Historique: 1912

Précédente : Index : Histoire : Suivante


Championnat de Bretagne.

Championnat de Division d'Honneur: Champion
, l'U.S.Servannaise. (5 à 0 contre l'A.S. Lambézellec en finale 1ère série).


Association Sportive Lambézelléenne (future A.S.B.).
Résultats, Infos.
A.S.L. - Stade Armoricain: L'A.S.L. bat le Stade Armoricain par 12 à 0. (1.000 spectateurs). Plus occupés à montrer leur savoir faire qu'à essayer d'augmenter le nombre de buts à leur actif, les joueurs de l'A.S.L. s'ingénièrent à fournir une partie toute de combinaisons, ou le jeu individuel sut s'allier à celui d'équipe. (Le 24-01)
A.S.L. - J.S.B.: Championnat de 1ère série, l'A.S.L. bat la J.S.B. au Petit Paris devant 1.000 personnes. (Le 12-02)
A.S.L. - Scolaires Parisiens: Victoire de l'A.S.L. par 5 à 1. Au match retour, nouvelle victoire par 4 à 0. (Le 18-02)
A.S.Servan - Saint-Brieuc: Les Servannais vainqueurs par 4 à 0. (Le 18-02)
Éliminatoires du championnat de France: U.S.Servannaise bat l'A.S.Lambézelléenne par 5 à 0.
Ce match, qui était se disputait dimanche sur le magnifique ground du Stade Dinanais, fut gagné par l'U.S.S., comme c'était prévu, mais pas aussi facilement qu'on l'escomptait généralement. L'A.S.L. était venue sans aucune idée de vaincre, mais simplement pour prendre une bonne leçon de football, car son éloignement et la pauvreté de sa caisse ne lui permettent pas de s'offrir souvent un beau régal sportif.
Quoi qu'il en soit, les "bleus et blancs" ont défendu courageusement leurs chances contre la formidable équipe de l'U.S.S. et, pour un début, ils n'ont pas trop mal réussi...
Quoique battue par 5 à 0, l'A.S.L. n'a pas démérité.
Les servannais qui sont considérés dors et déjà comme les futurs champions de France, ont d'ailleurs rendu justice au jeu des "bleus et blancs", qui est peut-être l'équipe qui leur résista le plus courageusement.
La Dépêche du 29-02

A.S.L. - C.S.Rennes:
L'A.S.L. battue à Kercastrec pour la première fois.
Près de 3.000 spectateurs assistaient à cette partie... Le jeu ne fut pas très scientifique... L'équipe brestoise, quoique battue par deux à zéro, fut supérieure à celle de Rennes...
Les brestois ayant dominé pendant les trois-quart de la partie, imposant leur jeu à leurs adversaires qui ne procédèrent que par grandes échappées. Ce fut une désillusion pour les spectateurs. Un match nul aurait contenté tout le monde.

La Dépêche du 01-04.

ET PENDANT CE TEMPS LÀ...!

SPORT:

Football.
Nouvelle loi : Le gardien de but ne peut jouer au ballon que dans la surface de réparation.
Match international.

France - Belgique: 0 à 0.

La Dépêche du 24-01

Athlétisme.
Jim Thorpe considéré comme le plus grand athlète américain de la première partie du XXème siècle, remporta les médailles d'or du décathlon et du pentathlon aux jeux Olympiques de Stockholm. Ayant participé à des matches de base-ball en tant que joueur semi-professionnel avant les jeux, cela fut considéré comme une entorse au règlement olympique et ses médailles lui furent retirées. Thorpe mourut en 1953 alcoolique et pauvre. Trente ans plus tard le comité Olympique redonna les médailles à sa famille.


