent des poissonneries.
Il serait évidemment désirable de voir se développer ces pratiques, qui ne manqueraient pas d'avoir une influence régulatrice sur les cours de nos marchés... Nul n'ignore les marges considérables qui existent entre les prix payés aux pêcheurx et ceux que l'on impose aux consommateurs. Il n'y a pas grande distance entre le troisième bassin et les halles pour justifier une telle différence de prix.
Cela fait deux victimes: Le client et le pêcheur. (22-01)

Précédente : Index : Histoire : Suivante
Mise à jour: jeu 14-oct-04 21:34 x