NOUVELLES INTERNATIONALES:

Prix Nobel de la Paix: Elihu Root (1845-1937; Diplomatie, politique; États-Unis).
Célèbre avocat (1867-1899) à New York, il se lance dans la vie politique comme membre de l'assemblée législative de New York, puis devient Ministre des Affaires étrangères de 1905 à 1909. Il visite l'Amérique du Sud pour faire progresser le panaméricanisme. En 1908, il fonde le Bureau panaméricain à Washington, administré par le Secrétaire d'État des États-Unis en collaboration avec les Ministres des républiques sud-américaines et crée la cour d'arbitrage permanente entre les états centraméricains à Cartago (Costa-Rica). Vain partisan du traité d'arbitrage obligatoire entre les États-Unis et la Grande-Bretagne, il attaque la loi sur le passage gratuit des navires américains à Panama. Président de la Fondation Carnegie pour la paix (1910-1925), il est favorable à l'adhésion des États-Unis à la Société des Nations.

www.nobel-paix.ch

Expédition (suite de 1911).
Le 18 janvier 1912, l'expédition Scott, atteint le pôle Sud. Scott découvrit qu'il avait été devancée par Roald Amundsen d'une trentaine de jours. Épuisé et à court de vivres, le groupe ne survécut pas au voyage du retour. Quand les corps de Scott et de ses deux autres compagnons (deux autres étaient décédés lors du trajet retour) explorateurs furent découverts plusieurs mois plus tard, on retrouva également les carnets et le journal de Scott retraçant l'expéditions.
Les Balkans.
En 1912, la Grèce, la Bulgarie, la Serbie et le Monténégro formèrent l'Entente Balkanique et, encouragés par la Russie attaquèrent la Turquie. La Turquie affaiblie par ses combats en Afrique du Nord fut rapidement vaincue. Les membres de la coalition se disputèrent les territoires conquis, en particulier la Macédoine. Un traité mis fin au conflit.
Titanic
Naufrage du Titanic le 14 avril.
Bande à Bonnot.
Le 29 avril, la bande à Bonnot est anéantie. Les autres membres seront jugés en 1913 (4 condamnations à mort et 11 peines de travaux forcés).


EN FRANCE:

Nous sommes sous la IIIème République. Armand Fallières est président de la République.

Poincaré.
Raymond Poincaré est président du conseil le 14 janvier.
Isoloir.
Le 28 janvier le gouvernement décide d'installer des isoloirs lors des consultations électorales
13 juillet.
Accord franco-russe prévoyant l'intervention de l'armée russe en cas de conflit avec l'Allemagne.
23 juillet.
Traité d'assistance navale passé avec la Grande-Bretagne.
24 juillet.
Accord avec la Grande-Bretagne l'engageant à envoyer un corps expéditionnaire en France en cas de conflit avec l'Allemagne.
Grèves modernes.
... de la grève des chauffeurs de fiacres-autos: celle-ci fait fort bien l'affaire des cochers de fiacres qui ont retrouvé des clients en grands nombre.
Seulement ont avait perdu l'habitude de la lenteur des fiacres, ce qui semble à présent intolérable aux gens pressés. Ce qui donne lieu parfois à des échanges de propos suivants:
- Cocher, nous n'avançons pas: fouettez donc votre rosse!
- Ma rosse! elle l'est moins que vous. Elle s'fait pas traîner elle!

La Dépêche du 24-01

Piétons.
Le métier de piéton est de plus en plus difficile à exercer dans les rues de Paris, ou les automobiles guidées, depuis le commencement de la longue grève, par des chauffeurs insuffisamment préparés "à conduire un char dans la carrière", accrochant d'autres véhicules avec une verve admirable et renversent le passants comme des quilles vivantes. Les accidents ont été particulièrement nombreux ces derniers jours, et on a vu, pour comble d'épouvante, un des directeurs du ministère de la Marine cruellement atteint au beau milieu d'un refuge par une auto-taxi en délire! Les refuges ne sont plus des lieux d'asile; on y peut être broyé comme sur la chaussée la plus encombrée. Quand je traverse certains carrefours, ou le danger à quatre roues fond sur nous de toutes part, je me sent frôlé par l'aile d'Azraël, l'ange de la mort. Oui le métier de piéton parisien est devenu le plus redoutable et le dernier des métiers. C'est le cas de le dire qu'il faut avoir l'âme chevillée au corps pour l'exercer...!
Une curiosité parisienne à ce propos. C'est dans l'avenue des Champs-Élysées que les graves accidents se sont multipliés avec le plus d'entrain. La traversée de cette voie triomphale est, à certaines heures, une entreprise désespérée. Plutôt que s'y risquer, une personne prudente aimerait mieux: Peigner un ours du pôle ou tenir une panthère ou, du Vésuve en feu, ramoner le cratère.

La Dépêche du 15-02

L'état mazette.
Décidément, l'État est un étrange administrateur des deniers publics! Parmi les nouvelles acquisitions du Musée du Louvre, figure: La Femme à la perle, de Corot; elle vient d'être payée 150.000 fr. à la vente d'un collectionneur qui, à la vente du Corot, en 1875, l'avait obtenue pour 4.000 fr. Le tableau ne vaut ni plus ni moins au point de vue artistique,que ce qu'il valait en 1875. Pourquoi donc l'État, qui le juge aujourd'hui nécessaire à l'éclat de son premier musée, n'en fit il pas l'acquisition quand il pouvait l'obtenir à bas prix?
Parce que celui qui l'acheta au prix de 4.000 fr. était un connaisseur et que l'État fut représenté à la vents Corot par des mazettes. En règle générale, l'État attend pour acheter un tableau, que celui-ci ait atteint le plus haut prix, et il en est toujours ainsi. L'État ne devine jamais: il consacre à grand frais. Il ne songea nullement à acheter l'Angélus de Millet, à l'époque ou le grand artiste eût été heureux de le lui vendre au prix de 1.500 fr. Si ce tableau est aujourd'hui au Louvre, c'est parce qu'un nabab le lui a légué avec une collection qui, du reste, aurait besoin d'être expurgée. Nous continuons à vivre sous le régime de l'incompétence en matière de Beaux-arts, comme en la plupart des autres, et cela est vraiment fâcheux et vraiment coûteux!

La Dépêche du 05-03

EN BRETAGNE:

"La Bretagne bretonnante".
Lonkañ silioù: Avaler des anguilles
Il n'est bon bec que de Paris, dit-on... Qu'il nous soit permis d'avoir des doutes: les populations d'outre-Couesnon sembleraient avoir une préférence marquée pour les couleuvres.
À chacun ses goûts, kant bro kant giz dit-on chez nous. Dans le genre de choses difficiles à avaler d'un seul tenant, les Bretons offrent d'autres mets aux plus crédules d'entre eux: lostoù leue des queues de veaux, poulc'hennoù des mèches..

"Expressions populaires bretonnes" Éditions COOP BREIZH.

ET À BREST:

Louis-Arthur DELOBEAU, est maire de Brest.

Parlé "Tit Zef".
Pointe des Blagueurs
(Ou "Pointe à la Blague").
Située sous le château au pied de la Tour César, cette pointe, baptisée le Parc-au-Duc, était célèbre pour les conversations qui s'y déroulaient, en particulier sur les mouvements des bateaux de la Marine. Il ne s'agissait pas que de blagues proches des "menteries", ou mensonges. En français de bretonnant, on utilise blaguer dans le sens de parler familièrement avec quelqu'un, tenir de longues conversations, comme dans le français du milieu du XIXème siècle. Cette pointe a été annexée par la Marine en 1929 et est devenue ainsi terrain militaire.
Les nouveaux aménagements sur le terre-plein des douves du Château, au pied de la Tour Madeleine, remplaceront peut-être cette pointe? La vue sur la rade est imprenable et les bancs judicieusement disposés attendent les "Blagueurs". "[la Flore] eût voulu du vent, de la lumière afin de pouvoir montrer à tous ceux assemblés sur la "Pointe à la blague" et sur le pont des grands vaisseaux de l'Empereur qu'elle savait encore se tenir." (Joseph Créach, Maudez le Léonard, pp. 2-3).

Le parler tit ze'f. Annie Le Berre éditions Le Télégramme

Précédente : Index : Histoire : Suivante
Mise à jour: lun 20-sep-04 20:16 x